Changer d'édition

De nouvelles armes pour les gardiens de Schrassig
Luxembourg 18.06.2019

De nouvelles armes pour les gardiens de Schrassig

De nouvelles armes pour les gardiens de Schrassig

Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 18.06.2019

De nouvelles armes pour les gardiens de Schrassig

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Plus de 100.000 euros ont été utilisés pour acheter de nouveaux équipements aux agents pénitenciers de la prison à l'est de Luxembourg. De nouveaux moyens disponibles dès la rentrée prochaine.

Alors que plusieurs agressions ont eu lieu ces derniers mois au sein de la prison de Schrassig, le ministre de la Justice, Félix Braz, ainsi que le ministre de la Sécurité intérieure, François Bausch, ont indiqué ce mardi matin, que l'utilisation d'armes à impulsion électrique - taser - ne figurait pas sur la liste du matériel à disposition des agents.


Schrassig: les gardiens de prison auront des paintballs et des sprays au poivre
A l'avenir, l'administration pénitentiaire sera autorisée à acheter des sprays au poivre et des armes de paintball pour se défendre lors de situations dangereuses. Le ministère, le magistrat et la direction de la prison sont parvenus à un accord cette semaine.

Les ministres justifient ce choix, dans une réponse à une question parlementaire, par le fait que ces armes «provoquent régulièrement des incidents graves, voire des décès dans les pays limitrophes».

Si aucun taser n'est donc autorisé au sein du pénitencier, une demande urgente émanant des gardiens de prison avait conduit le gouvernement à autoriser l'utilisation de sprays au poivre et d'armes de paintball en mai 2018.

Les ministres Déi Gréng ajoutent également que des «moyens de contrainte matériels actifs et passifs supplémentaires, pour un montant avoisinant les 100.000 euros ont été achetés et se trouveront à disposition des agents pénitentiaires dès septembre 2019».

Ces nouvelles acquisitions permettront à chaque agent de disposer de son propre matériel et de «ne plus le partager comme c'est encore le cas à l'heure actuelle», ajoutent François Bausch et Félix Braz, sans apporter davantage de précisions sur les armes en question.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet