Changer d'édition

De nouveaux «aménagements» à venir rue Notre-Dame
Luxembourg 5 3 min. 03.12.2019

De nouveaux «aménagements» à venir rue Notre-Dame

Pour «améliorer la qualité de vie» dans la rue Notre-Dame, les échevins de la capitale souhaitent notamment élargir le trottoir côté commerce.

De nouveaux «aménagements» à venir rue Notre-Dame

Pour «améliorer la qualité de vie» dans la rue Notre-Dame, les échevins de la capitale souhaitent notamment élargir le trottoir côté commerce.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 5 3 min. 03.12.2019

De nouveaux «aménagements» à venir rue Notre-Dame

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que le sens de circulation dans l'axe principal d'accès à l'hyper-centre de la capitale a été modifié au courant de l'été, d'autres modifications devraient intervenir «dans les mois à venir», indiquent les responsables communaux. Avec comme idée maîtresse la volonté «d'améliorer la qualité de vie».

À chaque chantier son lot de perturbations, directes ou indirectes. Sans surprise, la mise en oeuvre du tram entre la place de l'Étoile et la gare centrale ne fait pas exception, d'autant plus que les travaux en cours passent par l'hyper-centre de Luxembourg-Ville. Au point que même les aménagements mis en oeuvre le temps des travaux se trouvent au cœur de revendications.

Pour la rue Notre-Dame, entrée unique pour la circulation automobile dans le cœur historique, Déi Gréng Stad Lëtzebuerg réclame ainsi «une revalorisation» de cette «importante rue commerciale et gastronomique du centre-ville» via un «réaménagement de l'espace urbain et apaisement de la circulation». Dans une motion déposée mi-novembre, le parti d'opposition dans la capitale plaide pour la mise sur pied d'un projet urbanistique destiné à «réduire la circulation automobile», «réduire la zone de livraison et de taxis» ou bien encore «élargir le trottoir et l'espace pour piétons» afin notamment de «créer de l'espace pour permettre aux restaurateurs d'installer des terrasses».

Autant de demandes pour lesquelles Serge Wilmes (CSV) et Patrick Goldschmidt (DP) se disent favorables, puisque le premier échevin de la capitale et l'échevin en charge de la mobilité assurent «travailler depuis des mois sur ce dossier». Avec des propositions similaires de surcroît mais qui restent, à ce jour, «au stade de réflexions internes», les deux échevins assurant vouloir «dialoguer avec les parties impliquées avant de prendre des décisions». Que ce soit avec les principales sociétés de livraison, l'ambassade de France ou bien encore les commerçants. Une rencontre avec la fédération des taxis est d'ores déjà programmée pour janvier 2020 où la question de l'emplacement mais aussi du nombre de places dédiées dans la rue sera abordée.

«Ce que nous souhaitons, c'est améliorer la qualité de vie dans cette partie de la capitale», assure Serge Wilmes en indiquant vouloir «mettre l'accent sur le bien-être des piétons». En plus «des nouveaux aménagements» envisagés, les responsables de la capitale souhaitent «apporter un peu plus de vie» en exploitant certains espaces, à l'image de la cour de l'ancienne bibliothèque nationale qui pourrait «héberger des food-trucks ou des événements créatifs pendant l'été». Seul hic, cet espace appartient à l'État qui n'a pas encore officiellement indiqué une quelconque réaffectation future du lieu.

Photo: Pierre Matgé

Les possibles nouvelles fonctions de la rue Notre-Dame devraient logiquement s'intégrer dans les aménagements prévus aux abords directs, que ce soit sur la place de la Constitution qui se verra débarrassée de son parking et accueillera un nouvel ascenseur ou le boulevard Roosevelt, qui doit accorder une place plus importante à la mobilité douce.

À noter enfin que les changements envisagés dans l'axe long de quelques centaines de mètres s'intègrent dans «un concept global» qui ne concerne aussi bien la rue Notre-Dame que la rue du Fossé «jusqu'à la place du Théâtre». Un concept qui prévoit notamment la possibilité de fermer l'accès des véhicules au centre-ville via l'installation de plots amovibles. 

Si ces derniers devraient être installés «dans les prochains mois», selon Patrick Goldschmidt, leur utilisation ne devrait pas intervenir immédiatement en raison «de divergences au sein du conseil échevinal». Comprenez la réticence de certains élus à bloquer l'accès à l'hyper-centre aux voitures à certaines heures du jour ou de la nuit, voire le dimanche. Une situation qualifiée «de normale dans un contexte d'échange au sein de la majorité» mais qui pourrait durer jusqu'en 2023, date des prochaines élections communales. En attendant, Serge Wilmes assure que «des mesures provisoires» visant à améliorer la situation seront «très vite» mises en place. Et ce dernier d'assurer «qu'avec des mesures provisoires, on peut déjà faire beaucoup de choses.»


Sur le même sujet

Le tram avance, les bus s'adaptent
Dès le 3 novembre, bien des changements attendent les usagers des bus (RGTR comme AVL) et tout particulièrement au centre-ville. Avancée du tramway oblige, les lignes doivent adapter leurs parcours et arrêts. Mais bonne nouvelle: le chantier reste dans le bon timing.
Le 3 novembre, l'Avenue de la gare redevient bidirectionnelle. DE quoi sérieusement améliorer la circulation des bus.
Le centre-ville entame sa transformation
Les ouvriers procédaient déjà ce mardi après-midi aux changements de circulation effectifs le 4 août prochain dans le centre-ville de la capitale, en raison des travaux du tramway.
Lok , Vorbereitungsarbeiten Verkehrsänderungen rue Notre Dame , Enneschtgass , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort