Changer d'édition

Dans la combinaison des dépisteurs du covid-19
Luxembourg 2 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

Dans la combinaison des dépisteurs du covid-19

Niveau de sécurité N°3 : le laboratoire spécial dans lequel les coronavirus sont examinés est soumis aux règles de sécurité les plus strictes.

Dans la combinaison des dépisteurs du covid-19

Niveau de sécurité N°3 : le laboratoire spécial dans lequel les coronavirus sont examinés est soumis aux règles de sécurité les plus strictes.
Photo: LNS
Luxembourg 2 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

Dans la combinaison des dépisteurs du covid-19

Jacques GANSER
Jacques GANSER
Le Laboratoire national de santé de Dudelange a été officiellement validé pour effectuer les tests de coronavirus depuis la fin janvier. Près de 300 tests y ont déjà été réalisés en date du 11 mars. Le Dr Trung Nguyen Nguyen, virologue en chef, explique comment ça fonctionne.

(MF avec Jacques Ganser) – Faits à partir de prélèvements opérés dans la cavité nasale ou la gorge des personnes potentiellement en contact avec le virus, les tests pour y détecter le coronavirus sont tous menés au sein du Laboratoire national de santé (LNS) à Dudelange. Fin janvier, les premiers tests effectués au LNS devaient dans un second temps être confirmés par une deuxième preuve à Rotterdam. Mais après cinq tests positifs confirmés et dix tests négatifs confirmés, le site dudelangeois a finalement été validé comme un laboratoire de référence. 

Le Dr.Trung Nguyen Nguyen dirige le service de virologie du LNS
Le Dr.Trung Nguyen Nguyen dirige le service de virologie du LNS

Que deviennent les échantillons médicaux livrés dans votre laboratoire ? 

Dr Trung Nguyen Nguyen: «Lorsque les échantillons d'analyse scellés arrivent ici, ils sont d'abord enregistrés numériquement afin de pouvoir les attribuer aux patients. Les bâtonnets de test triplement emballés sont ensuite ouverts dans une salle de sécurité de niveau 3. Le virus est alors désactivé chimiquement afin de ne plus être infectieux. Toutes les autres étapes de l'examen n'ont donc lieu que sur le virus inactif.


10.03.2020, Großbritannien, Cardiff: Ein Laborant behandelt Proben im Specialist Virology Centre der Universitätsklinik von Wales, um einen diagnostischen Test auf das neuartige Coronavirus durchzuführen. Foto: Ben Birchall/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le coronavirus se propage
Signalé pour la première fois par l'OMS le 31 décembre 2019, le virus 2019-nCoV s'est propagé à l'ensemble du globe en quelques semaines. La Chine, centre de l'épidémie, est particulièrement touchée.

Comment exactement identifiez-vous le virus ? 

«Le virus inactivé, il est décortiqué et son matériel génétique, dans ce cas l'ARN (l'acide ribonucléique) est isolé. Comme le virus a été génétiquement lu par les scientifiques quelques semaines seulement après son apparition, il peut être identifié par cette empreinte digitale spéciale. Il existe plusieurs centaines de coronavirus détectables. Mais seul celui que nous recherchons possède cette empreinte génétique caractéristique qui le distingue de tous les autres.

RT-PCR c'est le mot magique: le génie génétique est utilisé pour identifier le virus. La courbe montre un résultat positif.
RT-PCR c'est le mot magique: le génie génétique est utilisé pour identifier le virus. La courbe montre un résultat positif.

Via un processus spécial appelé PCR (réaction en chaîne de la polymérase), des parties de cette empreinte digitale sont multipliées jusqu'à ce qu'il se forme suffisamment de substance pour la détecter. Par le passé, cette procédure développée en 1983, était réalisée en plusieurs très longues étapes. Aujourd'hui, des équipements de pointe, comme ceux dont nous disposons au LNS, permettent de gérer cela en temps réel. La courbe ascendante sur l'écran de l'appareil de mesure me montre alors la présence du virus. 

Combien de tests êtes-vous en mesure de mener par jour ? 

«Nous voulons atteindre une capacité maximale de 250 tests par jour, ce qui est suffisant en cas d'augmentation de l'épidémie. Nous aurons la meilleure capacité de dépistage pour 100.000 habitants. Mais si la moitié du pays tombe malade, notre capacité sera dépassée. 

Les échantillons arrivent au laboratoire national de santé dans une boîte en plastique et se trouvent dans un triple emballage.
Les échantillons arrivent au laboratoire national de santé dans une boîte en plastique et se trouvent dans un triple emballage.

Que pensez-vous des tests dit rapides qui sont proposés maintenant ? 

«Ces tests fonctionnent avec la détection d'anticorps mais cette méthode n'a pas encore été validée. Elle a été proposée à l'OMS et elle est actuellement à l'étude. Mais le corps ne produit des anticorps que dix jours après l'infection, lorsque la personne est déjà malade et a infecté d'autres personnes. 


La pandémie de coronavirus expliquées en graphiques
Apparu en décembre 2019 en Chine, le covid-19 s'est depuis propagé dans plus de 110 pays à travers le monde. Au Grand-Duché, sept cas ont officiellement été détectés et plusieurs dizaines de personnes ont été placées en quarantaine. Retour en chiffres sur un phénomène mondial.

Notre méthode permet de détecter les virus deux ou trois jours après l'infection. Nous pouvons déjà détecter 100 copies de virus par millilitre de liquide, et une personne gravement malade compte plusieurs millions de virus par millilitre. Le test est donc très sensible». 


Sur le même sujet

La pandémie de coronavirus expliquées en graphiques
Apparu en décembre 2019 en Chine, le covid-19 s'est depuis propagé dans plus de 110 pays à travers le monde. Au Grand-Duché, sept cas ont officiellement été détectés et plusieurs dizaines de personnes ont été placées en quarantaine. Retour en chiffres sur un phénomène mondial.
De nouvelles mesures face au coronavirus
Ouverture de trois maisons médicales en journée, extension du congé pour raison familiale et interdiction des événements avec plus de 1.000 personnes. Tout en demandant de ne pas paniquer, le Premier ministre et son équipe ont présenté trois décisions prises pour endiguer l'épidémie de Covid-19.
IPO.PK Stellungnahme Regierung Coronavirus.Lex Delles,Xavier Bettel,Paulette Lenert,Franz Fayot. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Une nouvelle aide pour les PME touchées
Outre une plus large «générosité» à l'égard des sociétés impactées par le coronavirus pour l'octroi du chômage partiel, le gouvernement a annoncé mercredi, par la voix de Franz Fayot, qu'il allait adopter «rapidement une nouvelle loi sur les aides minimis». Le ministre de l'Economie s'explique.
IPO.PK Stellungnahme Regierung Coronavirus.Lex Delles,Xavier Bettel,Paulette Lenert,Franz Fayot. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le virus nous fait «vivre dans une zone de suspense»
Inquiétude née de l'absence de certitudes, peur d'un «monstre» invisible et signes de ségrégation à l'égard de salariés qui reviennent de zones infectées. Le psychanalyste, Thierry Simonelli, nous parle des répercussions du coronavirus sur la société.
Lokales, Coronavirus in Luxembourg, Clinique Bohler,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le coronavirus pisté à Dudelange
Le Laboratoire national de santé est la seule structure du pays capable de réaliser les analyses liées au covid-19. A ce jour, aucun des tests effectués ne s'est avéré positif en relation avec l'épidémie qui a fait près de 1.770 morts dans le monde.
Lokales, ADN-Labo am LNS, Laboratoire national de santé, ADN,DNA, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort