Changer d'édition

Décrochage scolaire au Luxembourg: 1.643 élèves ont abandonné l'école
Luxembourg 2 min. 25.06.2015 Cet article est archivé

Décrochage scolaire au Luxembourg: 1.643 élèves ont abandonné l'école

Ils sont 25% à avoir abandonné en raison d'un échec scolaire.

Décrochage scolaire au Luxembourg: 1.643 élèves ont abandonné l'école

Ils sont 25% à avoir abandonné en raison d'un échec scolaire.
Photo: quebec.radiox.com
Luxembourg 2 min. 25.06.2015 Cet article est archivé

Décrochage scolaire au Luxembourg: 1.643 élèves ont abandonné l'école

Avec un taux atteignant 11,6%, le décrochage scolaire au Luxembourg repart à la hausse pour les années 2012-2013. Le ministère de l'Education Nationale a donc décidé de mettre en place des mesures pour réduire ce taux.

Avec un taux atteignant 11,6%, le décrochage scolaire au Luxembourg repart à la hausse pour les années 2012-2013. Le ministère de l'Education Nationale a donc décidé de mettre en place des mesures pour réduire ce taux.

Parmi ces élèves, 779 sont des décrocheurs. Le taux de décrochage s’élève ainsi à 11,6% en 2012-2013, alors qu’il était de 9,2% l’année précédente. Quatre directions ont été retenues par le ministère pour réduire ce taux :

  • Un projet de loi sur la cohérence de l’orientation scolaire et professionnelle;
  • Une offre scolaire plus diversifiée
  • Un symposium sur le décrochage scolaire organisé en juillet 2015 dans le cadre de la Présidence luxembourgeoise de l’Union européenne
  • Un renouvellement du concept de remédiation comme alternative au redoublement.

Les raisons du décrochage

Lors de cette étude, il a été demandé aux jeunes la raison pour laquelle ils ont décroché. Voici leurs réponses:

  •  A cause d'un échec scolaire (raison invoquée par 24,6% des jeunes)
  • D'une mauvaise orientation (24,8%)
  • D'une incapacité à trouver un poste d’apprentissage ou résiliation du contrat (12,2%)
  • D'un manque de motivation à poursuivre une formation scolaire ou fréquenter l’ancienne école (8,2%)
  • Pour raisons personnelles (7%).

Les mesures prises jusqu’à présent par le ministère et les lycées sont nombreuses et diversifiées (suivi systématique des décrocheurs, classes mosaïques pour élèves à comportement difficile, cours d’orientation et d’initiation professionnelles, École de la 2e chance, projets culturels, projets « jeunes » avec l’Adem, etc.).

Mais trop souvent, elles ne font que répondre au décrochage au lieu de le prévenir. L’augmentation constante du nombre d’élèves orientés au régime préparatoire après l’école fondamentale (12,8% en 2011 ; 17,6% en 2014) traduit en effet des faiblesses tôt acquises, puisque sont dirigés vers cette voie de l’enseignement secondaire technique les élèves n’ayant pas atteint  les socles de compétences exigés à la fin de l'enseignement fondamental. 

La prise en charge individuelle visée par le programme gouvernemental devra aider à identifier au plus tôt les faiblesses de chaque élève. 

Aux lycées, le projet de loi sur la Maison de l’orientation et la cohérence de l’orientation scolaire et professionnelle permettra un meilleur accompagnement et une orientation plus motivante pour l’élève.

Que font-ils après avoir quitté l'école?

Mais que se passe-t-il pour ces jeunes qui quittent l'école sans aucun diplôme? Joint par le ministère,  

  • 88 ont trouvé un emploi
  • 51 sont inscrits dans une mesure d’emploi
  • 207 s’étaient réinscrits dans une école et ont à nouveau décroché
  • 433 sont sans aucune occupation 
  • 415 se sont entre-temps inscrits dans une autre école au Luxembourg ou à l’étranger, le plus souvent en Belgique
  • 449 n’ont pas pu être joints malgré les efforts de l’ALJ. La grande majorité de ces anciens élèves a très probablement quitté le pays.

Sur le même sujet

Rentrée scolaire: le ministre fait le point: Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba