Changer d'édition

«De Lëtzebuerger Fändel»: Une mosaïque de portraits sur le drapeau luxembourgeois
Luxembourg 4 min. 20.04.2016 Cet article est archivé

«De Lëtzebuerger Fändel»: Une mosaïque de portraits sur le drapeau luxembourgeois

«On montre toujours des célébrités pour parler d'un pays. Là je voulais que l'on voit avant tout le peuple, toutes ces personnes qui forment, ensemble, ce pays».

«De Lëtzebuerger Fändel»: Une mosaïque de portraits sur le drapeau luxembourgeois

«On montre toujours des célébrités pour parler d'un pays. Là je voulais que l'on voit avant tout le peuple, toutes ces personnes qui forment, ensemble, ce pays».
Shutterstock
Luxembourg 4 min. 20.04.2016 Cet article est archivé

«De Lëtzebuerger Fändel»: Une mosaïque de portraits sur le drapeau luxembourgeois

Jacques Schneider, photographe luxembourgeois, met les habitants du pays à l'honneur à travers une mosaïque de portraits qui seront affichés sur le drapeau national le 23 juin prochain.

Par Sophie Wiessler

Quoi de mieux qu'une population pour représenter un pays? Qui plus est, si celle-ci est présente sur le drapeau national. C'est l'idée originale qu'a eu Jacques Schneider, photographe luxembourgeois, qui propose jusqu'au 15 mai prochain à tout un chacun de poser et se voir figurer sur le drapeau luxembourgeois.

Pour les amoureux du Luxembourg

«Le Luxembourg est un pays chanceux, où 170 nationalités différentes se côtoient chaque jour sans problème: c'est ce que j'ai voulu montrer à tous», explique Jacques Schneider, appareil photo à la main. 

Jacques Schneider réalise depuis plusieurs semaines des shootings photos pour son projet. Son emploi du temps est complètement «booké».
Jacques Schneider réalise depuis plusieurs semaines des shootings photos pour son projet. Son emploi du temps est complètement «booké».
Sophie Wiessler

Ce jeune artiste luxembourgeois sillonne les gares et les entreprises du pays depuis plusieurs semaines afin de photographier les habitants ou employés du Grand-Duché qui souhaitent apparaître sur le drapeau tricolore. «On oblige personne. Je ne fais pas de démarchages, je veux avant tout des personnes volontaires, qui ont envie d’apparaître sur le drapeau», explique-t-il.

Frontaliers, Luxembourgeois, Portugais, Italiens, peu importe. Jacques ouvre son projet à tous les «amoureux du Luxembourg». «On peut ne pas vivre du tout au Luxembourg et être fasciné par ce pays. J'ouvre ce shooting à tout le monde, à tout ceux qui veulent être représentés sur le drapeau national», explique-t-il.

Et de nombreuses enterprises du pays ont accepté d'y participer. «Nous avons eu l'accord de l'armée, pour prendre nos soldats en photos. Des postiers, des douaniers, des employés d'Arcelor Mittal... Je vais passer une matinée à la cour d'appel aussi. Beaucoup d'administrations communales ont décidé de jouer le jeu», détaille Jacques.

Pour le jeune artiste, il était important de montrer les vrais visages du Luxembourg. «On montre toujours des célébrités pour parler d'un pays. Là je voulais que l'on voit avant tout le peuple, toutes ces personnes qui forment, ensemble, ce pays», souligne-t-il.

«Je ne pensais pas que ça aurait un tel engouement»

Ce projet, Jacques a hâte de le voir. «Je trépigne d'impatience, c'est un projet fascinant, à dimension humaine, j'ai tellement hâte». Et ce sont déjà plus de 15.000 personnes qui ont participé. C'est notamment le cas de Colette, et sa fille Nelly, en gare de Luxembourg. «Je trouve cette idée très intéressante, c'est représentatif du Luxembourg. Nous sommes dans un pays multi-culturel et cette action est une bonne image à donner de notre pays», explique la jeune mère de famille. 

Nelly a pris la pose devant l'objectif de Jacques et se retrouvera bientôt sur le drapeau national luxembourgeois.
Nelly a pris la pose devant l'objectif de Jacques et se retrouvera bientôt sur le drapeau national luxembourgeois.
Photo: Sophie Wiessler

Pour sa fille Nelly, ce projet est «cool». La jeune femme a ainsi fait le déplacement après que sa mère lui ait parlé de ce projet. «Je vais en parler à mes amis, leur dire de venir aussi», s'exclame-t-elle en riant.

Jacques est très fier de ce projet. «Je ne pensais pas que ça aurait un tel engouement. Les gens ont envie de participer, c'est ça qui est très fort, c'est que je n'oblige personne, mais beaucoup ont envie de se retrouver sur ce drapeau», détaille-t-il avec le sourire.

Cette idée lui est venue au mois de janvier, lorsque la Grande-Duchesse participait au premier forum international des troubles d'apprentissage. «Elle mettait en avant le fait que les personnes atteintes de ces troubles avaient davantage de difficultés à apprendre le luxembourgeois. J'ai alors pris conscience qu'on avait tous des facilités dans certains domaines, mais qu'on était rangés dans des cases. Et ça ne me plait pas. Je veux que l'on soit tous égaux», explique le jeune artiste.

A l'honneur pour la Fête nationale

Les shooting photos prendront fin le 15 mai prochain. Jacques aura alors un mois pour peindre chacune de ses photos, une par une. Un travail considérable. «Je prends les photos avec à chaque fois des lumières différentes: chaque lieu a sa dynamique. Je les passe ensuite en noir et blanc, puis je vais les peindre à la main, en rouge, blanc ou bleu, une par une», explique-t-il. 

Plusieurs drapeaux géants seront ensuite installés dans différents lieux de la capitale, pour la Fête nationale du 23 juin. Il y en aura donc un à la gare, un autre derrière la tribune officielle de la famille grand-ducale lors de la retraite aux flambeaux, un devant le CHL, un autre à l'aéroport... «Tout le monde sera à l'honneur ! Les drapeaux resteront là entre 15 jours et 1 mois après la Fête nationale.» 

Et justement, qu'en pense la famille grand-ducale? Jacques sourit à cette question. «Ils sont au courant de mon projet. Ils le soutiennent, sinon je ne pense pas que l'armée aurait accepté de participer. J'attends de voir leur réaction lors de la Fête nationale mais je pense que ce sera plutôt positif", glisse le jeune artiste.

Les drapeaux seront également visibles sur le site de la ville de Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les Hauts Fourneaux de Belval illuminés par Sting
Ils étaient presque 10.000 spectateurs à profiter samedi soir de ce cadre inédit à Esch/Alzette. Une scène open air pour Sting et Shaggy qui ont illuminé les Hauts Fourneaux de Belval pour l'occasion. Découvrez nos photos.
«Nation Branding» à l'américaine sur le rocher du Bock
Le Nation Branding à la luxembourgeoise n'a plus de limite! Selon nos informations, le ministère du Tourisme aurait demandé l'aide de Stéphane Bern, le «Monsieur Patrimoine» du gouvernement Macron, pour développer un projet inédit: le «Bockmore». Une sculpture monumentale dans la roche du Bock à Luxembourg-Ville!