Changer d'édition

Derniers services prévus mercredi soir
Luxembourg 4 min. 23.11.2020

Derniers services prévus mercredi soir

Pour trois semaines, bars et restaurants n'auront plus le droit d'ouvrir.

Derniers services prévus mercredi soir

Pour trois semaines, bars et restaurants n'auront plus le droit d'ouvrir.
Photo : Getty Images
Luxembourg 4 min. 23.11.2020

Derniers services prévus mercredi soir

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'arrêt des bars et restaurants sera soumis au vote de la Chambre mercredi avec effet immédiat. La mesure a été confirmée lundi par Xavier Bettel «même si ces lieux ne sont pas des hot-spots» covid.

Rideau jusqu'au 15 décembre. Voilà le sort qui attend l'ensemble des cafés et restaurants du Luxembourg désormais. Comme il l'avait laissé entendre vendredi encore, Xavier Bettel (DP) a confirmé lundi cette mesure applicable à la totalité des établissements hormis ceux qui proposeront des formules à emporter. Car le Premier ministre, son gouvernement et les autorités sanitaires ont eu beau tourner le problème dans tous les sens : «comme ce sont des lieux d'interactions et où, pour boire ou manger, on retire son masque, ils représentent des sites potentiels de contaminations».


A young man eats his lunch at the patio of a closed restaurant in Vienna, Austria, on November 17, 2020. - Austria has entered its second lockdown with the new anti-coronavirus restrictions, shutting schools and shops until December 6, 2020 to get spiraling numbers of infections under control and urging Austrians to avoid all social contacts. (Photo by JOE KLAMAR / AFP)
Cafés et restaurants paient l'addition
Si Xavier Bettel a repoussé toute idée d'un reconfinement strict, il a toutefois laissé planer la possibilité de fermer bars et restaurants jusqu'à mi-décembre.

Possible. Probable même pour une partie des nouveaux cas covid. Mais Xavier Bettel, à l'heure de commenter la plus sévère des mesures de reconfinement partiel annoncée en ce début de semaine, devait toutefois admettre que non «l’hôtellerie-restauration n'est pas un hot-spot du covid». Les professionnels pourront crier à l'injustice, mais le gouvernement a tranché et les députés devraient aller dans son sens.

Même la ministre de la Santé ne peut apporter de chiffres concrets à une possible justification. C'est ainsi, on ferme, point. «Nous n'avons pas de base scientifique», admet Paulette Lenert (LSAP). «Pour la plupart des contaminations désormais l'on ne sait pas où a eu lieu la mise en relation avec le virus.» Dans le doute, bars et salles de restaurants sont forcés de stopper. Idem pour théâtres, cinémas ou activités sportives, sans plus de preuves médicales à l'appui. 

Trois semaines sans repas, ni apéritifs au-dehors attendent donc le pays. «Et n'allez pas organiser de repas chez vous du coup!», avertit le Premier ministre qui, dans la foulée, entend aussi restreindre le nombre de visiteurs à domicile. De quatre convives jusqu'à présent, il faudra se contenter de deux maximum à l'avenir. «Nous aurions pu dire zéro et être plus stricts, mais nous savons combien pour de nombreuses personnes, il reste important d'avoir des contacts, ces visites pour être aidé, être conseillé, rassuré», assure-t-il. Mais pas au-delà en attendant la mi-décembre.

Car voilà maintenant la date à cocher sur le calendrier : mi-décembre. Là, le gouvernement s'engage à revoir sa copie. Sous conditions toutefois. Si les chiffres de contamination au coronavirus baissent (sans déterminer le seuil espéré). Si les places se libèrent dans les hôpitaux et que la phase 4 peut être délaissée. Si le taux de positivité des dépistages descend en deçà des 5 à 6% actuellement constatés au Grand-Duché.

«Des efforts encore et toujours», souscrit la compatissante Paulette Lenert. «Mais renonçons juste pour quelques jours à nos habitudes, et cela nous permettra d'avoir une vie plus normale», insiste Xavier Bettel. En attendant, les commerces restent, eux, bel et bien ouverts. Pile ou face à la veille des fêtes :  le gouvernement fait confiance à tous pour l'application des gestes barrières afin que les boutiques ne se muent pas en point de contamination. Aussi, le Premier ministre invite-t-il la population à être «mesurée». Autrement dit pas de rush dans les magasins, pas de bousculade dans les centres commerciaux.


