Changer d'édition

Toujours à la recherche d'éducateurs
Luxembourg 2 min. 09.06.2021
Débat à la Chambre

Toujours à la recherche d'éducateurs

Pour encadrer les tout-petits mais aussi les adultes handicapés ou les seniors, le Luxembourg manque de diplômés formés. Un paradoxe alors que les postes à pourvoir se multiplient.
Débat à la Chambre

Toujours à la recherche d'éducateurs

Pour encadrer les tout-petits mais aussi les adultes handicapés ou les seniors, le Luxembourg manque de diplômés formés. Un paradoxe alors que les postes à pourvoir se multiplient.
Photo : Getty Images
Luxembourg 2 min. 09.06.2021
Débat à la Chambre

Toujours à la recherche d'éducateurs

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
C'est l'une des professions les plus en tension dans le pays, mais la réforme de la formation proposée par le ministre Claude Meisch est loin de susciter les enthousiasmes.

«On a un problème!» Pas tous les jours qu'un ministre l'avoue... Pourtant, à la Chambre mardi, Claude Meisch (DP) n'a pas caché combien en tant que ministre en charge de l'Education et de la Jeunesse, il peinait à recruter en nombre suffisant des éducateurs. Une denrée précieuse à l'heure où les structures d'accueil (type crèches notamment) se multiplient, accompagnant la croissance de la population au Luxembourg.


Lutter contre les inégalités de genre passe par l'école
Estimant que l'égalité entre les femmes et les hommes s'inculque dès le plus jeune âge, le ministère de l'Egalité organise cette semaine des ateliers pour combattre les stéréotypes. Une boîte à outils à destination des parents et enseignants est également disponible.

En 2019, une étude de l'Université du Luxembourg avait même tenté de quantifier le besoin. Il était alors question de près de 800 postes à pourvoir sur le pays. Un chiffre déjà conséquent mais que le ministre libéral gonfle un peu plus encore, «car il ne s’agit là que de la demande des prestataires privés.» A le croire, juste pour le service d’éducation et d’accueil placé sous sa responsabilité, «plus de 250 éducateurs doivent aussi être recrutés tous les ans».

Evidemment qu'au-delà du constat, des pistes de solution sont avancées. Mais à la vérité, l'hypothèse soutenue par Claude Meisch d'ouvrir plus largement la formation à cette profession est loin de faire l'unanimité. En témoigne, notamment, cette pétition publique qui en quelques heures a recueilli quelque 4300 signatures. La demande est on ne peut plus explicite : retrait du projet de réforme de la formation tel qu'envisagé par le ministère... Un coup direct porté et qui fait quelque peu vaciller l'auteur du projet de loi : «Il faudrait, au moins, oser engager un projet pilote pour voir s’il est possible de conjuguer les formations de la section sciences sociales et celle d’éducateur», a ainsi avancé Claude Meisch face aux députés.

Une filière express contestée

Reste que le besoin de personnels encadrant tout-petits, enfants, adolescents mais aussi personnes âgées ou adultes en situation de handicap impose de tenter des modifications dans un mode de formation insuffisant à combler les attentes. A titre d'exemple, en 2019, seulement 219 diplômés du lycée technique pour professions éducatives et sociales (LTPES) ont pu entrer sur le marché du travail, définitivement trop peu.

D'où la proposition de Claude Meisch d'accélérer la formation mais aussi d'en élargir le champ des candidats prêts à se lancer dans une carrière d’éducateur. Il est notamment question de mieux relier les diplômés de la section sciences sociales de l’enseignement général classique (GSO) au LTPES. Ces élèves n'auraient qu'une année de cours à suivre -contre trois actuellement- avant de passer leur examen. Et, sauf contrordre notamment lié au succès de la pétition évoquée, les premiers volontaires à cette filière express devraient faire leur rentrée en septembre prochain.


Les jeunes parlent aux jeunes de leur santé mentale
Dans le cadre de la campagne #act4support, des adolescents cherchent à sensibiliser leurs pairs sur la nécessité de demander un soutien psychologique. Via une carte postale, distribuée dès lundi, ils veulent leur faire connaître les moyens à leur disposition.

Par ailleurs, Claude Meisch a expliqué qu'un comité interministériel se penchait sur la révision du diplôme d’aptitude professionnelle (DAP) auxiliaire de vie et l’introduction d’un DAP enfance. Là encore afin d'attirer plus de jeunes dans ces voies et permettre au secteur de recruter enfin suffisamment d'encadrants. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plusieurs parents d'élèves réclament la levée de l'obligation du port du masque en classe et dans le périscolaire. Une pétition a ainsi été mise en ligne contre la mesure qui «entraverait le bon développement des enfants».
28.05.2021, Brandenburg, Frankfurt (Oder): Masken hängen zusammen mit Taschen und Rucksäcken an Kleiderhaken in einem Klassenraum einer Grundschule. Am Montag (31. Mai) kehren die Grundschulen in Brandenburg nach dem Kabinettsbeschluss vollständig wieder in den Präsenzunterricht zurück, eine Woche später die weiterführenden Schulen (7. Juni). Voraussetzung dafür ist ein Wert von weniger als 50 Neuinfektionen je 100 000 Einwohner binnen sieben Tagen in dem Landkreis, und zwar an drei Tagen in Folge. Dies war nach Woidkes Angaben am Dienstag in zwei Dritteln der Kreise und kreisfreien Städte der Fall. Die Maskenpflicht drinnen und draußen bleibt bestehen, auch die Testpflicht. Ohne Nachweis gibt es Distanzunterricht. Foto: Patrick Pleul/dpa-Zentralbild/ZB +++ dpa-Bildfunk +++
En quatre rentrées, le nombre d'élèves abandonnant l'enseignement avant l'obtention d'un diplôme ou une qualification a diminué de 250 jeunes par an. Un résultat confirmé même lors du premier épisode covid.
ARCHIV - 28.09.2020, Baden-Württemberg, Leutenbach: Schülerinnen und Schüler nehmen im Klassenzimmer einer 9. Klasse der Gemeinschaftsschule Leutenbach am Geografieunterricht mit Hilfe von Laptops und Tablets teil. (zu dpa/lnw: «Viele Lehrer in Nordrhein-Westfalen wollen in Informatik dazulernen») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les syndicats ont dénoncé les mauvaises conditions de travail du personnel éducatif et psychosocial. Ils ont fait part de leur mécontentement auprès de Claude Meisch (DP) et attendent de la part du ministre de l'Education qu'il entame un nouveau dialogue.