Changer d'édition

Départ imminent pour 28 nouveaux traminots

par Patrick JACQUEMOT| 04.12.2020

En un an, Luxtram a dû recruter et former de nouveaux conducteurs. Personnels indispensables pour assurer la circulation des rames du Kirchberg jusqu'à la gare centrale d'ici dix jours.

(avec Sibila LIND) - Il passe, repasse, avance, recule, freine, accélère. Circule de jour, voyage la nuit. Bref, plus de doutes : entre les stations Place de l'Etoile et la Gare, le nouveau tram fonctionne. Depuis le 30 novembre dernier, les rames ont même entamé leur «marche à blanc». Autrement dit, elles vont et viennent sur le nouveau tronçon à vitesse commerciale (20 km/h en moyenne) mais sans prendre de passagers. Il faudra patienter jusqu'au 13 décembre, et l'inauguration officielle de la liaison, pour que le public puisse monter à bord.


Lok , Tram fährt erste Probefahrt von der Place Etoile bis zum Hauptbahnhof , Luxtram , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le tram passe, les bus s'écartent
A compter du 13 décembre, la nouvelle liaison tram (Place de l'Etoile/Gare) bousculera le plan de circulation des bus. Du coup, les réseaux AVL et RGTR se réorganisent.

Au sein des équipes Luxtram, Laurent Binda s'impatiente. C'est que dans une dizaine de jours, il saura s'il a bien travaillé. Pas pour tracer la voie, pas pour acheter la flotte des rames nécessaires (27 actuellement) et encore moins pour assurer la pose des rails. Son job était moins visible, mais tout autant indispensable : former ceux qui allaient prendre place en cabine pour assurer les allers et venues sur ce parcours inédit. «Et au départ, nous avons eu près de 900 candidatures», se souvient-il. 

C'était il y a un an. Et même si la promotion 2020 a vu son calendrier de cours quelque peu perturbé par les mesures covid, chacun a maintenant en poche son habilitation pour tenir le volant. Un ''permis de conduire'' accordé au terme de six semaines de cours, partagées entre leçons en salle et initiation dans la cabine des véhicules. «Ce n'est pas déplacer l'engin qui est compliqué, mais bien la surveillance de tout ce qui se passe autour», n'ont cessé de répéter Laurent Binda et ses deux collègues formateurs aux apprentis traminots. 

Au fil des séances, les formateurs ont ainsi veillé à ce que leurs élèves (tous âgés de + 21 ans et titulaire d'un permis auto) s'imprègnent du caractère indispensable à tout bon traminot : «Calme, anticipation et beaucoup de vigilance». Ces dernières semaines, dans sa cabine avec un chauffeur expérimenté à ses côtés, Florent Mousseron met ainsi en pratique cette triple règle d'or. L'ancien convoyeur apprend in situ à déplacer sa rame de 63 tonnes pour 45 mètres de long. «Au début, tu penses que tu vas devoir te concentrer sur les commandes, mais ça va. En réalité, tu tentes surtout de trouver tes repères sur le chemin. Là où freiner, là où accélérer mais aussi les points chauds.»

Car si, jusqu'à présent, le tram traçait son chemin plutôt tranquillement entre Kirchberg et Place de l'Etoile; le tronçon n°2 est bien plus périlleux. Piétons, cyclistes, bus, camionnettes, automobilistes distraits : il en arrive de partout. Il faudra que les usagers se fassent à la présence massive mais silencieuse des rames. Dès la mi-décembre, il passera un tram toutes les 5 minutes en cœur de ville. Le cadencement devant ensuite s'accélérer à un passage toutes les 4 minutes... A charge pour la liaison de remplacer 1.700 passages de bus quotidiens.

Pour Laurent Binda, il n'a pas été seulement question de former les dernières recrues. Même les traminots présents sur le réseau depuis décembre 2017 ont dû prendre des cours. «En fait, l'habilitation accordée à un chauffeur n'est valable que sur un tronçon. Il fallait donc qu'eux aussi apprennent les spécificités de ce tracé.» Donc pas un des 71 conducteurs Luxtram n'a échappé à la révision de la signalisation, l'apprentissage des nouvelles courbes et parties droites qui allaient se présenter devant lui. 

Traminot à Luxembourg depuis trois ans, Yassin Belabbes s'est donc plié à la règle comme ses collègues. Aiguillages, signalisations, croisements sensibles avec les autres véhicules, nouveaux arrêts : «Oui, j'ai dû apprendre la ligne», sourit-il. Demain, le trentenaire la parcourra six fois par jour. «Je pense que comme le parcours est plus long (24 minutes entre LuxExpo et la gare) et à travers des environnements différents, ça va rompre la monotonie. Cela pousse même à être plus attentif.»

Laurent Binda ne se fait guère de soucis pour que ces apprentis traminots assurent. En trois ans d'exploitation, son travail a visiblement porté ses fruits : «Le dernier incident remonte à loin (été 2019), mais aucun accident grave ou blessé sérieux à déplorer. Les conducteurs ont été sérieux durant les cours, ils le sont aussi au volant!» D'ailleurs, pas question de sortir des rails de la formation une fois en poste. Quatre fois par an, chaque conducteur est audité et ses compétences réévaluées. 

Le 13 décembre, chacun pourra donc monter en toute confiance dans le tram reliant maintenant quartier des affaires, Ville haute et centre-gare. Laurent Binda et ses collègues, eux, ont déjà les prochains recrutements en tête. C'est que la liaison vers Cloche d'Or ne va plus tarder...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.

Sur le même sujet

Si l'arrivée du tram, le 13 décembre prochain, doit modifier le profil de l'espace central de la capitale, la transformation envisagée s'annonce bien plus profonde. De lieu de transit, le site doit devenir un pôle d'échange multimodal central.
Gare Centrale Luxembourg,Hauptbahnhof. Foto:Gerry Huberty
D'ici à l'horizon 2040, le Grand-Duché pourrait être habité par quelque 900.000 résidents, dont une partie devrait venir s'implanter à Luxembourg-ville et sa périphérie. Pour y faire face, de nouvelles infrastructures verront le jour, organisées autour de «l'épine dorsale» des transports en commun.
Newsdesk, Illustration Tram, Luxtram, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les détails du couloir multimodal qui reliera, à l'horizon 2030, les deux principales agglomérations du Luxembourg ont été dévoilés mercredi. Rejoindre l'Uni depuis la Cloche d'Or devrait alors prendre 26 minutes.
Théâtre, Faïencerie et Place de l'Etoile... voici les trois nouvelles stations du tramway inaugurées ce vendredi 27 juillet. Un nouveau tronçon qui a accueilli des animations toute la journée pour inciter le public à découvrir le tram et ses différents arrêts.
Les nouvelles stations Théâtre, Faïencerie et Place de l'étoile ont ouvert ce 27 juillet
A partir du vendredi 27 juillet le tram de Luxembourg permettra de circuler de Luxexpo jusqu'à la Place de l'Etoile. Le nouveau tronçon de 2 km desservira trois nouvelles stations et ne comportera aucune ligne aérienne! Le tram devient «magique» et sera gratuit, sur toute la ligne, jusqu'au 16 septembre.