Changer d'édition

De la crise sanitaire à l'urgence climatique
Luxembourg 2 min. 03.04.2020 Cet article est archivé

De la crise sanitaire à l'urgence climatique

Les coûts externes d'une tonne de CO2 oscilleraient entre 180 et 205 euros.

De la crise sanitaire à l'urgence climatique

Les coûts externes d'une tonne de CO2 oscilleraient entre 180 et 205 euros.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 03.04.2020 Cet article est archivé

De la crise sanitaire à l'urgence climatique

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Selon Greenpeace, l'ampleur des mesures prises pour répondre à la pandémie de covid-19 montre la capacité de mobilisation financière de l'Etat. L'ONG aimerait que cela serve d'exemple dans la lutte face au changement climatique.

(ota) - La lutte contre le covid-19 en appelle une autre. Selon Greenpeace Luxembourg, la situation actuelle montre à quel point l'Etat semble avoir les coudées franches en cas d'urgence. Dans un communiqué publié ce vendredi, l'ONG émet de sérieuses réserves quant à la volonté gouvernementale en matière de lutte contre le changement climatique.

Si le lobby écolo salue les «objectifs ambitieux» affichés dans le plan national intégré en matière d'énergie et de climat (PNEC), il doute que ceux-ci «puissent être mis en œuvre avec succès». La protection du climat ne serait toujours pas une priorité du gouvernement. Celui-ci envisage par exemple de réduire les émissions de gaz à effet de serre de -55% d'ici 2030. Pas assez selon Greenpeace qui, dans l'espoir d'atteindre la neutralité climatique au plus tard en 2050, appelle à une réduction de 65%. 

Le diesel et l'essence dans le viseur

L'ONG estime que le PNEC n'est pas assez clair sur l'avenir du parc automobile. Elle demande ainsi que les voitures à moteur diesel et à essence ne soient plus immatriculées au Luxembourg et au niveau de l'UE à partir de 2025. A cet égard, l'adaptation du calcul de la vignette fiscale est considérée comme une mesure efficace et socialement juste pour freiner le transport individuel. 

L'introduction envisagée d'une taxe CO2 basée sur le principe du pollueur/payeur est également saluée par Greenpeace. Pour autant, le prix proposé de 20 euros par tonne de CO2 lui semble bien trop bas, tout comme l'augmentation annuelle prévue de cinq euros par tonne au cours des deux prochaines années. L'ONG rappelle à ce titre que, selon l'Agence fédérale allemande de l'environnement, les coûts externes calculés pour émission d'une tonne de CO2 se situent entre 180 et 205 euros.


Wirtschaft, Industrie, Belval, Strom, Energie,  Foto: Guy Wolff/TLuxemburger Wort
Les industriels imaginent une autre taxe carbone
Le secteur industriel reconnait, ce mardi, la nécessité des objectifs climatiques ambitieux voulus par le gouvernement. Mais la Fédération des industriels luxembourgeois (Fedil) n'applaudit toutefois pas le plan national intégré en matière d'énergie et de climat présenté début février.

Pour Greenpeace, les exemples d'autres pays qui ont déjà introduit une tarification du CO2 montrent qu'elle doit être compréhensible et induire une possibilité d'adaptation. Ainsi, afin d'assurer la sécurité de la planification pour les ménages et les entreprises, «il est donc nécessaire d'établir des lignes directrices claires pour les augmentations successives de la tarification du CO2 jusqu'en 2030». L'ONG exige donc que cette taxation du CO2 soit intégrée dans la prochaine réforme fiscale.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans un mois pile, le Luxembourg imposera différemment la consommation d'essence, diesel, fuel et mazout, au nom de la protection pour le climat. Le ministre de l'Energie, Claude Turmes, démêle le vrai du faux.
Zechprellerei, Grivèlerie, Tankstelle, Tanken, Zapfsäule, Pompe à essence, Foto Lex Kleren
Le Mouvement écologiste rappelle son attachement au principe du pollueur payeur. L'association s'oppose ainsi fermement aux lobbies des automobilistes et des consommateurs qui s'insurgent notamment contre les nouvelles taxes prévues en matière d'émissions de CO2.
AUSPUFF 28.12.2004 PHOTO ANOUK ANTONY
Réclamant des mesures de «compensation sociale» immédiates, le syndicat pointe le risque que feront peser les nouveaux tarifs des carburants sur les ménages les plus modestes. Une prise de position qui intervient au lendemain de l'annonce gouvernementale de nouvelles accises.
Les carburants continuent d'être plus attractifs au Grand-Duché que chez les voisins, malgré la nouvelle hausse des taxes.
Si le Luxembourg veut réduire de 55% ses émissions de gaz à effet de serre, cela ne se fera pas sans contraintes, ni incitations. Et la mesure la plus spectaculaire est l'instauration, à compter de 2021 d'une taxe CO2 qui touchera entreprises comme particuliers.