Changer d'édition

Déi Lenk part en croisade contre le capitalisme vert
Luxembourg 4 min. 21.09.2020

Déi Lenk part en croisade contre le capitalisme vert

Le parti de gauche a brandi un carton rouge à l'adresse du gouvernement à l'occasion de son congrès annuel

Déi Lenk part en croisade contre le capitalisme vert

Le parti de gauche a brandi un carton rouge à l'adresse du gouvernement à l'occasion de son congrès annuel
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 21.09.2020

Déi Lenk part en croisade contre le capitalisme vert

Pour le parti de gauche, le modèle économique capitaliste reste le principal problème de notre société. Les questions écologiques et sociales ne pourront être résolues sans un changement radical du système, selon le député Marc Baum.

(JFC, avec Morgan Kuntzmann) - Sans grande surprise, de nombreuses critiques ont fusé à l'encontre du gouvernement, dimanche à l'occasion du congrès de Déi Lénk. Emporté par sa diatribe antigouvernementale, l'orateur principal Marc Baum a même dû raccourcir son discours, sans quoi il aurait dépassé le temps imparti. Le parti de gauche s'est fendu d'une analyse de la crise économique et systémique, avec comme thèse centrale: «le capitalisme est le père de toutes les crises».

Selon le parti de gauche, les injustices sociales et le changement climatique ne peuvent être résolus indépendamment l'un de l'autre. Ainsi, Carole Thoma, la porte-parole du parti a déclaré que «pour parvenir à un système social durable sans détruire l'environnement et nous-mêmes, nous devons changer notre système économique actuel», tout en ajoutant qu'«un système qui vit de la surproduction et qui subordonne l'homme et la nature au profit ne peut être durable».

Pour Marc Baum (debout au pupitre), «au final, ce sont les consommateurs qui paient la facture et non les grandes entreprises, alors qu'elles sont les principales causes de la crise climatique»
Pour Marc Baum (debout au pupitre), «au final, ce sont les consommateurs qui paient la facture et non les grandes entreprises, alors qu'elles sont les principales causes de la crise climatique»
Photo: Gerry Huberty

Ces assertions ne font en somme que confirmer l'analyse globale de la gauche sur les liens entre le modèle économique et les problèmes qui en résultent pour notre société actuelle. Bref, pour Déi Lénk, la tactique du gouvernement libéral de rentabiliser la lutte contre le changement climatique en augmentant les marges bénéficiaires des multinationales avec l'aide de fonds publics ne fonctionne pas. «C'est l'essence même du capitalisme vert: au final, ce sont les consommateurs qui paient la facture et non les grandes entreprises, alors qu'elles sont les principales causes de la crise climatique», résume Marc Baum.

Les membres du parti Déi Lénk s'en sont aussi pris à l'état de crise décrété au printemps par le gouvernement en raison de l'épidémie de covid-19, alors qu'«il y a tout juste quatre ans, nous nous battions bec et ongles contre l'expansion de l'état de crise». Fort de cette expérience, Marc Baum a averti le gouvernement que «la gauche ne votera pas de deuxième budget d'urgence lié à la crise sanitaire». Le député qui ajoute que la prolongation de la loi covid censée être adoptée mardi sera surveillée de près.


Politik, Bilan parlementaire Déi Lénk, David Wagner, Marc Baum, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Déi Lénk critique un gouvernement éparpillé
Politique gouvernementale «sans fil rouge» depuis le déconfinement, communication défaillante et confiance rompue avec l'opposition. Les parlementaires de la gauche n'y vont pas de main morte au moment du bilan.

Soucieux de dégager des solutions par-delà les critiques, Déi Lénk estime que pour surmonter la crise, une transformation sociale et écologique de la société doit s'opérer. Pour le parti de gauche, elle passe par plus de logements, des énergies renouvelables, un meilleur service public et surtout un investissement dans un travail utile. Et si Marc Baum est conscient que ce changement souhaité dans la société nécessite de grosses sommes d'argent, il est d'avis que celles-ci pourraient être collectées par le biais d'un système fiscal plus équitable.

Le débat sur la justice fiscale initié par le président du parti CSV, Frank Engel, a plus que surpris le parti de gauche. «Nous n'avions pas besoin du CSV pour faire entrer l'idée d'un impôt sur les successions», estime-t-il. Pas plus d'ailleurs que «nous n'avons besoin du LSAP pour plancher sérieusement sur un impôt sur la fortune, alors que nous exigeons depuis longtemps une taxe sur les transactions financières.» Malgré tout, le parti de gauche se réjouit de constater que la pression mise depuis une décennie à la Chambre commence aujourd'hui à produire des résultats.

Carole Thoma s'est longuement exprimée sur la «redistribution» prônée par Déi Lénk
Carole Thoma s'est longuement exprimée sur la «redistribution» prônée par Déi Lénk
Photo: Gerry Huberty

A l'occasion du congrès du parti, le terme de «redistribution» était au centre des discours. «Quand déi Lénk parle de redistribution, on ne parle pas de l'enseignant qui a économisé un peu ou du jeune coiffeur qui a osé faire le pas d'ouvrir un petit magasin», précise ainsi Carole Thoma.