Le résultat des élections communales à Bastogne (B) est sans appel: le bourgmestre sortant, président du Centre Démocrate Humaniste, Benoît Lutgen, a remporté son duel contre son frère aîné Jean-Pierre.
«Ce qui se vit actuellement n'a aucun sens»
Avant que Xavier Bettel ne fasse part des nouvelles modalités sanitaires, Benoit Lutgen, bourgmestre de Bastogne, a écrit au Premier ministre belge pour qu'il s'entende avec son homologue luxembourgeois sur des mesures communes.

«Et si la distance de deux mètres ne peut pas être être respectée, masque obligatoire.» Et cela vaut aussi dans la rue dont on a vu combien elles pouvaient être prises d'assaut en ces veilles de fête, par des résidents mais aussi par de nombreux frontaliers. «Nous sommes devenus attractifs pour d'autres parce que nous laissons encore certaines libertés», constate Xavier Bettel. Mais prudence pour que cette tolérance accordée à la libre déambulation ne se transforme pas en source d'infections supplémentaires. Ce ne serait alors plus seulement restaurants et cafés qui seraient au régime sec.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Malgré le covid, l'hôpital doit retrouver du souffle
Les infections d'aujourd'hui entraîneront immanquablement des hospitalisations par la suite. Face à des services de santé déjà sous pression, le gouvernement n'avait d'autres choix que de réagir. C'est fait, maintenant... patience.
ARCHIV - 10.11.2020, Berlin: Krankenpfleger schieben einen Patienten am frühen Morgen durch einen Gang auf der Covid-19-Station des Krankenhauses Bethel Berlin. Auf dieser Station werden Patienten behandelt, die Corona-positiv getestet wurden und nicht beatmet werden müssen oder einen dringenden Verdacht auf Corona zeigen. (zu dpa: "Vor Corona-Beratungen: Kaum Chancen für Lockerungen") Foto: Kay Nietfeld/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Boris Johnson prêt à rouvrir les restaurants
Pubs et auberges pourraient reprendre du service dès le 3 décembre au Royaume-Uni. Le Premier ministre anglais, comme Xavier Bettel, est lui aussi attendu aujourd'hui pour évoquer l'adaptation de son pays à la situation sanitaire.
(FILES) In this file photo taken on July 23, 2019 new Conservative Party leader and incoming prime minister Boris Johnson arrives at the Conservative party headquarters in central London. - On July 23, 2019, party members choose Brexit figurehead Boris Johnson as their new leader. He becomes prime minister the next day. (Photo by Niklas HALLE'N / AFP)
La forêt, un garde-manger pour le chef René Mathieu
Récemment récompensé pour sa démarche 100% végétale, le chef de La Distillerie à Bourglinster revient sur la spécificité de sa cuisine, dont la démarche se nourrit d'une réflexion sur le réchauffement climatique et la préservation des ressources.
René Mathieu
Cafés et restaurants paient l'addition
Si Xavier Bettel a repoussé toute idée d'un reconfinement strict, il a toutefois laissé planer la possibilité de fermer bars et restaurants jusqu'à mi-décembre.
A young man eats his lunch at the patio of a closed restaurant in Vienna, Austria, on November 17, 2020. - Austria has entered its second lockdown with the new anti-coronavirus restrictions, shutting schools and shops until December 6, 2020 to get spiraling numbers of infections under control and urging Austrians to avoid all social contacts. (Photo by JOE KLAMAR / AFP)
Bettel à la recherche d'une issue de secours
La marge de manœuvre du Premier ministre se réduit, jour après jour, alors que la progression du covid-19 ne cesse. Un virus que les dernières mesures ne suffisent pas à contenir. Alors confinement, état de crise, nouvelles restrictions? Le gouvernement va devoir trancher.
Politik, Corona Covid-19, Xavier Bettel, Premierminister und Paulette Lenert, Gesundheitsministerin geben Pressekonferenz nach Regierungsrat, Château de Senningen, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort