Changer d'édition

De plus en plus de CDD qui s'inscrivent dans la durée
Luxembourg 11.02.2020

De plus en plus de CDD qui s'inscrivent dans la durée

La majorité des CDD durent entre deux et six mois.

De plus en plus de CDD qui s'inscrivent dans la durée

La majorité des CDD durent entre deux et six mois.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 11.02.2020

De plus en plus de CDD qui s'inscrivent dans la durée

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Depuis dix ans, le recours aux contrats à durée déterminée a doublé selon les données du ministère du Travail publiées ce mardi. Un constat que le ministre, Dan Kersch, tempère en rappelant que le contrat à durée indéterminée (CDI) reste la norme absolue.

C'est un outil qui plaît de plus en plus aux entreprises. Si le CDD représentait à peine 3% des contrats il y a dix ans, il a doublé depuis. En 2019, pas moins de 23.500 personnes ont signé un CDD contre 11.910 à la fin des années 2000, selon les chiffres publiés ce mardi par le ministère du Travail.

Une inquiétude pour le député Marc Spautz (CSV) qui souligne dans une question parlementaire que le CDI est une «nécessité pour obtenir un logement ou souscrire un prêt bancaire». Dans sa réponse, le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP), abonde dans ce sens mais rappelle que «les CDD sont une exception».

Les données pour 2018 montrent comme les années précédentes qu'il s'agit avant tout de missions courtes – de deux à six mois – qui sont privilégiées (53%). Seuls 5% de contrats proposés dépassent une année, conséquence directe de la loi qui prévoit que le recours au CDD soit limité afin de répondre à des besoins ponctuels de l'entreprise. 

Pour veiller au respect de la législation le ministre souligne que l'Inspection du travail et des mines (ITM) veille au grain. «S'il y a des cas suspects, les dispositions du code du travail s'appliquent et l'ITM fait les contrôles nécessaires. Cela vaut aussi pour celles qui concernent les CDD», rappelle le ministre.


L'ITM augmente nettement sa force de frappe
Le patron de l'Inspection du Travail et des Mines peut avoir le sourire, ses efforts portent leurs fruits. Ce jeudi, huit inspecteurs du travail viennent renforcer ses troupes sur le terrain. Soit une hausse de plus d'un tiers des effectifs.

Il affirme par ailleurs faire face à une «pression politique» visant à alléger les modalités dans lesquelles un CDD peut être signé. Si le ministre se montre ouvert, il répète à l'envi que la version indéterminée restera incontournable. «Il n'y aura pas de mesures pour normaliser le CDD», insiste toujours Dan Kersch. 

 


Sur le même sujet

Vers un nouveau cadre légal pour les plans sociaux?
Les récentes expériences des négociations poussent les syndicats à militer pour une refonte de la loi sur la réorganisation des entreprises. Tant l'OGBL, Aleba que le LCGB pointent des «faiblesses», notamment sur la question des licenciements abusifs.
L'OGBL et le LCGB estiment que la durée des négociations d'un plan social doit être légalement allongée et plaident pour une extension de la notion de licenciement économique abusif.
Le moral des salariés donne des signes de fatigue
Le risque de dépression au travail augmente dans les entreprises du Luxembourg. L'avis provient de la Chambre des salariés qui estime que près de 26,7% des embauchés pourraient être confrontés à cet état de détresse.
L'ITM augmente nettement sa force de frappe
Le patron de l'Inspection du Travail et des Mines peut avoir le sourire, ses efforts portent leurs fruits. Ce jeudi, huit inspecteurs du travail viennent renforcer ses troupes sur le terrain. Soit une hausse de plus d'un tiers des effectifs.
Une embauche sur deux se fait en CDD en Belgique
Le rapport annuel 2018 de la Banque nationale belge, publié lundi, souligne une forte hausse des contrats précaires ces dix dernières années sur le marché de l'emploi du royaume. Une tendance qui se retrouve aussi au Luxembourg.