Loin de là, la gauche cible plutôt les (très) grosses fortunes, comme l'investisseur immobilier Flavio Becca, enrichi selon Déi Lénk «sur le dos des travailleurs». «Il est inacceptable que les riches deviennent de plus en plus riches alors que 14% de la population active au Luxembourg ne peut plus vivre de son travail», déclare Carole Thoma. Pour elle, il ne s'agit pas du citoyen ordinaire qui hérite d'un peu d'argent ou de la maison de ses parents, mais «de ceux qui disposent de dizaines voire de centaines de millions d'euros». Et la porte-parole de s'interroger: «ne pourraient-ils pas dès lors apporter leur contribution à une société plus sociale et solidaire?»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Copie à revoir sur le financement des partis
La loi sur le financement des partis doit être réformée pour la troisième fois. Mais le Conseil d'État porte un regard critique sur les propositions pourtant unanimement soutenues par les formations politiques du pays.
Ballot boxes are emptied as officials start counting the votes from the first round of French parliamentary election in Nice, France June 11, 2017. REUTERS/Eric Gaillard
Déi Lénk critique un gouvernement éparpillé
Politique gouvernementale «sans fil rouge» depuis le déconfinement, communication défaillante et confiance rompue avec l'opposition. Les parlementaires de la gauche n'y vont pas de main morte au moment du bilan.
Politik, Bilan parlementaire Déi Lénk, David Wagner, Marc Baum, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La nouvelle loi-covid adoptée sans plébiscite
Annoncées dimanche, les dernières mesures sanitaires avant la fin de la session parlementaire ont été adoptées par 33 voix sur 60. Les votes de députés Piraten confortant la majorité dans l'application de nouvelles sanctions possibles jusqu'au 30 septembre désormais.
Wirtschaft, Lokales, Illustrationen, Masken, Covid 19, verschiedene Masken, Mode der Masken, Muster, Farbe,  Corona-Zeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'opposition unie pour réclamer plus d'informations
Après s'être plainte que le gouvernement était sourd à ses propositions, voilà l'opposition (tous bords confondus) regrettant le mutisme des ministres sur l'étendue de la crise sanitaire. Des données capitales pourtant pour que les parlementaires CSV, ADR, Pirate ou Déi Lenk puissent agir.
IPO.Oppositionsbriefing.Cercle City. Martine Hansen,Sven Clement ,Marc Baum,Gast Gybérien. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Taxer plus pour bâtir plus
Imposer à 15.000% les terrains constructibles laissés non bâtis, les partis d'opposition au sein du conseil communal de la Ville de Luxembourg le souhaitent. La mesure poussant les propriétaires concernés à vendre pour ainsi permettre de nouvelles habitations.
online.fr .PK. Baulücken in der Stadt Luxemburg.Bonnevoie,rue de Wiltz. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'opposition dégaine encore timidement
Anesthésiés durant l'état de crise, les partis minoritaires ont semblé retrouver un peu de tonus à l'occasion des derniers débats parlementaires. Mais l'opposition ne ressort pas indemne de ces trois mois d'état de crise, et pas forcément en grande forme pour ce qui concerne le CSV.
Politik, Ankündigungen von Bettel bezüglich Corona, Covid-19, Chambre, Cercle cité, Foto: Lex Kleren/ Luxemburger Wort
déi Lénk bataille contre deux contrats militaires
Le parti de gauche a un satellite et un avion ravitailleur dans le collimateur. Estimant que les sommes dépensées par le pays pour ces équipements seraient bien plus utiles dans la période actuelle dans le soutien à l'économie et aux ménages du pays.
Toute l'opposition s'en prend à Corinne Cahen
CSV, Adr, déi Lenk et Piraten demandent à Xavier Bettel de revoir sa position et de saisir le comité d'éthique au sujet du courriel personnel envoyé avec sa signature de ministre de la Famille.
IPO , Koalitionsverhandlungen Wahlen 2018 , Aussenministerium , LSAP-DP-Dei Greng , Corinne Cahen , DP  Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pas un mot de Xavier Bettel sur les inégalités
Mettant en cause la «croissance qualitative» et insistant sur «les inégalités et la pauvreté qui sont en train d'augmenter énormément au Luxembourg», Robert Urbé, coordinateur de l'Almanach social chez Caritas, revient sur le discours du Premier ministre.
Lok , PK Gemeinde Luxemburg , Mendicite a Luxembourg-Ville , Bettler , Obdachlose , Armut Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Déi Lénk, l'ADR et les Piraten se rebellent
Comme le CSV, les trois plus petits partis de l'opposition disent leur mécontentement face à l'attitude «arrogante» de la majorité parlementaire. Le plus chevronné, l'ADR, est aussi le plus déterminé.
IPO,PK ADR Bilan Parlementaire.,Gast Gibéryen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort