Changer d'édition

D'anciennes employées témoignent de mauvais traitements
Luxembourg 4 min. 07.12.2022
La directrice de la crèche «Léiwen Léiw» au tribunal

D'anciennes employées témoignent de mauvais traitements

L'inscription «Léiwen Léiw» avait disparu quelques mois après la fermeture de la crèche. Jusqu'en octobre 2017, la structure accueillait une vingtaine d'enfants de moins de quatre ans.
La directrice de la crèche «Léiwen Léiw» au tribunal

D'anciennes employées témoignent de mauvais traitements

L'inscription «Léiwen Léiw» avait disparu quelques mois après la fermeture de la crèche. Jusqu'en octobre 2017, la structure accueillait une vingtaine d'enfants de moins de quatre ans.
Photo d'archive: Volker Bingenheimer
Luxembourg 4 min. 07.12.2022
La directrice de la crèche «Léiwen Léiw» au tribunal

D'anciennes employées témoignent de mauvais traitements

Maximilian RICHARD
Maximilian RICHARD
Maria N. aurait dirigé sa crèche d'une main de fer. Tant le personnel que les enfants auraient été victimes de mauvais traitements.

Les rouages de la justice sont lents. Mais parfois, les choses vont plus vite que prévu. C'est du moins le cas dans le procès d'une directrice de crèche accusée de coups et blessures. Au lieu des 21 jours de séance prévus, le procès pourrait se terminer en moins de dix jours. A la fin de cette semaine, au plus tard au début de la semaine prochaine, les juges se retireront probablement pour délibérer.


Der Prozess wird am 17. Februar fortgesetzt.
La gérante d'une crèche accusée de coups et blessures
Les accusations portées à l'encontre de l'exploitante d'une crèche sont graves. Des enfants et des adultes font partie des victimes présumées.

Une grande partie des 29 témoins convoqués ont déjà comparu. Lors de la séance de mardi, trois anciennes employées de la crèche «Léiwen Léiw» à Bous, entre autres, sont venues à la barre.

Elles ont travaillé à différents moments dans la crèche - deux d'entre elles jusqu'à sa fermeture par le ministère de l'Éducation nationale en octobre 2017, l'une d'entre elles un an auparavant. Elles ont toutes fait état de mauvais traitements.

Alimentation forcée et couches usagées

C'est ainsi que l'accusée, âgée de 53 ans, aurait forcé des enfants à manger. Maria N. aurait maintenu de force la tête des enfants vers l'arrière, puis aurait introduit la nourriture dans leur bouche à l'aide d'une cuillère. Les enfants auraient en partie vomi. Mais cela n'aurait pas empêché l'accusée de continuer.

Deux des collaboratrices ont en outre décrit une utilisation peu hygiénique des couches. Maria N. leur aurait donné l'ordre de réutiliser les couches usagées. Les couches des enfants plus âgés, qui étaient en phase de transition vers la sèche, ont été retirées à leur arrivée. Si elles n'étaient pas trop imprégnées d'urine, les couches auraient été réutilisées. D'autres enfants auraient également été changés avec.


Seit Anfang des Jahres laufen die Bauarbeiten im Petinger Ortszentrum.
116 millions d'euros pour les structures d'accueil à Pétange
De nombreuses structures d'accueil pour enfants et adolescents vont voir le jour au centre de Pétange. Le premier coup de pioche symbolique a été donné lundi.

L'une des femmes, qui avait été engagée comme chargée de direction peu avant la fermeture de la crèche, a rapporté que Maria N. avait ordonné des mesures d'économie douteuses dans presque tous les domaines. Par exemple, la nourriture non utilisée aurait été congelée et mélangée plus tard avec des repas frais.

La crèche était en outre suroccupée. Il n'y avait qu'une seule éducatrice pour 23 enfants. Or, le ministère de l'Education nationale prescrit une clé de répartition d’un à huit pour les enfants plus âgés et d’un à six pour les plus jeunes. Maria N. n'aurait cependant pas été sensible aux critiques.

Une collaboratrice craint encore aujourd'hui l'accusée

Pendant ce temps, une autre collaboratrice, la nièce de l'accusée, a décrit comment elle avait elle-même été victime de mauvais traitements. Les conséquences présumées étaient encore perceptibles dans la salle d'audience. En larmes, la femme a voulu interrompre ses déclarations au bout de quelques minutes seulement: «Je ne peux pas le faire, pas quand elle est là». Ce n'est qu'avec beaucoup de tact que le juge qui préside l'audience a finalement pu la convaincre de continuer.

La jeune femme, aujourd'hui âgée de 32 ans, a raconté que sa tante l'avait aidée à régler des dettes. En contrepartie, elle aurait travaillé à la crèche. Elle avait été engagée comme femme de ménage, mais devait aussi s'occuper des enfants plus jeunes. Son salaire était toujours versé sur le compte de sa grand-mère. La jeune femme ne sait pas combien elle a gagné en fin de compte. Sa tante lui criait dessus à la moindre erreur et la frappait parfois.

Des témoignages de parents contrastés

Alors que la semaine dernière, des parents ont fait état de changements de comportement remarquables chez leurs enfants, ceux qui ont témoigné mardi ont apparemment fait des expériences différentes. Les témoins appelés par la défense se sont montrés satisfaits de la prise en charge à la crèche. Leurs enfants y allaient en principe volontiers.


Quand la parentalité constitue un motif de discrimination
S'il est de plus en plus prisé des jeunes parents, le congé parental peut - encore aujourd'hui - venir bouleverser la carrière du salarié qui en bénéficie, en particulier des mamans.

Une mère s'est montrée plus que surprise lorsque le juge l'a confrontée à des reproches contre l'accusée. Son fils aurait en effet particulièrement souffert des agissements de la directrice. Selon l'enquête, la femme n'aurait pas seulement forcé régulièrement l'enfant, alors âgé de deux ans, à manger, elle l'aurait également assis de force sur les toilettes, écrasant ainsi ses parties génitales. Il en aurait résulté des ecchymoses. La mère ne s'est pas souvenue de telles blessures. Elle les aurait certainement remarquées. «Si cela avait été le cas, je serais allée immédiatement chez le médecin», a-t-elle déclaré.

Maria N. doit répondre de ses actes devant le tribunal depuis mardi dernier. Elle est accusée de plusieurs cas de lésions corporelles. Au moins trois employés et une quinzaine d'enfants en auraient été victimes. En raison de la gravité des faits reprochés, l'ancienne propriétaire de la crèche «Léiwen Léiw» à Bous risque, en cas de condamnation, jusqu'à dix ans de prison.

 Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet