Changer d'édition

Déi Lénk critique un gouvernement éparpillé
Luxembourg 3 min. 23.07.2020 Cet article est archivé

Déi Lénk critique un gouvernement éparpillé

Selon Marc Baum, «chacun fait ce qu'il veut dans son ministère et fait porter la responsabilité sur les autres».

Déi Lénk critique un gouvernement éparpillé

Selon Marc Baum, «chacun fait ce qu'il veut dans son ministère et fait porter la responsabilité sur les autres».
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 23.07.2020 Cet article est archivé

Déi Lénk critique un gouvernement éparpillé

Maurice FICK
Maurice FICK
Politique gouvernementale «sans fil rouge» depuis le déconfinement, communication défaillante et confiance rompue avec l'opposition. Les parlementaires de la gauche n'y vont pas de main morte au moment du bilan.

(MF avec Annette Welsch) – Grâce au parti libéral, la coalition gouvernementale DP-LSAP-Déi Gréng avait le vent en poupe pour sa gestion de la crise sanitaire début juillet. Mais l'état de crise appartient au passé, le coronavirus oublie de d'essouffler et les poumons sont gonflés à bloc dans les rangs de l'opposition. Ce jeudi après-midi l'adoption de la nouvelle loi-covid est passée à deux doigts d'un échec !

Au premier rang, le CSV a sifflé la fin de l'union nationale il y a deux jours et ce jeudi, déi Lénk n'a pas ménagé non plus le gouvernement Bettel-Kersch-Bausch au moment de dresser le bilan de la session parlementaire. Marc Baum a critiqué le gouvernement pour sa politique d'information défaillante lors de la crise, qui ne se serait améliorée que récemment.


Politik, CSV Bilan parlementaire, Martine Hansen, Gilles Roth, Léon Gloden, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le CSV siffle la fin de l'union nationale
Le principal parti de l'opposition regrette l'attitude du gouvernement mais surtout l'absence de dialogue durant la crise du covid-19. «Le travail constructif de l'opposition n'est pas souhaité par la majorité», déplore la cheffe de groupe Martine Hansen.

«Une crise est toujours le moment où l'exécutif prend la main mais nous n'en apprenions pas davantage que la presse», a assuré le député de gauche. En commission parlementaire de la santé, les réponses du Premier ministre et de la ministre de la Santé étaient évasives. Y compris après l'état urgence, rapportent Déi Lénk.

S'il a fait comprendre que voter l'état d'urgence en début de crise était irrémédiable, Marc Baum ne porte pas les lois-covid dans son cœur : «Nous les avons critiquées dès le début parce qu'elles ont été écrites à la hâte et sont donc techniquement mauvaises». Et il veut pour exemple que les copier-coller ont mené vers l'écueil qui conduira à l'effacement de toutes les données qui ont été collectées pendant la crise d'ici le 24 septembre. 

«Les anciennes recettes restent valables même si cette pandémie a clairement montré qu'un changement de système est nécessaire»

Déi Lénk

Particulièrement dans l'œil de la gauche était la confusion de la politique gouvernementale pendant le déconfinement. «Chacun fait ce qu'il veut dans son ministère et fait porter la responsabilité sur les autres. Le ministère de la Santé assume un rôle pluridisciplinaire et engage, par exemple, une personne responsable pour les communes. Après quatre mois, le gouvernement découvre les communes», s'amuse Marc Baum. Lâchant au passage un coup de griffe aux ministères de l'Intérieur et de la Famille, remarqués pour leur silence durant la crise.


IPO.Oppositionsbriefing.Cercle City. Martine Hansen,Sven Clement ,Marc Baum,Gast Gybérien. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'opposition unie pour réclamer plus d'informations
Après s'être plainte que le gouvernement était sourd à ses propositions, voilà l'opposition (tous bords confondus) regrettant le mutisme des ministres sur l'étendue de la crise sanitaire. Des données capitales pourtant pour que les parlementaires CSV, ADR, Pirate ou Déi Lenk puissent agir.

Déi Lénk s'est montré particulièrement amer après l'adoption de l'accord économique et commercial global entre le Canada et l'UE (CETA) par la majorité gouvernementale qui est «ni social et ni écologique» le 7 mai, c'est-à-dire en plein état d'urgence. Une «mauvaise décision» qui a empêché toute manifestation publique et qui a «définitivement brisé la confiance entre l'opposition et le gouvernement».

Par la voix de David Wagner, le parti d'opposition regrette que les entreprises bénéficient d'aides sans pour autant renforcer le pouvoir d'achat de leurs salariés: «Les anciennes recettes restent valables même si cette pandémie a clairement montré qu'un changement de système est nécessaire». À terme, estime déi Lénk, cette approche «aggravera également la crise du logement pour les ménages à faibles revenus qui auront des difficultés à rembourser leurs prêts ou à payer leur loyer».

A noter que les deux protagonistes du jour, Marc Baum et David Wagner,  laisseront leur siège à Nathalie Oberweis et Myriam Cecchetti qui, suivant le principe de rotation de déi Lénk, prendront la relève au milieu de la prochaine session parlementaire. Probablement autour de mai 2021. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Déi Lenk part en croisade contre le capitalisme vert
Pour le parti de gauche, le modèle économique capitaliste reste le principal problème de notre société. Les questions écologiques et sociales ne pourront être résolues sans un changement radical du système, selon le député Marc Baum.
IPO,Kongress Déi Lénk.Marc Baum.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La nouvelle loi-covid adoptée sans plébiscite
Annoncées dimanche, les dernières mesures sanitaires avant la fin de la session parlementaire ont été adoptées par 33 voix sur 60. Les votes de députés Piraten confortant la majorité dans l'application de nouvelles sanctions possibles jusqu'au 30 septembre désormais.
Wirtschaft, Lokales, Illustrationen, Masken, Covid 19, verschiedene Masken, Mode der Masken, Muster, Farbe,  Corona-Zeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le CSV siffle la fin de l'union nationale
Le principal parti de l'opposition regrette l'attitude du gouvernement mais surtout l'absence de dialogue durant la crise du covid-19. «Le travail constructif de l'opposition n'est pas souhaité par la majorité», déplore la cheffe de groupe Martine Hansen.
Politik, CSV Bilan parlementaire, Martine Hansen, Gilles Roth, Léon Gloden, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'opposition unie pour réclamer plus d'informations
Après s'être plainte que le gouvernement était sourd à ses propositions, voilà l'opposition (tous bords confondus) regrettant le mutisme des ministres sur l'étendue de la crise sanitaire. Des données capitales pourtant pour que les parlementaires CSV, ADR, Pirate ou Déi Lenk puissent agir.
IPO.Oppositionsbriefing.Cercle City. Martine Hansen,Sven Clement ,Marc Baum,Gast Gybérien. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'opposition dégaine encore timidement
Anesthésiés durant l'état de crise, les partis minoritaires ont semblé retrouver un peu de tonus à l'occasion des derniers débats parlementaires. Mais l'opposition ne ressort pas indemne de ces trois mois d'état de crise, et pas forcément en grande forme pour ce qui concerne le CSV.
Politik, Ankündigungen von Bettel bezüglich Corona, Covid-19, Chambre, Cercle cité, Foto: Lex Kleren/ Luxemburger Wort