Changer d'édition

De meilleures conditions de travail réclamées pour les détenus
Luxembourg 4 min. 16.06.2022 Cet article est archivé
Prison de Schrassig

De meilleures conditions de travail réclamées pour les détenus

Christian Richartz, Nadia Meyers et Gregory Fonseca de l'association «eran, eraus ... an elo ?».
Prison de Schrassig

De meilleures conditions de travail réclamées pour les détenus

Christian Richartz, Nadia Meyers et Gregory Fonseca de l'association «eran, eraus ... an elo ?».
Photo: Sophie Hermes
Luxembourg 4 min. 16.06.2022 Cet article est archivé
Prison de Schrassig

De meilleures conditions de travail réclamées pour les détenus

Sophie HERMES
Sophie HERMES
Selon l'association «eran, eraus ... an elo ?», les détenus qui travaillent ne reçoivent pas assez d'argent pour cela. Elle demande des améliorations, notamment en matière de protection.

Aller travailler tous les jours fait partie du quotidien de la plupart des gens. C'est aussi le cas pour les détenus de la prison de Schrassig. Toute personne condamnée définitivement à une peine de prison doit en principe exercer une activité professionnelle, à moins qu'une raison valable ne s'y oppose. Pour cela, environ 300 postes de travail sont disponibles à Schrassig - de la blanchisserie aux ateliers en passant par un atelier de serrurerie, un atelier de peinture ou de reliure jusqu'au travail en équipe dans le quartier de détention. 


Le chantier de la nouvelle prison de Sanem se termine
Le nouvel établissement pénitentiaire permettra d'alléger le centre pénitentiaire de Luxembourg qui flirte et dépasse parfois sa capacité maximale.

Ces postes ne suffisent pas en raison du fait que la prison accueillie bien plus de détenus, de l'ordre de 600. Le manque d'emplois est donc également un sujet de discussions à Schrassig. Mais même ceux qui peuvent travailler sont confrontés à la dure réalité. En effet, les détenus ne reçoivent qu'un faible salaire et ne disposent pas d'un statut de travail légal. Selon les responsables de l'association «eran, eraus ... an elo ?», qui offre une écoute et un soutien aux détenus, ces deux éléments seraient pourtant importants pour préparer au mieux les prisonniers à leur vie après la prison. 

C'est pourquoi l'association demande des améliorations. A court terme, il s'agirait d'une adaptation des salaires, de congés payés, de versements à la caisse de retraite, ainsi que de la conclusion d'une assurance accident qui n'existe pas actuellement. À moyen terme, l'association espère un statut légal pour les détenus qui travaillent. «Le contrat de travail doit faire son entrée en prison», souligne Gregory Fonseca de «eran, eraus ... an elo ?». «Cela va de pair avec des droits et des obligations pour les deux parties. C'est déjà le cas en Scandinavie». 

45 ans d'immobilisme 

«Depuis les années 1970, les conditions de travail des détenus n'ont guère évolué», déplorent les responsables de l'association en présentant des documents selon lesquels une personne payée au plus bas des sept échelons gagne environ 390 euros par mois, et ce pour une charge de travail de 35 heures par semaine. «Avec ça, on est mal loti», déclare Nadia Meyers de «eran, eraus ... an elo ?». 


In der Haftanstalt Schrassig befinden sich derzeit 581 Häftlinge, darunter 27 Frauen. Nur 290 Häftlinge haben ihren Wohnsitz in Luxemburg. Die Mehrheit der Insassen sind Untersuchungshäftlinge.
Le recours à la prison doit être repensé
Le Parlement a débattu ce mercredi de l'utilité des peines de prison et des alternatives qui existent mais qui sont peu utilisées.

Au niveau le plus élevé, il faut compter environ 790 euros pour un emploi dans une blanchisserie. Toutefois, cette catégorie de salaire serait plutôt l'exception que la règle. Les heures d'absence - que ce soit pour des raisons de santé, des rendez-vous avec des avocats ou des raisons privées - ne sont pas facturées. Et les détenus n'ont pas non plus droit à des congés payés. Des revenus d'environ 800 euros par mois apporteraient déjà de grandes améliorations pour de nombreux détenus. Car même s'ils n'ont pas à payer le gîte et le couvert, ils ont tout de même des dépenses. 

De nombreux frais pour les détenus

Celles-ci dépassent largement les besoins personnels, comme le café, les cigarettes, les lames de rasoir ou un morceau de chocolat, qu'ils doivent prendre en charge. De nombreux détenus doivent indemniser une victime, payer des frais de justice ou d'avocat. Certaines personnes avaient déjà des dettes avant leur incarcération ou ont une famille qui a besoin d'un soutien financier. «Il s'agit de resocialisation», explique Christian Richartz, président de «eran, eraus ... an elo ?». 


Als äußerst aggressiv und gefährlich beschriebt die Vertreterin der Anklage die Drohungen gegen Xavier Bettel, Paulette Lenert und deren Umfeld.
Deux ans de prison requis pour les lettres de menaces
L'accusé de 37 ans se montre repentant. Son avocat remet toutefois en question l'indépendance des juges et la légalité de la loi elle-même.

L'association aurait été informée que de nombreuses personnes avaient été libérées de prison et s'étaient retrouvées sans rien. Or, pour louer un logement ou s'approvisionner en produits de première nécessité, un capital de départ est nécessaire, surtout en cette période. La protection sociale, notamment les versements à la caisse de retraite, est également importante pour la période suivant la détention. C'est particulièrement vrai pour les personnes qui ont dû purger de longues peines et auxquelles il manque dix, voire quinze années de travail à l'âge de la retraite. «La prison doit faire comprendre que cela vaut la peine de travailler honnêtement», explique Nadia Meyers. 

Les directives du Conseil de l'Europe vont également dans ce sens, puisqu'elles stipulent que le travail en prison doit permettre au détenu de maintenir ou d'améliorer sa capacité à subvenir à ses besoins après sa libération. En France et en Allemagne, des adaptations ont été récemment effectuées ou présentées. Si l'on en croit les responsables de «eran, eraus ... an elo ?», il devrait en être de même au Luxembourg dans les meilleurs délais. 

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ce lundi, un détenu s'est donné la mort dans sa cellule à Schrassig. L'administration pénitentiaire explique de son côté mettre tout en œuvre pour éviter de tels drames, bien que le risque zéro n'existe malheureusement pas.
C'est un jugement de principe qui a été rendu par la chambre pénale de Diekirch. Désormais, quiconque assimile les mesures sanitaires du gouvernement aux crimes du nazisme est passible de poursuites.
Das Gericht in Diekirch hat am Donnerstag ein Grundsatzurteil gefällt.
Depuis ce lundi, le centre pénitentiaire de Luxembourg est officiellement dirigé par une femme. Une première dans l'histoire de la prison de Schrassig qui va connaître, dans les prochaines années, de profonds changements. Joke Van der Stricht explique lesquels.
Gefängnis - Prison - gefangenschaft - strafvollzug - Schrassig - Gefangener  - prisonnier-Détenu - Uhaft - u-haft -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort