Changer d'édition

"Deltour ne regrette rien"
Luxembourg 12.04.2016 Cet article est archivé
Procès LuxLeaks

"Deltour ne regrette rien"

Antoine Deltour riskiert bis zu zehn Jahre Haft.
Procès LuxLeaks

"Deltour ne regrette rien"

Antoine Deltour riskiert bis zu zehn Jahre Haft.
Foto: Gerry Huberty
Luxembourg 12.04.2016 Cet article est archivé
Procès LuxLeaks

"Deltour ne regrette rien"

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
L'ancien auditeur de PWC et lanceur d'alerte à l'origine de LuxLeaks attend son procès qui doit débuter le 26 avril. Son avocat s'est exprimé à l'approche de la date fatidique.

(ml/AF) - Le 26 avril débutera le procès d'Antoine Deltour. Cet ancien auditeur de PWC (Price Waterhouse Coopers) est à l'origine des LuxLeaks. Il a divulgué des documents de son employeur pour révéler certaines pratiques qu'il estimait iniques. Ces documents révélaient des accords fiscaux entre le Luxembourg et des multinationales implantées dans le pays.

Lanceur d'alerte, il risque jusqu'à 10 ans de prison: violation du secret professionnel, publication de documents confidentiels sont les principaux chefs d'accusation. Deux autres personnes comparaitront sur le banc des accusés ce jour-là, dont le journaliste Édouard Perrin. Cinq jours d'audience sont prévus.

Antoine Deltour ne regrette rien de ses actes, a-t-il confié via son avocat, Philippe Penning, dans une interview accordée à L'Essentiel. Son avocat rappelle que le lanceur d'alerte n'a jamais voulu que le nom de son employeur ou d'autres entreprises apparaisse dans les médias. Il referait de même, en dépit des conséquences pour ses proches ou sa carrière professionnelle, rapporte Me Penning.

Me Penning attend du procès qu'il aille dans le sens de la "condamnation quasi unanime de ces pratiques fiscales inacceptables", dit-il à nos confrères de L'Essentiel.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le lanceur d'alerte français Antoine Deltour, à l'origine de l'affaire Luxleaks qui a dévoilé l'optimisation fiscale à grande échelle des multinationales via le Luxembourg, est rejugé à partir de mardi devant une cour d'appel du Grand-duché.
Antoine Deltour
La justice luxembourgeoise a réduit mercredi en appel les peines des deux lanceurs d'alerte français à l'origine du scandale LuxLeaks, qui a mis à nu l'optimisation fiscale à grande échelle pratiquée par des multinationales via le Grand-Duché.
Jugement Luxleaks en appel, Edouard Perrin, Antoine Deltour et Raphaël Halet, Luxembourg, le 15 Mars 2017. Photo: Chris Karaba
Panama Papers - LuxLeaks
Son cabinet étant cité dans les Panama Papers, l'avocat du lanceur d'alerte de LuxLeaks se défend d'avoir personnellement «créé, acheté ou détenu une quelconque société de droit panaméen».
Antoine Deltour foi ontem ouvido no tribunal do Luxemburgo no âmbito do processo Luxleaks
Quelques semaines après les révélations des "Panama Papers", le procès des "LuxLeaks" à Luxembourg promet de brasser jusqu'à la semaine prochaine plusieurs sujets brûlants d'actualité, du statut fragile des lanceurs d'alerte au scandale de l'évasion fiscale.
(COMBO) This combination of pictures created on April 26, 2016 shows (L to R) French journalist Edouard Perrin, former employees at services firm PricewaterhouseCoopers (PwC), Raphael Halet and Antoine Deltour, at the courthouse in Luxembourg, for a trial over the so-called LuxLeaks scandal that exposed the country's huge tax breaks for major international companies, with the issue riding high after the recent Panama Papers revelations.
Three men went on trial in Luxembourg on April 26, 2016 accused of a huge document leak that exposed tax breaks for major global companies, in an issue brought sharply into focus by the Panama Papers scandal. Antoine Deltour and Raphael Halet, two former employees at services firm PricewaterhouseCoopers (PwC), and French journalist Edouard Perrin face charges over the theft of thousands of confidential files in the so-called LuxLeaks scandal. / AFP PHOTO / JOHN THYS
Ils étaient une vingtaine au rendez-vous donné place Clairefontaine, lundi à 17h30, pour interpeller le Premier ministre français Manuel Valls sur le sort des deux lanceurs d'alerte, dont le procès doit débuter le 26 avril au Luxembourg.
Piquet de solidarité envers Antoine Delfour et Edouard Perrin,lors de la visite de Manuel Valls.Foto:Gerry Huberty