Changer d'édition

Le manque de chauffeurs ukrainiens se fait ressentir
Luxembourg 5 min. 03.05.2022
Transports

Le manque de chauffeurs ukrainiens se fait ressentir

Le manque de chauffeurs ukrainiens met un coup d'arrêt à certaines entreprises.
Transports

Le manque de chauffeurs ukrainiens se fait ressentir

Le manque de chauffeurs ukrainiens met un coup d'arrêt à certaines entreprises.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 5 min. 03.05.2022
Transports

Le manque de chauffeurs ukrainiens se fait ressentir

La guerre touche l'ensemble du secteur européen. De nombreuses chaînes d'approvisionnement n'y résisteront pas.

(ChM avec Marco MENG) Dans les supermarchés, on le voit dans les rayons, et pas seulement pour l'huile de tournesol ou la margarine: l'approvisionnement en marchandises en Europe devient plus difficile depuis que la Russie a déclenché une guerre sur le continent. Fin février, des dizaines de milliers de chauffeurs de camion ukrainiens, qui transportaient habituellement des marchandises sur les routes européennes, ont cessé de travailler presque d'un jour à l'autre. Le secteur s'en ressent. 


Ukraine Werk Arcelor Mittal
«Nous ne ferons plus de nouvelles affaires en Russie»
Certaines entreprises luxembourgeoises ont réduit leurs activités dans le pays de Vladimir Poutine, d'autres y ont mis fin. Pendant ce temps, ArcelorMittal remet en service le haut fourneau de son usine ukrainienne.

Le transporteur luxembourgeois Arthur Welter indique qu'il n'a certes pas perdu un grand nombre de ses propres chauffeurs, mais que la guerre en Ukraine a également fait perdre à Arthur Welter 15 des 70 camions qui circulaient auparavant pour le compte de l'entreprise. De plus, la guerre en Ukraine a fait grimper le prix du diesel et donc les coûts de transport - des coûts plus élevés qui se répercutent sur l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Les associations professionnelles estiment que plus de 100.000 chauffeurs ukrainiens, qui travaillaient principalement pour des entreprises de transport polonaises et lituaniennes, sont rentrés chez eux - avec pour conséquence une baisse des capacités de transport. 

En Allemagne, les transporteurs polonais auraient assuré la moitié des transports à l'étranger. «La guerre en Ukraine a un impact extrême sur le secteur de la logistique en Europe», déclare Daniel Kohl de Geis Cargo International Luxembourg. «Depuis fin 2021 déjà, les prix du diesel ne cessent d'augmenter et ont atteint des sommets historiques en raison de la guerre en Ukraine, avec une hausse de plus de 20 % dans toute l'Europe.» Les coûts liés à la taxe annuelle sur le CO2, aux péages ainsi que les contributions supplémentaires dans le cadre du paquet mobilité ont aggravé la situation. Pour certaines petites entreprises de transport, la limite de la charge financière est ainsi déjà atteinte. Des faillites sont à craindre. 


"We are closed" says this sign in the window of a shop Photo: Guy Jallay
Le nombre de faillites reste stable en ce début d'année
Le nombre de faillites prononcées en ce début d'année 2022 reste relativement stable si l'on compare ce nombre à ceux des faillites prononcées en moyenne par mois en 2021.

Une pénurie de chauffeurs de camion 

Au total, les entreprises de transport luxembourgeoises emploient environ 7.300 chauffeurs de camion, 1.000 de plus qu'il y a dix ans - et il y en aurait encore plus si on trouvait des chauffeurs. L'exemple de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne a déjà montré à quel point le secteur des transports est dépendant des chauffeurs d'Europe de l'Est, déclare Daniel Kohl. Dans toute l'Europe, on estime à plus de 400.000 le nombre de chauffeurs à compenser. 

Les coûts du fret augmentent 

«Depuis le début de la guerre, la situation déjà tendue s'est encore aggravée», explique le chef d'entreprise, «car une grande partie du personnel roulant ukrainien est rentrée chez elle pour être avec sa famille ou pour défendre son pays». L'Union internationale des transports routiers (IRU) estime que 228.000 chauffeurs de camion non européens travaillaient en Europe en 2021, principalement en provenance d'Ukraine et de Biélorussie.

Le transport de marchandises n'est traité que de manière très marginale dans la priorité accordée aux infrastructures

Malik Zeniti, directeur de l'association Cluster4Logistics Luxembourg

«La guerre d'agression contre l'Ukraine pourrait aggraver la pénurie de conducteurs dans des proportions auxquelles de nombreuses chaînes d'approvisionnement ne résisteront pas», estime l'Association européenne des chargeurs internationaux. Moins de chauffeurs de camion d'une part, et une demande croissante de transport de marchandises en raison du redémarrage de l'économie mondiale d'autre part.

