Changer d'édition

Déi Lénk, l'ADR et les Piraten se rebellent
Luxembourg 1 5 min. 18.07.2019

Déi Lénk, l'ADR et les Piraten se rebellent

Déi Lénk, l'ADR et les Piraten se rebellent

Photo: Caroline Martin
Luxembourg 1 5 min. 18.07.2019

Déi Lénk, l'ADR et les Piraten se rebellent

Comme le CSV, les trois plus petits partis de l'opposition disent leur mécontentement face à l'attitude «arrogante» de la majorité parlementaire. Le plus chevronné, l'ADR, est aussi le plus déterminé.

(VO/SW/MF) – Un gouvernement qui «manque de transparence», un ministre de la Justice «complètement débordé», une majorité parlementaire (DP-Déi Gréng-LSAP) «arrogante», les députés des deux groupes techniques de l'ADR et des Piraten et de la sensibilité politique déi Lénk portent un regard critique au moment de faire leur bilan parlementaire après l'ère I du gouvernement Gambia II.

L'ADR juge le gouvernement «arrogant»

L'ADR a jugé durement mardi le gouvernement lors de son bilan parlementaire établi par le président du parti, Gast Gibéryen. «Ce début de mandat a été marqué par l'arrogance du gouvernement», a-t-il estimé. Il évoque le manque de transparence de la coalition, prenant pour exemple les questions parlementaires posées par l'opposition et qui sont restées sans réponse.

Photo: Gerry Huberty

Pour illustrer cette opacité, Gast Gibéryen a pris l'exemple de l'affaire du «casier judiciaire bis» où le ministère public aurait utilisé illégalement la base de données de la justice lors d'une candidature pour un poste de référendaire-bibliothécaire. L'ADR a menacé de déposer à la rentrée une résolution pour créer une commission d'enquête parlementaire si le gouvernement persiste dans son attitude contradictoire.


Josée Lorsché (Déi Gréng), Alex Bodry (LSAP) et Eugène Berger (DP) espèrent que le CSV abandonnera sa position de blocage sur la réforme constitutionnelle.
Campagne d'information en vue du référendum cet automne
Avant que n'ait lieu le référendum sur la nouvelle Constitution, la Chambre des députés lancera cet automne une vaste campagne d'information sur le texte proposé. Encore faut-il, au préalable, s'entendre avec le CSV.

En ce qui concerne le volet électoral, le parti politique se félicite et dresse un bilan positif. Lors des élections législatives de 2018, l'obtention d'un siège supplémentaire a augmenté sa présence à quatre députés à la Chambre et le score obtenu aux élections européennes est en progression.

Les thèmes qui seront creusés dans les prochains mois continueront à être la famille, l'augmentation de la population et le logement, l'intégration et la politique migratoire. Gast Gibéryen est revenu sur le fait que son parti privilégie la croissance qualitative à la quantitative, thème largement abordé lors de la campagne des législatives.

Déi Lénk accable Braz

«Le gouvernement fait face à des défis majeurs, mais il n'en est pas conscient», avait lancé mardi, au cours du même exercice, David Wagner, chef de la sensibilité politique déi Lénk qui compte deux représentants à la Chambre. Bien qu'il ait fait l'éloge de la ministre du Logement, qui a «abordé son travail avec beaucoup de ferveur», le chef du parti voit davantage une nécessité de réformes beaucoup plus profondes, «si on veut aller au fond du problème» du marché du logement saturé.«La seule véritable façon de faire baisser les prix sur le marché immobilier est de lutter contre les spéculateurs», a déclaré David Wagner.

Autre point important abordé par la faction, le climat et l'environnement. «Les effets du climat sur notre monde sont de plus en plus graves et le temps se fait de plus en plus rare», a souligné David Wagner. Pour lui, aucun doute, l'électromobilité tant voulue au Luxembourg ne mènera nulle part: «ce n'est pas non plus une solution à long terme ; il faut optimiser les transports publics».


IPO.PK. CSV- Bilanz.Léon Gloden,Martine Hansen, Gilles Roth. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
Le CSV endosse son rôle de leader dans l'opposition
Les chrétiens-sociaux accusent le gouvernement Bettel d'être inactif dans les dossiers importants et de traiter avec arrogance le parlement. Les fichiers secrets de la magistrature et de la police violent le droit à l'oubli.

Marc Baum, a fait l'éloge du CSV concernant la réforme de la Constitution, qui «redonne du dynamisme à une discussion restée longtemps en sommeil». Le second de Déi Lénk partage ainsi l'avis du parti leader de l'opposition qui appelle à davantage d'implications des citoyens dans le débat constitutionnel et constate que le dossier va actuellement dans la mauvaise direction.

Quant à l'affaire du casier judiciaire bis qui brouille actuellement les relations entre les partis d'opposition et le gouvernement Bettel II, déi Lénk est d'avis que le ministre de la Justice (Déi Gréng), Félix Braz «est complètement débordé; il ne contrôle pas les administrations et ne sait pas qui fait quoi», a vivement critiqué Marc Baum.

Les Piraten posent beaucoup de questions

Le groupe technique Piraten, représenté pour la première fois au parlement depuis octobre, a comme l'ADR, mis le doigt sur «l'arrogance» de la majorité gouvernementale qui «nous a conduits à quitter la salle» lors du récent coup d'éclat à la Chambre, précise Sven Clement. Alors même que l'idée première est de faire «un travail d'opposition constructif» et non d'être systématiquement contre les idées de la majorité gouvernementale. La vidéo montre bien que les Piraten n'étaient pas spontanément décidés à suivre tous les autres partis de l'opposition.

Lors de ce tout premier bilan parlementaire, Sven Clement s'est présenté comme le recordman des questions parlementaires (il en a posé 90) tandis que son collègue Marc Goergen fait partie du top 5 (il en a posé 69) au Krautmaart.

Pour que leur leitmotiv d'encouragement à une meilleure participation citoyenne à la vie politique devienne réalité, les Piraten ont lancé samedi le site fro.lu qui permet à tout citoyen de poser désormais des questions au gouvernement via les voix des deux Pirates. De la même manière, ils comptent lancer cet automne un site baptisé dengstëmm.lu (traduisez: «ta voix») pour permettre à leurs membres, puis le grand public dans un second temps, de voter pour ou contre les projets de loi qui seront discutés au parlement la semaine suivante.

Quant à la grande campagne sur la réforme constitutionnelle qui doit être lancée par la Chambre à l'automne, les Piraten jugent qu'elle est «vouée à l'échec» du fait que seuls les rapporteurs des quatre grands partis (CSV, DP, LSAP, Déi Gréng) la mèneront. Ils ne voient pas d'inconvénient majeur à voter en l'état rapidement le texte ficelé puisque la Constitution doit être un texte vivant.