Changer d'édition

Déjà du retard pour le Südspidol
Luxembourg 2 2 min. 24.01.2020 Cet article est archivé

Déjà du retard pour le Südspidol

Il faudra encore six ans pour passer de la maquette à la réalité du nouveau centre hospitalier.

Déjà du retard pour le Südspidol

Il faudra encore six ans pour passer de la maquette à la réalité du nouveau centre hospitalier.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 2 2 min. 24.01.2020 Cet article est archivé

Déjà du retard pour le Südspidol

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le nouvel hôpital du Sud n'ouvrira pas ses portes avant 2026. L'annonce en a été faite par le ministre de la Santé, vendredi. Les premiers appels d'offres pour ce projet de 541 millions d'euros seront lancés en septembre prochain.

«S'il ouvre en 2022, nous serons contents.» Ainsi parlait Vera Spautz(LSAP), présidente du comité d'administration du centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) en 2015. A cette date, sonnait l'heure de lancer la création du «Südspidol», le nouvel hôpital du sud du pays. Mais sept ans n'auront pas suffi pour aboutir à l'ouverture de l'établissement. Et le ministre de la Santé Etienne Schneider (LSAP) a annoncé, ce vendredi, que «la mise en service du Südspidol est maintenant prévue pour mi -2026». 

Des explications pour expliquer ce retard, celui qui quittera le gouvernement le 4 février prochain, peut en citer de nombreuses. Etienne Schneider parle notamment de «l'introduction de certaines exigences techniques lors de la phase de planification mais aussi d'adaptation à la nouvelle loi hospitalière du 8 mars 2018 tout comme à des considérations liées aux progrès de la médecine». Bref, au final, la première phase d'appel d'offres pour cet hôpital de 583 lits est maintenant programmée pour septembre 2020.

Le ministre précise que le début des travaux d'excavation sur le site du futur hôpital à Esch-sur-Alzette est reporté au premier semestre 2021. Les engins de chantier prendront alors possession pour de longs mois des terrains à proximité du rond-point Raemerich, à l'entrée de la ville. A terme, viendront s'y regrouper l'ensemble des services du CHEM jusque-là répartis entre Esch, Dudelange et Niederkorn.

Permis accordé, budget voté

Si en juillet 2018, les députés avaient donné leur aval pour fixer le montant de la participation de l'Etat, Etienne Schneider informe aussi que la convention de financement était, elle, toujours «en cours de signature». Une certitude sur les quelque 541 millions d'euros de budget annoncé, l'Etat ne devrait pas prendre en charge plus de 433,5 millions. De son côté, la Ville d'Esch-sur-Alzette a accordé le permis de construire en septembre 2019. 


Le «Südspidol» verra son champ d'expertise élargi
Adopté en août 2018, le projet de création d'un pôle hospitalier regroupant les centres d'Esch-sur-Alzette, Dudelange et Niederkorn devrait également accueillir un centre pour l'Association Luxembourg Alzheimer (ALA) et une polyclinique, a indiqué lundi soir Dan Biancalana (LSAP), bourgmestre de Dudelange.

En attendant 2026, et l'ouverture du «Südspidol», le ministère de la Santé devra veiller sur l'hôpital Princesse Marie-Astrid de Niederkorn. En effet, l'autorisation d'exploitation de l'établissement ne n'est valable que jusqu'à 2025. 

Une prolongation devra être demandée auprès de l'Inspection du travail et des mines.  Les adaptations structurelles de l'HPMA en vue de se conformer à la loi hospitalière sont actuellement en voie d'achèvement et devraient permettre la continuation de son exploitation jusqu'au déménagement dans la nouvelle infrastructure du Südspidol.


Sur le même sujet

Les IRM de la discorde
La Caisse nationale de Santé (CNS) rechigne à apporter sa part du financement des quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique installés dans le pays. Une situation qui ne devrait pas impacter les patients, assure la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL).
Le coût d'acquisition d'un équipement IRM s'élève à 600.000 euros. Auxquels s'ajoutent des frais d'infrastructure entre 400.000 et 1,5 million d'euros.
La médecine environnementale arrive au CHEM
Le ministre de la Santé a tranché: le Centre hospitalier Emile Mayrisch ouvrira le premier service de prise en charge de patients atteints de troubles liés à l'exposition à des polluants.
CHEM - Centre Hospitalier Emil Mayrisch - Hôpital Princesse Marie-Astrid - Niederkorn -  - 08/01/2019 - photo: claude piscitelli
Vers la généralisation prochaine du tiers payant
La prise en charge financière directe des prestations médicales ne sera plus réservée aux plus modestes, le système devant être disponible à tous les affiliés, annonce mercredi Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale, à l'occasion de la quadripartite santé.
Quand l'IRM tombe du ciel à Esch-sur-Alzette
Le centre hospitalier d'Esch-sur-Alzette dispose désormais d'un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique. Et c'est de façon spectaculaire que l'outil médical a été livré.