Changer d'édition

Dans les pas de papa: rencontres avec des candidats "fils et fille de"
Luxembourg 3 min. 02.10.2017 Cet article est archivé

Dans les pas de papa: rencontres avec des candidats "fils et fille de"

Luxembourg 3 min. 02.10.2017 Cet article est archivé

Dans les pas de papa: rencontres avec des candidats "fils et fille de"

Au Luxembourg, l'engagement en politique est souvent une tradition familiale. Rencontres avec ces "fils et filles de" qui se présentent aux élections communales ce dimanche 8 octobre.

Par Maximilian Richard (trad. ChB)

Au Luxembourg, l'engagement en politique est souvent une tradition familiale. Rencontres avec ces "fils et filles de" qui se présentent aux élections communales ce dimanche 8 octobre.

Nathalie Oberweis: "Mon père me soutient"

Habituellement, la nouvelle génération s'oriente naturellement vers le courant politique des parents. Mais pas Nathalie Oberweis: la jeune femme figure sur la liste "Déi Lénk" dans la capitale alors que son père, Marcel Oberweis, en politique depuis 1994, siège au parlement pour les chrétiens-sociaux.

Nathalie Oberweis, fille du député CSV, se présente sur la liste du parti de gauche menée par David Wagner dans la capitale
Nathalie Oberweis, fille du député CSV, se présente sur la liste du parti de gauche menée par David Wagner dans la capitale
Jan von Weissenberg

Malgré les apparences, les différences entre le père et sa fille sont peu nombreuses: "En ce qui concerne nos valeurs, nous sommes sur la même ligne", confie la candidate de 34 ans, journaliste indépendante, qui se présente pour la toute première fois à des élections.   

"Quand j'étais plus jeune et moins critique, j'aurais peut-être pu me présenter sous la bannière du CSV. Mais plus aujourd'hui", avoue-t-elle.

L'une des raisons: deux ans de travail au Niger dans le milieu de l'aide au développement. "Les partis établis sont responsables des injustices existantes dans le monde entier, et aussi le CSV. Ils ne remettent pas en question le système de manière adéquate." 

Cela n’entache pas pour autant l'ambiance des repas de famille chez les Oberweis: "Mon père me soutient dans tout ce que je fais!"

Jean-Pierre Roemen: "Il était un héros pour moi"

Jean-Pierre Roemen
Jean-Pierre Roemen
ZfL

Fils de Rob Roemen, conseiller communal de Leudelange puis bourgmestre de 2005 à 2012, décédé tragiquement en plein mandat, Jean-Pierre Roemen a été fortement marqué par l'engagement politique paternel.

"Mon père était un héros pour moi", se souvient-il. A 8 ans, le petit garçon avait même épinglé au-dessus de son lit la page du bulletin communal où était présenté son papa en vue des élections à venir.

Ce n'est qu'après la mort de son père que le jeune homme a commencé à s'intéresser réellement à la politique, mais c'est un environnement dans lequel il a baigné très tôt puisque Rob Roemen avait l'habitude de l'emmener avec lui lors de certains événements réservés aux membres du DP.

Aujourd'hui étudiant en droit, Jean-Pierre Roemen, 20 ans, se présente sur la liste Zesumme fir Leideleng face à la liste de la bourgmestre sortante.

Pit Dahm et Ben Ries reprennent le flambeau

A Diekirch, Pit Dahm, enseignant stagiaire de 29 ans, veut aussi suivre l'exemple de son père et figure sur la liste du CSV pour la première fois. Jacques Dahm, conseiller communal depuis 1990, a dirigé la commune de 2008 à 2011. Cette fois, il a choisi de ne pas se représenter et de passer le flambeau à son fils.

Autre exemple similaire: Ben Ries, professeur de 33 ans, engagé dans la course à Junglinster, où son père, François Ries est politiquement actif depuis 40 ans. Au cours de ces décennies, il a occupé successivement le fauteuil de bourgmestre et de conseiller communal libéral avant de donner sa démission en 2015. Il ne se représente pas non plus.

Lex Delles: "La réputation de mon père a joué"

Le bourgmestre libéral de Mondorf-les-Bains, Lex Delles, a des souvenirs bien précis de son père, bourgmestre de la commune de 1994 à 1996, année de son décès: il se rappelle notamment de ces plans de développement urbain étalés sur la table de la cuisine familiale.

"À cette époque, j'étais encore trop petit pour tout comprendre", explique le jeune homme qui avait seulement 12 ans à la disparition de son père.

Malgré son jeune âge, Lex Delles a fait une entrée fracassante dans le monde politique
Malgré son jeune âge, Lex Delles a fait une entrée fracassante dans le monde politique
Guy Jallay

En 2011, il décide de se lancer pour de bon et se présente aux élections communales. D'emblée, il est élu premier échevin. "La réputation de mon père a très certainement joué un rôle dans mon élection", déclare Lex Delles. "Après, il faut convaincre les électeurs avec des actes."

Suite au départ de Maggy Nagel pour le gouvernement fin 2013, il est assermenté bourgmestre en janvier 2014. Il n'a alors que 29 ans et devient le plus jeune député-bourgmestre du pays.

A 32 ans, cette étoile montante de la politique est désormais tête de liste pour le DP à Mondorf.