Changer d'édition

Début du procès du braquage de l'horlogerie de Luxembourg
Luxembourg 5 3 min. 19.09.2022
Un butin d'un million d'euros

Début du procès du braquage de l'horlogerie de Luxembourg

Grimés en personnes âgées, deux braqueurs s'étaient introduits armés dans la luxueuse bijouterie.
Un butin d'un million d'euros

Début du procès du braquage de l'horlogerie de Luxembourg

Grimés en personnes âgées, deux braqueurs s'étaient introduits armés dans la luxueuse bijouterie.
Photo: Police grand-ducale
Luxembourg 5 3 min. 19.09.2022
Un butin d'un million d'euros

Début du procès du braquage de l'horlogerie de Luxembourg

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Le hold-up survenu il y a quelques années était littéralement digne d'un film. Le procès s'ouvre aujourd'hui devant les assises de Lyon.

C'était le 20 mars 2018, un mardi, aux alentours de 11h15. Ce jour-là, dans la luxueuse bijouterie-horlogerie Goeres située dans le centre de Luxembourg, un commando s'apprête à faire le casse du siècle


279g de cocaïne dans un hôtel à Pétange
S'ils n'ont pas trouvé l'individu recherché, les policiers ont fait une belle découverte.

Grimés en personnes âgées, plusieurs individus s'introduisent armés dans l'établissement, vendant des montres Rolex et Patek Philippe, dont le prix oscille généralement entre 5.000 et plus de 80.000 euros l'unité. Le braquage se passe en une fraction de seconde. Un des deux braqueurs armés a toutefois blessé un des employés de la bijouterie avec un taser. 

Avec un butin évalué à environ un million d'euros, les deux braqueurs prennent ensuite la fuite manu militari. Ceux-ci s'arrêtent premièrement derrière une maison du boulevard Charles Marx pour se débarrasser de leur voiture. Comme nous vous l'expliquions lors des faits, ils avaient aspergé l'intérieur du véhicule, immatriculé dans le département français du Rhône, avec un extincteur dans le but d'effacer leurs traces. Le plan était donc millimétré et les auteurs parfaitement préparés. 

Ces derniers ont ensuite rejoint des complices dans un autre véhicule dans le but de passer la frontière et de quitter le pays. Le plus dur semblait avoir été fait pour le groupe de gangsters, ces derniers étant parvenus à rejoindre la région lyonnaise sans embûche. C'était sans compter sur un accro de taille. Informés par leurs collègues luxembourgeois, les policiers de l'antigang de Lyon avaient installé un barrage à la barrière de péage de Villefranche-Limas.

Une course-poursuite spectaculaire

De là, une intense et spectaculaire course-poursuite s'engage entre les malfaiteurs et les forces de l'ordre. De nombreuses rafales de tirs à l'arme automatique sont échangées entre les deux camps. Les malfaiteurs parviennent finalement à fuir quelques kilomètres plus loin pour se réfugier dans une zone pavillonnaire d'Arnas, à une trentaine de kilomètres de Lyon. 


Les braqueurs de l'horlogerie arrêtés après une fusillade près de Lyon
Tirs en rafale, course-poursuite, prise d'otages, la nuit a été mouvementée pour l'antigang de Lyon, qui a fini par arrêter dans la banlieue de Villefranche-sur-Saône, les quatre braqueurs présumés de la bijouterie-horlogerie Goeres à Luxembourg, mardi.

Là, ils ont finalement pris une famille en otage. Interrogée à l'époque, la mère de famille avait expliqué à nos confrères de France 3 Rhône-Alpes que les malfaiteurs étaient «relativement respectueux» et «pas très agressifs». La prise d'otages et la fuite des fuyards prendra finalement fin au milieu de la nuit après l'intervention d'une unité spéciale de la police.

Depuis, ce dossier spectaculaire n'avait plus tellement fait parler de lui, hormis une tentative d'évasion de l'un des braqueurs et où celui-ci avait été condamné à 18 mois de prison. 

9 individus comparaîtront 

Mais ce lundi débute le procès du casse luxembourgeois devant la cour d'assises de Lyon. C'est ce qu'annoncent nos confrères de Lyonmag. Ces derniers parlent également d'un butin total emporté estimé cette fois-ci estimé à deux millions d'euros.

On apprend donc que ce seront au total 9 personnes qui comparaîtront devant les assises. Les deux braqueurs d'une trentaine d'années, originaires de Rilleux-la-Pape, dans la banlieue de Lyon, sont poursuivis pour «vol en bande organisée, tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique, arrestation, enlèvement et séquestration ou détention arbitraire d’otages». Le procès devrait s'étaler sur une dizaine de jours.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet