Changer d'édition

Dans le cadre de la réforme du lycée au Luxembourg : Michel Hiebel intègre le ministère de l'Education nationale
Luxembourg 5 min. 21.07.2017 Cet article est archivé

Dans le cadre de la réforme du lycée au Luxembourg : Michel Hiebel intègre le ministère de l'Education nationale

Le proviseur de Vauban, fort d'une expérience de 18 ans dans la direction d'établissements scolaires va faire partie de l'équipe du plan de développement scolaire dans le cadre de la réforme du lycée au Luxembourg. .

Dans le cadre de la réforme du lycée au Luxembourg : Michel Hiebel intègre le ministère de l'Education nationale

Le proviseur de Vauban, fort d'une expérience de 18 ans dans la direction d'établissements scolaires va faire partie de l'équipe du plan de développement scolaire dans le cadre de la réforme du lycée au Luxembourg. .
Chris Karaba
Luxembourg 5 min. 21.07.2017 Cet article est archivé

Dans le cadre de la réforme du lycée au Luxembourg : Michel Hiebel intègre le ministère de l'Education nationale

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le proviseur du lycée français de l'étranger quitte ses fonctions au sein de Vauban pour intégrer le ministère de l'Education nationale luxembourgeois et oeuvrer dans la réforme du lycée.

(VO) - Le proviseur du lycée français de l'étranger quitte ses fonctions au sein de Vauban pour intégrer le ministère de l'Education nationale luxembourgeois et oeuvrer dans la réforme du lycée.

Michel Hiebel est proviseur du lycée français depuis 2013. En quatre années, il a permis à l'établissement de se doter d'un rayonnement international tout en conservant la langue française à sa juste place.

Il quitte le lycée français dans quelques jours et en septembre, il va intégrer le ministère de l'Education nationale, plus précisément le département du SCRIPT (Service de coordination de la Recherche et de l'Innovation pédagogiques et technologiques) afin de participer activement à la réforme du lycée luxembourgeois.

Le proviseur de Vauban, fort d'une expérience de 18 ans dans la direction d'établissements scolaires va faire partie de l'équipe du plan de développement scolaire pour le secondaire.

"L'enjeu de cette réforme scolaire, c'est développer les compétences des différents établissements du pays en les dotant d'un projet pédagogique efficace pour chaque lycée", débute Michel Hiebel, "Le plan prévoit que chaque lycée soit audité afin d'apporter aux élèves un meilleur service".

Au lycée Vauban, Michel Hiebel a démontré son savoir-faire. En quatre ans, l'établissement a vu sa fréquentation augmenter de 400 élèves et aujourd'hui, 150 professeurs y travaillent. Le lycée français accueille maintenant 34 nationalités et cette dernière année, 50% de ses élèves diplômés sont partis poursuivre des études supérieures à l'étranger.

Au lycée Vauban, Michel Hiebel a démontré son savoir-faire. En quatre ans, l'établissement a vu sa fréquentation augmenter de 400 élèves et aujourd'hui, 150 professeurs y travaillent.
Au lycée Vauban, Michel Hiebel a démontré son savoir-faire. En quatre ans, l'établissement a vu sa fréquentation augmenter de 400 élèves et aujourd'hui, 150 professeurs y travaillent.
Chris Karaba

"Nous avons surtout essayé de développer l'orientation scolaire ces dernières années et je dois dire que le pari est réussi. Vauban peut se réjouir d'avoir un service résolument tourné vers l'international tout en conservant un bon réseau au sein de la France. 50% de nos diplômés se tournent vers l'étranger non seulement car ils évoluent dans un environnement cosmopolite inhérent au Luxembourg, mais aussi car ils trouvent au sein du lycée les ressources pour les orienter correctement", poursuit le chef d'établissement.

Une augmentation de 10% en quatre ans

Canada,  États-Unis, Royaume-Uni ou encore Pologne ou Italie, les diplômés du lycée français n'hésitent pas à partir loin pour poursuivre leurs études bien que les grandes écoles se fassent toujours en France.

"La France est la première destination en ce qui concerne les classes préparatoires aux grandes écoles, pour les formations de haut niveau. Cependant, les universités à l'étranger que nos lycéens intègrent sont à capacité restreinte, c'est-à-dire qu'ils sont acceptés sur dossier. En quatre ans, nous avons eu un basculement des effectifs diplômés de la France vers l'étranger de 10% et aujourd'hui, 50% de nos élèves poursuivent leur formation à l'étranger".

Durant son mandat, Michel Hiebel a également mis en place la section internationale pour le collège et a fait un énorme travail autour de l'enseignement des langues étrangères.

"Ce n'est pas tant le nombre de langues qui sont enseignées à Vauban que toute la structure au niveau des examens et de l'homogénéité de l'enseignement qui sont intéressants. Nous avons mis en place un coordonnateur par matière afin de faire le lien entre les professeurs et la direction et ainsi optimiser le travail des professeurs auprès des élèves.

"Pas de sélection et 100% de réussite"

Pour Michel Hiebel, la plus grande réussite reste les taux d'obtention du Baccalauréat et du Brevet des collèges: 100% cette année pour les deux examens.

Un résultat que le proviseur pense lié aux ateliers de renforcement scolaire et aux devoirs obligatoires proposés cette dernière année à Vauban. Tous les lundis, les élèves de Terminale avaient l'obligation de se mettre en condition de l'examen et de faire un devoir allant de deux à quatre heures sur une matière de leur cursus.

"Au départ, nous avons craint que ce rythme soit trop soutenu pour les élèves, mais très vite, ils se sont habitués et ont apprécié de pouvoir se préparer tout au long de l'année. Je pense que c'est cette mise en condition intense qui a permis d'obtenir une telle réussite car nous n'avons fait aucune sélection préalable de nos élèves présentant le Bac", note le proviseur, "tous se sont préparés, ont repoussé leurs limites et l'ont obtenu".

D'autre part, cette année, les élèves ont pu bénéficier de cours supplémentaires dispensés par les professeurs afin de préparer des concours d'entrée à différentes écoles.

"Trois années ont été nécessaires"

En poste depuis 2013, Michel Hiebel confie qu'il lui a fallu trois ans pour mettre en place toutes ces mesures qui ont permis au lycée Vauban de développer son fonctionnement et améliorer la qualité de l'enseignement dispensé aux élèves.

"Trois années ont été nécessaires et je pense que dans ce nouveau défi qu'est la réforme du lycée de l'enseignement luxembourgeois, il faudra aussi ce laps de temps pour mettre les projets en route. A partir de septembre, le service pour lequel je vais travailler va visiter chaque lycée du pays et établir un dialogue car sans celui-ci, aucun projet de développement scolaire digne de ce nom ne peut voir le jour", conclut le futur membre du ministère de l'Education nationale luxembourgeois.




Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet