Changer d'édition

Démission? Non, retraite pour le chef d'état-major
Luxembourg 2 min. 18.02.2020 Cet article est archivé

Démission? Non, retraite pour le chef d'état-major

Le général Alain Duschène avait rejoint les rangs de l'armée à l'âge de 18 ans.

Démission? Non, retraite pour le chef d'état-major

Le général Alain Duschène avait rejoint les rangs de l'armée à l'âge de 18 ans.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 18.02.2020 Cet article est archivé

Démission? Non, retraite pour le chef d'état-major

La fronde syndicale contre lui aura sans doute pesé sur son choix : le général Alain Duschène partira en pension pour l'automne 2020. Il dirigeait l'ensemble des troupes luxembourgeoises depuis deux ans.

Depuis l'automne, l'autorité du commandant de l'armée luxembourgeoise était sérieusement remise en cause. Les positions du général Alain Duschène ne faisant pas l'unanimité dans les rangs. A 59 ans, il quittera ses fonctions au 29 septembre, comme indiqué dans le journal officiel. Mais le ministère de la Défense a confirmé qu'il s'agissait là d'un départ naturel, et non d'une démission. 

Ainsi, François Bausch (Déi Gréng) aurait-il déjà reçu, à l'été 2019, une demande de pension pour le haut gradé. Et c'est le ministre qui aurait demandé au militaire de prolonger son service d'un an «parce que l'armée était en phase de transition et qu'une rupture à ce moment-là n'aurait pas été opportune. C'était bien avant la cause Schleck », assure le vice-Premier ministre.

Plus d'hommes et de moyens

L'officier Duschène commande les forces luxembourgeoises depuis septembre 2017 et s'apprête donc à achever une carrière sous les drapeaux débutée voilà 41 ans. En tant que commandant, Duschène s'est attaqué activement à la pénurie de personnel dans l'armée (aujourd'hui 800 soldats) mais il a également été en mesure de façonner activement des projets tels que le déploiement de satellite militaire ou le renforcement en matériel aérien. L'arrivée cette année de deux hélicoptères et d'un avion de transport en sont les derniers exemples en date.


Pascal Ricquier SPFP SNPGL
Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général
L'annulation de la mutation du soldat Schleck par le ministre de la Défense ne suffit pas pour clore le «scandale» aux yeux du Syndicat professionnel de la force publique. Il revendique la révocation du chef d'état-major et la démission de François Bausch et Henri Kox.

L'une des heures les plus délicates de la carrière de ce natif d'Esch-sur-Alzette aura certainement été l'accident mortel suite à l'explosion d'une bombe de la Deuxième Guerre mondiale en février 2019 à Waldhof. 

Mais ces derniers mois, plusieurs syndicats (SPFP, CGFP, SPAL) avaient réclamé son départ en raison d'atteinte à la liberté syndicale après une possible mutation de l'adjudant-chef Schleck (décision finalement annulée).

Le ministre de la Défense, François Bausch (Déi Gréng) n'a encore rien laissé filtrer sur le nom du possible successeur du général. Une seule certitude :  il a six dossiers de candidature sur son bureau, et quatre candidats ont déjà passé un entretien.


Sur le même sujet

L'adieu aux armes du général Duschène
Le chef d'état-major s'apprête à quitter l'armée luxembourgeoise après lui avoir consacré 42 ans. L'officier laisse un millier d'hommes. Un effectif qui va être renforcé bien vite, autant que les capacités opérationnelles.
online.fr, Portrait Alain Duschene  Armee Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général
L'annulation de la mutation du soldat Schleck par le ministre de la Défense ne suffit pas pour clore le «scandale» aux yeux du Syndicat professionnel de la force publique. Il revendique la révocation du chef d'état-major et la démission de François Bausch et Henri Kox.
Pascal Ricquier SPFP SNPGL
Le général Duschène joue l'apaisement
L'adjudant-chef Schleck a jusqu'à la veille de Noël pour formuler ses objections pour le poste proposé et à ce stade, il n'y a «pas une décision de changement d'affectation de poste». C'est en substance la réponse du chef d'état-major qui reste muet sur la sommation.
Le bras de fer continue dans l'affaire Schleck
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique démonte les arguments du général Duschène. L'objectif pour l'état-major, estime le syndicat, «était uniquement de bouger de son poste au BIA» l'adjudant-chef Schleck, à cause de son engagement syndical.
SPFP-Präsident Pascal Ricquier (l.) forderte am 26. November den Rücktritt von General Alain Duschène, weil dieser den Präsidenten der Armeegewerkschaft Christian Schleck (r.) wegen seiner gewerkschaftlichen Tätigkeit strafversetzt habe.
La colère gronde dans les rangs
Quand un syndicat en vient à demander la démission du chef d'état-major de l'armée, c'est que la situation est grave. Le SPFP réclame ainsi des têtes mais surtout des mesures pour que les métiers de la force publique retrouvent leur attrait.
Nationalfeiertag 2019. Prises d'Armes, Militärparade, Boulevard JF Kennedy, Militär, Armee, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort