Changer d'édition

Dans la crainte des 8.000 cas positifs
Luxembourg 3 min. 22.07.2020

Dans la crainte des 8.000 cas positifs

Si nécessaire, l'emploi d'hôpitaux de campagne pour faire face à un afflux trop massif de malades fait partie des pistes envisagées.

Dans la crainte des 8.000 cas positifs

Si nécessaire, l'emploi d'hôpitaux de campagne pour faire face à un afflux trop massif de malades fait partie des pistes envisagées.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 22.07.2020

Dans la crainte des 8.000 cas positifs

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Selon le Research Luxembourg, la deuxième vague pourrait surcharger les unités de soins intensifs du Grand-Duché pour fin août. En l'état actuel, les scientifiques partent sur un scénario noir avec un nombre de dépistés ayant quasi doublé d'ici une semaine...

Actuellement, au Grand-Duché, chaque porteur du covid-19 contamine plus d'une autre personne dans son entourage. Se basant sur ce taux de reproduction du coronavirus actuel et du bond des infections enregistré ces derniers temps, l'équipe du Research Luxembourg porte un regard sombre sur ce qui pourrait arriver. Clairement, les scientifiques annoncent qu'au rythme actuel, d'ici fin juillet 400 nouveaux cas quotidiens pourraient être découverts. 

Le chiffre pronostiqué désormais est donc quasi deux fois plus élevé que le pic enregistré lors de la première vague. Le 25 mars dernier, il n'était question que de 213 infections détectées en 24 heures... Aussi, les projections de Research  Luxembourg font-elles froid dans le dos : «Le Luxembourg pourrait dépasser la barre des 8.000 cas d'ici le 29 juillet» A ce jour, le pays n'en est qu'à 4.662 cas (pour ne parler que des résidents), c'est dire l'ampleur possible de cette seconde vague tant redoutée.

Paulette Lenert (LSAP) devant tenir une conférence de presse sur la situation sanitaire du pays, ce mercredi, la ministre de la Santé évoquera sans doute les hypothèses développées dans ce rapport. Surtout, la politique la plus populaire du moment, devra impérativement dire comment elle compte remobiliser les services hospitaliers luxembourgeois.

Car les analystes du Research Luxembourg sont clairs : «Ces augmentations d'infections entraîneront immanquablement une hausse des séjours à l'hôpital». Avec une deuxième vague deux fois plus haute que la précédente, le risque de saturation plane donc. «Si la dynamique actuelle persiste, une pénurie de lits disponibles dans les unités de soins intensifs est déjà prévue pour la fin du mois d'août


A taxi driver (R) gets tested by health workers (L) for coronavirus COVID-19 at a makeshift testing station in a carpark in Hong Kong on July 19, 2020. - The deadly coronavirus is spreading out of control in Hong Kong with a record 100 new cases confirmed, the finance hub's leader said as she tightened social distancing measures to tackle the sudden surge in infections. (Photo by ISAAC LAWRENCE / AFP)
2.000 infectés potentiels «tracés» chaque semaine
La cellule de traçage de l'Inspection sanitaire luxembourgeoise tente d'identifier et mettre en retrait toute personne ayant eu un contact avec des personnes positives au covid-19. Une mission dont l'importance s'est emballée avec la reprise des infections.

Souvent Paulette Lenert a avancé le chiffre d'une capacité maximale de 80 lits en soins intensifs à réserver aux malades du covid. Au-delà, la ministre reconnaissait que la situation des centres hospitaliers serait «fragilisée». Mais qu'en serait-il si le nombre d'admis en réanimation venait, lui aussi, à grimper en flèche? Quels risques cela ferait-il reposer sur les épaules des autres services de santé dont l'activité a déjà été fortement freinée ou reportée depuis mars? Quels embargos le Grand-Duché risquerait-il de la part des autres Etats? Quels secteurs et comment reconfiner l'économie?

 Au cœur de l'été (avec des effectifs réduits donc) et avec un nombre de lits forcément limités, la situation pourrait devenir vraiment périlleuse, alerte donc le Research Luxembourg. Et de prêcher pour la mise en application de «mesures supplémentaires». Celles proposées dimanche, à commencer par la multiplication des contrôles (dans la sphère privée ou en milieu professionnel) et des amendes plus lourdes, ne sauraient certainement suffire pour éviter la poussée exponentielle de l'épidémie. Il faut donc agir plus fermement pour éviter la catastrophe annoncée.

La seule bonne nouvelle dans le rapport du Luxembourg Research est qu'il peut se tromper... En effet, les projections mathématiques se font sur des hypothèses qui n'ont pas pris en compte l'impact des départs en vacances d'une majorité de salariés courant juillet et août. Mais qui sait combien de résidents ou de frontaliers vont partir, pour où, et dans quel état ils reviendront? L'unique donnée fiable dans le domaine concernant le secteur de la construction, via le congé collectif

Par ailleurs, les chercheurs n'ont pas encore déterminé précisément la source la plus fréquente de contamination (cluster professionnel, vie quotidienne, relations familiales ou amicales, etc). Un élément capital pour évaluer plus justement la diffusion de l'infection pulmonaire? Circulation qui reste «dynamique», c'est le moins que l'on puisse dire. Mardi, le dépistage a ainsi révélé 86 nouveaux cas.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Un scénario attendu»
La nette augmentation des infections et les neuf décès déplorés depuis début octobre ne surprennent pas Paulette Lenert. La ministre de la Santé devra tout de même expliquer les causes de cette reprise du covid, mercredi, devant une commission parlementaire réunie dans l'urgence.
A Nurse gets ready  to enter a room where a patient suffering from covid 19 is hospitalized at the emergency unit of La Timone hospital in Marseille, southeastern France, on September 11, 2020. (Photo by Christophe SIMON / AFP)
Le covid actif revient en maisons de retraite
Au moins 17 seniors ont été infectés par le coronavirus ces trois derniers jours dans des homes pour retraités. Mais aucun cluster n'est à signaler, tempèrent la ministre de la Santé et son homologue de la Famille.
dadada
La bonne stratégie... jusqu'à dimanche
Le gouvernement luxembourgeois a désormais trois ennemis à combattre : le covid-19, les comportements inadéquats de certains citoyens et les réflexes de repli des Etats voisins. Qui sait si le prochain conseil de gouvernement, ce 19 juillet, ne devra pas donner des gages de fermeté pour réfréner les uns et rassurer les autres.
IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Un cas covid en pédiatrie, pas d'inquiétude au CHEM
Malgré un cas de contamination apparu au sein de son personnel soignant, le service pédiatrique de l'hôpital eschois continue de fonctionner normalement. Aucune maman, ni aucun bébé, n'a dû être placé en quarantaine.
Lokales, Installation neuer Scanner im CHEM, Corona Virus, Covid-19, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Cinq aveux de Paulette Lenert
Elle savait que le poste ne serait pas de tout repos, mais à ce point... Devenue ministre de la Santé en février, la socialiste a traversé la crise covid sans faiblir. Et c'est encore avec énergie qu'elle entend lutter contre la reprise de l'infection. Mais qu'ont révélé en elle ces cinq mois intenses?
online.fr, Paulette Lenert, lsap, Politik, Gesundheitsministerin,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Tout ne se passe pas comme prévu»
La ministre de la Santé, Paulette Lenert, reconnaît que la brusque reprise des infections ne faisait pas partie du scénario espéré. Le pire serait de voir le nombre d'hospitalisations bondir d'ici quelques jours.
online.fr, Paulette Lenert, lsap, Politik, Gesundheitsministerin,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort