Changer d'édition

Déçue par Bettel, l'opposition réagit impitoyablement
Luxembourg 5 min. 08.10.2019

Déçue par Bettel, l'opposition réagit impitoyablement

Martine Hansen, CSV

Déçue par Bettel, l'opposition réagit impitoyablement

Martine Hansen, CSV
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 5 min. 08.10.2019

Déçue par Bettel, l'opposition réagit impitoyablement

Maurice FICK
Maurice FICK
«Zéro contenu», «absolument décevant», voire «vraiment lamentable!». Le discours de l'état de la Nation axé sur le climat et sans propositions concrètes a fortement déçu les opposants à la coalition gouvernementale.

«Je n'ai absolument rien appris de neuf. C'est une analyse que nous connaissions déjà. Le diagnostic du climat on peut le lire partout. Mais si on ne fait qu'un diagnostic, le patient meurt!», balance Martine Hansen (CSV) face aux micros et caméras, aussitôt le discours de Xavier Bettel sur l'état de la Nation achevé.


IPO,Rede Lage der Nation.Chambre des Députées,Xavier Bettel,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Réduire de «50-55%» les émissions polluantes d'ici 2030
Pour son sixième discours sur l'état de la Nation, ce mardi, Xavier Bettel a largement mis l'accent sur les conséquences du réchauffement climatique et la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux». Une politique que le Premier ministre juge «compatible» avec le développement économique.

La présidente du groupe parlementaire des chrétiens-sociaux ne lit dans ce discours, justement en ce qui concerne le climat tant délayé, «aucune stratégie alors qu'on a besoin de mesures claires pour savoir ce qui est planifié et atteindre les buts fixés». En clair, «il y avait zéro contenu!»

A ses yeux, il manque indéniablement dans ce discours la thématique du  logement, «c'est une des grandes difficultés à laquelle nous faisons face dans ce pays. Il aurait fallu en dire plus qu'une seule phrase. Si on vient ici c'est avant tout pour apprendre quelque chose de neuf!»

Martine Hansen, chef de fraction CSV
Martine Hansen, chef de fraction CSV
Photo: Anouk Antony

Tout aussi déçu et en renard des coulisses de la politique luxembourgeoise, Gast Gybérien (ADR) estime, l'air de rien, que «le Premier ministre n'a rien dit de faux, tout simplement parce qu'il n'a rien dit!»  Et ce dernier d'enfoncer le clou en affirmant qu'«en 31 discours sur l'état de la Nation, jamais je n'en ai entendu un aussi vide. On a carrément l'impression que ce gouvernement est arrivé en bout de parcours. On n'a pas entendu la moindre proposition concrète. Il a bien parlé du climat et dit à la fin qu'on allait faire une loi sur le climat. Mais ça ne parle à personne». 

Du logement «pas un mot». Selon lui, tous les thèmes importants «n'ont même pas été abordés», le Premier ministre aurait même «essayé de les contourner». Et le doyen des députés à la Chambre d'estimer que «c'était vraiment lamentable pour une déclaration d'un ministre d'Etat dans un pays où certains problèmes comme le logement ou la mobilité sont de première importance pour les gens». 

Gast Gibéryen. ADR
Gast Gibéryen. ADR
Photo: Anouk Antony

«Aucun nouvel élément n'a été apporté par le Premier ministre. C'était absolument décevant», pose Marc Baum (déi Lénk) . Il retient au chapitre de la protection climatique qu'«une fois de plus, on a fait comme si le Luxembourg était un élève modèle alors que l'effort qui doit être réalisé est clairement plus important que ce qui a été affiché ici».  

«Le» sujet qui n'a pas été abordé à ses yeux est celui des inégalités sociales «très grandes» au Luxembourg. Et sur ce point, Marc Baum est furieux car «il n'y a pas le début d'une reconnaissance de la situation sociale au Luxembourg» de la part du Premier ministre.

 «Quand des gens doivent camper devant la SNHBM pour avoir un toit et le Premier ministre ne dit qu'une seule phrase sur le logement avant de passer à l'impôt foncier, alors il est complètement à côté de la plaque dans son analyse politique. De sorte qu'à nos yeux les instruments que ce gouvernement veut se donner ne sont pas fiables».  

Marc Baum, Déi Lénk
Marc Baum, Déi Lénk
Photo: Anouk Antony

Sven Clement, porte-parole des Piraten et tout aussi désappointé et avoue «avoir attendu 56 minutes que le discours commence». Un discours «relativement sans substance» auquel il reproche d'avoir mis en avant la notation du triple A en économie mais «pas un mot sur le triple A climatique, social ou dans le logement que nous n'avons assurément pas.»

Le chef des pirates se demande: «Mais quelles sont les conclusions de ce beau discours scolaire? C'est une vision qui fait défaut.»

Sven Clement, porte-parole des Piraten
Sven Clement, porte-parole des Piraten
Photo: Gerry Huberty

Alex Bodry, le chef de fraction du LSAP souligne que «c'est une tout autre approche» que celle de Xavier Bettel ce mardi au pupitre de la Chambre et elle «ne me semble pas fausse quand on se souvient qu'il y a seulement dix mois nous avions débattu sur la déclaration gouvernementale». 

Le parti socialiste se dit, par sa voix, «très satisfait que le Premier ministre a donné la priorité à la question climatique. C'est celle qui est aussi absolument importante pour nous afin de pouvoir avancer sur ces questions avec une loi, un plan concret et un échéancier pour transposer ces idées. Nous démarrons seulement les travaux et j'espère que l'opposition va saisir la main qui lui est tendue pour qu'ensemble mous puissions faire coïncider la politique climatique et sociale, tout comme la justice et la justice sociale».  

Alex Bodry, LSAP
Alex Bodry, LSAP
Photo: Anouk Antony

Eugène Berger, président du groupe parlementaire du DP, parti de Xavier Bettel, parle d'une «analyse très honnête de l'état de la Nation». Il retient qu'«en comparaison aux pays voisins le Luxembourg se porte bien et il est d'avis que le devoir du DP est d'«utiliser cette bonne situation du pays pour mener une politique qui soit juste pour chacun à l'avenir». 

Eugène Berger, chef de fraction DP
Eugène Berger, chef de fraction DP
Photo: Anouk Antony

Josée Lorsché, cheffe de fraction des Verts parle d'un discours «très concret». «En tant que Déi Gréng nous sommes contents de voir que notre combat valait le coup. Nous combattons depuis des décennies pour que la protection du climat soit davantage prise au sérieux. Le message est arrivé au niveau politique»

Comme Alex Bodry, elle relaye le message du Premier ministre: «Nous espérons maintenant pouvoir tirer le même bout de corde avec nos partis d'opposition parce que ce n'est qu'ensemble que nous pourrons aller dans la bonne direction». 

Josée Lorsché, Déi Gréng
Josée Lorsché, Déi Gréng
Photo: Anouk Antony



Sur le même sujet

Pas un mot de Xavier Bettel sur les inégalités
Mettant en cause la «croissance qualitative» et insistant sur «les inégalités et la pauvreté qui sont en train d'augmenter énormément au Luxembourg», Robert Urbé, coordinateur de l'Almanach social chez Caritas, revient sur le discours du Premier ministre.
Lok , PK Gemeinde Luxemburg , Mendicite a Luxembourg-Ville , Bettler , Obdachlose , Armut Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Réduire de «50-55%» les émissions polluantes d'ici 2030
Pour son sixième discours sur l'état de la Nation, ce mardi, Xavier Bettel a largement mis l'accent sur les conséquences du réchauffement climatique et la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux». Une politique que le Premier ministre juge «compatible» avec le développement économique.
IPO,Rede Lage der Nation.Chambre des Députées,Xavier Bettel,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Xavier Bettel vraiment attendu au tournant
C'est dans un contexte politique et social tendu que le Premier ministre prononcera ce mardi après-midi son premier discours sur l'état de la Nation depuis les élections législatives. Le cadre et les enjeux de cette intervention capitale, en cinq points.
Politik, Premierminister Xavier Bettel, Sommerinterview im Hof der Primärschule in Bonneweg, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Xavier Bettel évite les sujets qui fâchent pour son grand oral
Forcément, ce tout dernier discours de la législature sur la situation économique, sociale et financière du pays par le Premier ministre devant la Chambre des députés s'est mué en bilan de la politique menée depuis décembre 2013 par la coalition et plus particulièrement par le DP.
24.4. IPO / Etat de la Nation / Xavier Bettel , Chamber Foto: Guy Jallay
Discours de Xavier Bettel : «Soyons fiers de notre pays»
Dans son traditionnel discours pour la fête nationale, le Premier ministre a mis en lumière les atouts du Luxembourg. « C’est un honneur pour moi d’être ministre d’Etat du pays que j’aime tellement et dont je suis terriblement fier. »
Xavier Bettel appelliert an das Zusammengehörigkeitsgefühl der Luxemburger Bürger.