Changer d'édition

Démonstration de force réussie
Luxembourg 10 3 min. 19.11.2019

Démonstration de force réussie

Les présidents de la CGFP, du LCGB et de l'OGBL ne pouvaient rêver plus forte mobilisation.

Démonstration de force réussie

Les présidents de la CGFP, du LCGB et de l'OGBL ne pouvaient rêver plus forte mobilisation.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 10 3 min. 19.11.2019

Démonstration de force réussie

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
OGBL, LCGB et CGFP ont réussi à unir leurs forces, mardi soir. Plus de 1.500 personnes se sont rassemblées pour marquer leur opposition au souhait patronal d'abandonner le Comité permanent du travail et de l'emploi, et plus largement remettre en cause le dialogue social.

Les mots n'étaient pas inscrits dans son discours. Mais, face à une salle du Parc Hôtel Alvisse comble, ce mardi soir, André Roeltgen n'a pu que s'enthousiasmer : «Près de 2.000 personnes: cela dépasse tous nos espoirs!» Et le président de l'OGBL de relayer par ces mots la satisfaction des coorganisateurs de cette grande manifestation, la CGFP et le LCGB. Si l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) voulait mesurer la force de son «adversaire», la voilà prévenue. Ces trois-là restent puissants quand il s'agit de défendre «le dialogue social à la luxembourgeoise».

Car, le 18 septembre dernier, en quittant la tripartite (Etat, syndicats, patronat), l'UEL a clairement fait savoir qu'elle remettait en cause les modalités même de la concertation en place depuis 40 ans. De quoi piquer au vif les trois syndicats et leurs militants qui ont réussi, ce 19 novembre, une belle démonstration de force. «L'attaque scandaleuse du patronat», évoquée par André Roeltgen, aura uni les trois formations, et même au-delà puisque l'assistance était également composée de représentants de l'ALEBA et du syndicat cheminot Landesverband-FNCTTEL.


Un millier de manifestants sont attendus par les trois syndicats, ce soir au Parc Hotel Alvisse.
Le grand soir se profile pour les syndicats
Faire revenir le patronat à la table des négociations: tel est le but du rassemblement organisé ce mardi soir par OGBL, LCGB et CGFP. Le brusque départ de l'UEL de la tripartite reste «inacceptable» pour les trois syndicats. De son côté, le ministre du Travail rappelle son attachement aux «outils du dialogue social à la luxembourgeoise».

Alors à la tribune, chacun s'enflamme contre l'organisation patronale et son président, Nicolas Buck. «Quelqu'un qui ne veut pas négocier n'est pas un partenaire mais un adversaire social», dixit André Roeltgen. «Est-ce que toutes les entreprises du pays apprécient la prise de position de leur représentant qui doute de la qualité du dialogue social qui a apporté la prospérité au pays», interroge Romain Wolff pour la CGFP. 

Et Patrick Dury, du LCGB, de retourner l'argument de l'UEL au visage de celui qui l'a lancé: «En disant que depuis 40 ans, le modèle social n'a rien produit de bon, M. Buck renie tout le travail de ses prédécesseurs, MM. Kinsch, Wurth et Rommes». 

Mais si le patronat a les oreilles qui sifflent sous les attaques des orateurs et les applaudissements de la foule, il n'est pas le seul visé par les colères. Les attentes portent aussi sur le troisième acteur de la tripartite : le gouvernement. Car c'est bien trop timidement, aux yeux des syndicats, que le ministre du travail Dan Kersch (LSAP) ou le Premier ministre Xavier Bettel (DP) ont signifié leur opposition à l'attitude de l'Union des entreprises.

Certes, le 2 décembre, une nouvelle réunion du Comité permanent du travail et de l'emploi est convoquée. Mais un peu plus de fermeté de ton des deux nommés aurait été appréciée. «Le gouvernement doit fournir des preuves de sa volonté de dynamiser le dialogue social, comme il l'a annoncé dans l'accord de coalition. Le faire avec une réaction claire et nette qui mette un terme à l'affront de l'UEL», peste Romain Wolff. A charge pour Patrick Dury d'enfoncer le clou: «Si le gouvernement ne fait rien, il deviendra complice du vandalisme social de l'UEL».

Un rappel haut et fort

Et le représentant du LCGB d'y aller de sa litanie de réformes demandées. Chacune soulevant l'enthousiasme syndical retrouvé: nouveau cadre législatif pour le télétravail, directives claires sur la protection de la vie privée (vidéosurveillance, géolocalisation), amélioration de la loi sur le reclassement, droit à une formation continue en fonction de son temps de travail, meilleure prévention des risques professionnels sur la santé des salariés, redéfinition du contrôle médical, simplification du droit de grève, réduction du temps de travail... 

L'Union des entreprises ne voulait «plus négocier mais juste dialoguer». Le gouvernement tournait la tête ailleurs. OGBL, LCGB et CGFP sont venus leur rappeler haut et fort, mardi soir, qu'il restait bien des points à clarifier. «Nos droits à la négociation, nous ne les abandonnerons devant personne!»


Sur le même sujet

La tripartite repart sans trébucher
Le Comité permanent du travail et de l'emploi (CPTE) a enfin tenu une réunion, après deux mois sans possible conciliation entre les trois partenaires. L'Union des entreprises, les syndicats et le ministre du Travail
Sport, ITV Dan Kersch. Sportsminister, Ministère des Sports. INS, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le patronat prêt à retrouver la tripartite
Au lendemain de la grande mobilisation qui a réuni près de 1.500 personnes à l'appel de l'OGBL, du LCGB et de la CGFP, le président de l'UEL affirme qu'il sera bien présent au prochain Comité permanent du travail et de l'emploi, le 2 décembre.
Nicolas Buck, «patron des patrons» reste ferme : «Il faut revoir les modalités de travail du Comité permanent du travail et de l'emploi».
Le grand soir se profile pour les syndicats
Faire revenir le patronat à la table des négociations: tel est le but du rassemblement organisé ce mardi soir par OGBL, LCGB et CGFP. Le brusque départ de l'UEL de la tripartite reste «inacceptable» pour les trois syndicats. De son côté, le ministre du Travail rappelle son attachement aux «outils du dialogue social à la luxembourgeoise».
Un millier de manifestants sont attendus par les trois syndicats, ce soir au Parc Hotel Alvisse.
Les syndicats attendent une fin de boycott
Face au refus du patronat de dialoguer avec les partenaires sociaux, OGBL, LCGB et CGFP s'unissent pour défendre le «modèle social luxembourgeois». Salariés du public comme du privé sont invités à défiler le 19 novembre mais pour se faire entendre de qui: l'UEL ou l'Etat?
PK-OGBL, LCGB, CGFP/Sozialdialog - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Le travail est surtaxé par rapport au capital»
Sur les ondes de RTL, Romain Wolff a livré ses sentiments au sujet des difficiles rapports entre les syndicats et le patronat. Le président de la Confédération générale de la fonction publique (CGFP) a aussi donné son avis sur la prochaine réforme fiscale.
50 Jahre CGFP, Itw Romain Wolff / Präsident, Foto Lex Kleren
Le dialogue social à la sauce patronale
Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.
Wirtschaft,CdP Fedil,Nicolas Buck,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort