Changer d'édition

Dans les coulisses de l'hôpital Kirchberg
Luxembourg 6 3 min. 24.04.2020 Cet article est archivé

Dans les coulisses de l'hôpital Kirchberg

Un geste du Premier ministre pour remercier les soignants et les personnels de service pour leur engagement.

Dans les coulisses de l'hôpital Kirchberg

Un geste du Premier ministre pour remercier les soignants et les personnels de service pour leur engagement.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 6 3 min. 24.04.2020 Cet article est archivé

Dans les coulisses de l'hôpital Kirchberg

Comment vit un établissement de soins au cœur de l'épidémie? Xavier Bettel et Paulette Lenert ont eu des réponses en visitant, après le CHL, les installations des hôpitaux Robert Schuman.

(pj avec Steve Remesch)  «Ceux qui sont en première ligne commencent lentement à se sentir épuisés.» Le constat vient du Dr Jean-Marc Cloos, chef du service de psychiatrie des hôpitaux Robert Schuman. Depuis quelque temps, le spécialiste se préoccupe ainsi davantage du bien-être du personnel hospitalier que des patients. Signe des temps dont, jeudi, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) et la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ont pris conscience en visitant l'hôpital Kirchberg.

Sept semaines après que la première personne au Luxembourg a été testée positive au covid 19, les politiques tendent ainsi l'oreille à la réalité du terrain. Alors, certes, chacun reconnaît que les mesures de confinement décidées rapidement ont bien permis d'éviter une surchauffe des services hospitaliers luxembourgeois; certes, le matériel à disposition s'avère suffisant mais pas question d'effacer des commentaires le souvenir de ces premières semaines de l'épidémie. Cependant, reste la peine d'avoir déjà vu mourir 83 patients infectés et la fatigue de plus d'un mois et demi sous tension.

En ce jour de visite, le chef du gouvernement salue, remercie, écoute plus qu'il ne parle. Intérieurement, certainement que Xavier Bettel et Paulette Lenert sourient en entendant les uns et les autres se féliciter d'avoir vu l'Etat mettre à disposition quatre scanners achetés spécifiquement pour affiner le diagnostic des malades atteints par l'infection pulmonaire. Celui de l'hôpital Kirchberg a été installé à l'extérieur, et chacun s'accorde à dire que l'appareil a sauvé des vies, en confirmant ou infirmant toute suspicion de coronavirus.

Un passage dans l'appareil, quelques secondes d'attente et le résultat tombe. De quoi orienter le patient dans l'une ou l'autre direction mise en place à l'accueil, et éviter ainsi que les malades covid et les autres ne se croisent au risque de relancer la contamination. Ici comme ailleurs, la chaîne de prise en charge a totalement été revue donc.

A l'hôpital du groupe Robert Schuman, la visite se poursuit entre zone rouge et zone verte. A chaque rencontre avec personnels ou membres de la direction, le Premier ministre et la ministre de la Santé prennent le temps de dialoguer. Prendre le pouls des soignants, les saluer, les féliciter, les réconforter, les encourager: voilà le but de l'exécutif alors que l'épidémie semble perdre de ses effets de nuisance mais à l'heure aussi où les autorités sanitaires redoutent une seconde vague virale... 

Dans les couloirs, sur le parvis, dans les salles, chacun y va donc de son commentaire. N'épargnant nul détail comme dans cette évocation des premiers jours de pandémie où les hôpitaux Robert Schuman s'étaient bien plus appuyés sur leur propre approvisionnement matériel que sur le stock national du ministère de la Santé. Rappel aussi de la formidable générosité des résidents et des entreprises qui n'a pas tardé à s'organiser. Au Kirchberg, cela s'est traduit par 243 livraisons inattendues, représentant plus de 185.000 articles individuels offerts (masques, visières, vêtements de protection).


Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Nous avons peur, mais nous sommes là»
La crise du covid-19 amène le personnel hospitalier au bord de l'épuisement. Chaque jour, chaque minute, ces professionnels de santé se battent et rassemblent tout leur courage pour lutter contre le virus et ne pas perdre espoir. Aperçu, en vidéo, de ce combat en première ligne, au cœur des unités covid-19 du CHL.

Mais déjà les soignants réfléchissent à la sortie de crise. Un retour à la normalité qui se traduira forcément par un grand rattrapage de soins reportés jusqu'alors. Car il est évident que de nombreux patients ont évité les rendez-vous chez les médecins et à l'hôpital par crainte d'une infection. Une vérité constatée dans tous les services, et tout spécialement en psychiatrie, où l'on s'inquiète de l'augmentation de la consommation d'alcool.

L'impact de ces changements de suivi médical sera lui aussi à ne pas négliger sur les efforts à fournir dans les prochaines semaines, rappellent les soignants. Voilà donc l'exécutif au courant, à lui d'adresser maintenant la bonne ordonnance à ce secteur qui a démontré sa force autant que ses faiblesses durant cette crise.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les motards obtiennent gain de cause
Réservés depuis le 18 mars aux seuls déplacements essentiels, les trajets en deux-roues dans le cadre d'une activité de loisirs redeviennent autorisés, indique jeudi le ministère de la Mobilité. Une décision adoptée après une forte mobilisation.
Macron précise le déconfinement à la française
L'école sur la base du volontariat des parents, des masques quasi obligatoires dans les transports, une levée du confinement par territoires, le président commence à détailler ce qui attend ses concitoyens à partir du 11 mai.
French President Emmanuel Macron (R) talks with employees as he visits a  supermarket to discuss the partnership with local producers in Saint-Pol-de-Leon, western France, on April 22, 2020, as part of a visit centered on agriculture amid the COVID-19 outbreak caused by the novel coronavirus. (Photo by STEPHANE MAHE / POOL / AFP)
Porter un masque ne s'improvise pas
Malgré de nombreuses campagnes d'informations menées depuis le début de la pandémie de covid-19, de nombreuses erreurs circulent encore sur ces protections. Voici un guide pour être en mesure de les manipuler correctement.
Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le covid-19, source de maladie professionnelle
L'Association d'assurance accident a déjà reconnu que douze salariés avaient bien été contaminés par le virus sur leur lieu de travail, au Luxembourg. De quoi, notamment, leur valoir une prise en charge à 100% des soins.
A cashier works wearing a face mask in a supermarket on April 15, 2020, in Givors, near Lyon, on the 30th day of a strict lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection caused by the novel coronavirus. (Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Qui veut vraiment de la rentrée des classes?
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask