Changer d'édition

déi Lénk bataille contre deux contrats militaires
Luxembourg 3 min. 16.05.2020

déi Lénk bataille contre deux contrats militaires

Le ravitailleur A330 coacheté peut également servir pour des missions sanitaires.

déi Lénk bataille contre deux contrats militaires

Le ravitailleur A330 coacheté peut également servir pour des missions sanitaires.
Photo : DR
Luxembourg 3 min. 16.05.2020

déi Lénk bataille contre deux contrats militaires

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le parti de gauche a un satellite et un avion ravitailleur dans le collimateur. Estimant que les sommes dépensées par le pays pour ces équipements seraient bien plus utiles dans la période actuelle dans le soutien à l'économie et aux ménages du pays.

«Des programmes militaires inutiles!» N'allez pas chercher du côté de déi Lénk un soutien à la politique d'investissement militaire du Luxembourg, le parti s'y oppose. Depuis des années, c'est même un combat que mène le parti qui compte deux représentants à la Chambre. Et le groupe des députés Marc Baum et David Wagner vient de remonter au feu après avoir appris que deux dépenses engagées réclamaient près de 600 millions d'euros de plus qu'initialement annoncé.

D'un côté, il est question de l'acquisition d'un A330 MRTT. L'Airbus, spécialisé dans le ravitaillement en vol, a vu sa facture grimper en flèche. Le projet initial datant de 2016 évoquait un montant de 172 millions à régler, sur trente ans, à l'OTAN. La quote-part luxembourgeoise demandée par le ministre de la Sécurité intérieure pour ce «Multi-Role Tanker Transport» part en vrille, et François Bausch réclame désormais une avance de 426,4 millions supplémentaires.


A US military convoy patrols the M4 strategic highway, near the US base in Tall Baydar, in the northern countryside of Syria's northeastern Hasakeh province, on April 25, 2020. (Photo by DELIL SOULEIMAN / AFP)
Les dépenses militaires mondiales explosent
Les budgets pour équiper les armées ont atteint en 2019 leur plus haut niveau depuis la fin de la Guerre froide, selon un rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm publié ce lundi.

«Le montant arrêté pour cet avion voilà quatre ans va donc plus que tripler!», s'indigne-t-on dans les camps de déi Lenk. En rappelant au passage que le parti avait été, à l'époque, le seul à s'opposer à cet investissement à caractère offensif. 

En commission de la Défense où le projet de loi 7513 a été évoqué le 14 mai, il a notamment été précisé qu'il s'agissait là d'une collaboration entre Pays-Bas, Grand-Duché, Allemagne, Norvège, Belgique et République tchèque. «Chaque pays dispose d’un temps de vol pour mener des opérations selon sa contribution financière. Actuellement, le Luxembourg dispose de 200 heures par an, a souligné le ministre Bausch. Avec l’augmentation prévue, le Luxembourg disposerait de 1.200 heures».


La facture du nouveau satellite militaire s'alourdit
Initialement budgétisée à 170 millions d'euros, la mise en orbite d'un deuxième engin à vocation civile et militaire coûtera deux fois plus cher, indique le ministre de la Défense. Une mauvaise estimation des coûts serait en cause.

D'un autre côté, il est question d'un satellite militaire. L'été dernier, quand le gouvernement soulignait l'opportunité d'investir dans pareil équipement, il s'agissait d'y consacrer une enveloppe de 170 millions d’euros. Dernièrement, devant la commission, il a été présenté aux députés une note estimée à... 350 millions d’euros. «Là encore, une mésestimation spectaculaire!», ironisent les opposants au projet NAOS, National Advanced Optical System

Cette fois, le dépassement fait l'objet d'une certaine pression du gouvernement. En clair, si le nouveau budget n’est pas adopté, un vaste projet d'observation de la Terre (baptisé LUXEOSys, pour Luxembourg Earth Observation System) devrait être abandonné, engendrant une perte considérable sans aucun résultat. A prendre ou à laisser donc.

Allié inattendu

Dans sa lutte, déi Lénk vient de se trouver un allié inattendu. En la personne du Conseil d'Etat qui vient d'émettre un avis sur le dossier A330 MRTT assez percutant. Les "Sages" s'étonnent du flou entourant le dossier, et donc l'explosion de la dépense. Et de tirer cette conclusion : «Le projet de loi modificative ne fournit que des indications assez vagues sur les raisons et la ventilation d’une telle augmentation. Si la fiche financière énonce que les dépenses sont chiffrées en détail, force est de constater que cette dernière se contente de subdiviser les dépenses totales en deux enveloppes aux contours vaguement définis».

Outre le retrait du projet d'achat pour l'Airbus et ses doutes sur l'opportunité du satellite, déi Lénk adresse une salve de recommandations au gouvernement, estimant qu'en cette période de crise «cet argent pourrait être utilisé autrement que pour des programmes militaires qui bénéficient surtout à l’industrie de l’armement». Pour avoir une idée, l'équivalent des 600 millions d'euros de surcoût peut s'apparenter à la somme payée par l'Etat, ces dernières semaines, comme avance aux entreprises pour financer le chômage partiel à 267.000 salariés.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Airbus A400M luxembourgeois prend son premier envol
Le nouvel appareil commandé par l'armée luxembourgeoise a effectué son vol inaugural le lundi de Pâques. L'exemplaire MSN104, qui devrait être prêt à être livré dans le courant de l'année, a décollé à 16h08 de Séville, où se trouve la chaîne d'assemblage.
Quand Cargolux livre des armes
Le gouvernement confirme être au courant du transport de matériels militaires par la compagnie de fret aérien. Deux ministres reconnaissent, ce mardi, la livraison de deux hélicoptères au Nigeria en janvier dernier.
WI,Cargolux Logo 50 anniversaire. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Steve Thull, futur numéro un de l'armée
La retraite du général Alain Duschène tout juste rendue publique, le nom de son successeur est déjà connu. Fin septembre, le lieutenant-colonel Steve Thull, un spécialiste de la cyberdéfense, deviendra le nouveau chef d'état-major de l'armée luxembourgeoise.