Dans ce contexte, selon Daniel Kohl, la reprise de l'économie mondiale est freinée par deux facteurs : étant donné que la nouvelle route de la soie reliant la Chine à l'Europe passe par l'Ukraine, on assiste depuis le début de la guerre à une augmentation de la demande de capacité dans le fret maritime. 

Un secteur confronté à un problème structurel

De plus, la Chine poursuit toujours une «stratégie zéro covid», ce qui entraîne des confinements répétés des ports aériens et maritimes. «Il en résulte qu'actuellement, plus de 300 porte-conteneurs sont bloqués devant les ports chinois et doivent être déchargés ou chargés. Cette situation aggrave les retards ainsi que les manques de capacité dans la chaîne d'approvisionnement internationale et a des répercussions extrêmes sur les coûts de transport». 

Si d'un côté, certains transporteurs d'Europe de l'Ouest pourraient se réjouir secrètement de la disparition d'une concurrence bon marché, d'un autre les chaînes d'approvisionnement se mettent à bégayer. «La guerre en Ukraine a bien sûr des répercussions sur le secteur de la logistique et du transport, notamment en raison de la hausse rapide des prix du carburant», explique le secrétaire syndical de l'OGBL, Sveinn Graas. Les entreprises de l'UE ne peuvent plus recruter aussi facilement de nouveaux chauffeurs ukrainiens «pour les exploiter». 


(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows a customer pushing a shopping cart past the shelves during  purchases at a supermarket in Duesseldorf, western Germany, on April 29, 2020. - A surge in eurozone consumer prices, propelled even higher by Russia's invasion of Ukraine, is "very close" to reaching its peak, European Central Bank vice-president Luis de Guindos said on April 28, 2022. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Bientôt la stagflation en zone euro?
La guerre en Ukraine a fait s'accélérer la flambée des prix de l'énergie, entraînant une inflation inédite doublée d'une croissance à plat en Europe. La combinaison de ces deux phénomènes réveille le spectre de la stagflation.

Sveinn Graas met en évidence un autre problème qui touche le secteur européen du transport : une forte pression concurrentielle et, depuis l'élargissement de l'UE, un écart salarial important avec l'Est. Ces dernières années, les entreprises et les sous-traitants dont les chauffeurs viennent de Roumanie, de Moldavie, de Bulgarie et d'Ukraine assurent une part de plus en plus importante du transport routier de marchandises en Europe. 

Non seulement la mondialisation et l'intensification du commerce de marchandises, y compris le commerce électronique, mais aussi la production en flux tendu ont fait que le trafic a énormément augmenté ces dernières années et que le stockage se fait en partie sur l'autoroute. Mais l'approvisionnement en marchandises a toujours fonctionné jusqu'à présent.

Pour autant, rien ne dit que cela va durer. Malik Zeniti, directeur de l'association Cluster4Logistics Luxembourg, critique ainsi le fait que le mot «camion» n'apparaisse qu'une seule fois dans le plan national de mobilité 2035. «On voit clairement que le transport de marchandises n'est visiblement traité que de manière très marginale dans la priorité accordée aux infrastructures.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La guerre en Ukraine a fait s'accélérer la flambée des prix de l'énergie, entraînant une inflation inédite doublée d'une croissance à plat en Europe. La combinaison de ces deux phénomènes réveille le spectre de la stagflation.
(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows a customer pushing a shopping cart past the shelves during  purchases at a supermarket in Duesseldorf, western Germany, on April 29, 2020. - A surge in eurozone consumer prices, propelled even higher by Russia's invasion of Ukraine, is "very close" to reaching its peak, European Central Bank vice-president Luis de Guindos said on April 28, 2022. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Alors que le Grand-Duché devrait compter 40% d'habitants et d'emplois en plus d'ici 2035, voici comment le ministère de la Mobilité veut éviter la congestion totale des infrastructures de transport d'ici là.
Lokales,Mobilität,Auto,Zug,Tram,Bus,öffentlicher Transport.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Alors qu'une accalmie semblait se dessiner sur le front de la pandémie, l'Europe voit se dérouler une guerre à ses portes. Les conséquences de ce conflit viennent renforcer les inquiétudes liées à l'inflation et aux difficultés d'approvisionnement.
poor Asian man hand open empty purse looking for money having problem bankrupt broke after credit card payday
Les sociétés luxembourgeoises de logistique souffrent d'un manque de chauffeurs qui devient de plus en plus difficile à combler. Une problématique partagée par de nombreux pays à l'échelle européenne.
Pas simple en ce moment pour les sociétés luxembourgeoises de transports routiers. D'un côté des prix à la pompe trop hauts et d'un autre, des volants qui ne trouvent pas de professionnels.