Changer d'édition

Le gel des loyers va-t-il passer l'été?
Luxembourg 2 min. 09.06.2021
Crise du logement

Le gel des loyers va-t-il passer l'été?

En fin d'année, Henri Kox signalait que le gel des loyers s'inscrivait comme une action du gouvernement "pour atténuer l'impact économique de la pandémie sur la situation des personnes aux revenus modestes". Qu'en sera-t-il cette fois?
Crise du logement

Le gel des loyers va-t-il passer l'été?

En fin d'année, Henri Kox signalait que le gel des loyers s'inscrivait comme une action du gouvernement "pour atténuer l'impact économique de la pandémie sur la situation des personnes aux revenus modestes". Qu'en sera-t-il cette fois?
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 09.06.2021
Crise du logement

Le gel des loyers va-t-il passer l'été?

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Déjà prolongée de six mois, la mesure ne doit pas durer au-delà du 30 juin selon les textes actuellement en vigueur. L'OGBL réclame pourtant une prolongation jusqu'au 31 décembre afin de protéger d'une hausse subite les ménages les moins aisés.

Durera, durera pas? Actuellement, chacun guette les décisions du gouvernement luxembourgeois pour savoir si telle aide ou telle mesure est susceptible d'être prorogée. Les chefs d'entreprise ont ainsi pu souffler en apprenant que leur régime d'aides était maintenu jusqu'au 31 décembre. Mais quid des locataires qui espèrent bien que le gel de leur loyer va encore être d'actualité pour les mois à venir, cela alors que la mesure doit prendre fin pour le 30 juin?


état des lieux
shutterstock
Un outil pour établir le juste montant des loyers
Au Luxembourg, un locataire ne doit pas régler plus à son bailleur qu'un certain niveau fixé par la loi. Pour éviter tout doute (ou exagération), le ministère du Logement vient de mettre en ligne une... calculatrice.

Le dispositif avait été imposé aux propriétaires dès mai 2020. Ce geste qui ne devait durer que jusqu'en décembre, avait fait l'objet d'une première prolongation de six autres mois juste avant le passage en 2021. Mais aujourd'hui, l'OGBL estime qu'il y a tout lieu de reconduire ce geste. En effet, estime le syndicat,«il n’est pas à exclure que l’arrêt de cette mesure amènera des propriétaires à augmenter les loyers de leurs locataires». Et par conséquent entraîner un surplus de dépenses sur des ménages dont les revenus ont pu être affaiblis après 15 mois de crise sanitaire comme sociale.

Si «dégel», il devait y avoir à compter du 1er juillet, l'OGBL craint que cela ne vienne pénaliser les «couches sociales les moins aisées qui ont déjà le plus souffert». Des catégories qui, par exemple, ont pu être affectées par une baisse de revenus due à des périodes de chômage partiel. Des catégories pour lesquelles, rappelle aussi le syndicat, la charge locative pèse lourdement sur le revenu disponible

D'où, ce mercredi, une interpellation lancée au ministre du Logement et à ses collègues du gouvernement pour qu'ils décident «au plus vite» d'une prolongation du blocage des loyers sur l'ensemble des contrats à bail à usage d'habitation. L'OGBL demande un gel pour six mois de plus, soit jusqu'au 31 décembre. Contacté, le ministère du Logement ne s'est pour l'heure pas exprimé sur le sujet.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bloqués depuis un an (en compensation des impacts de la crise covid), les loyers vont pouvoir augmenter à compter du 1er juillet au Luxembourg. Un choix que le ministre du Logement justifie, y compris avec des «arguments sociaux».
Pour atteindre cet objectif, l'Etat s'est doté d'un Fonds spécial de développement. En un an, cette cagnotte a déjà permis de financer 300 projets pour voir se réaliser 3.125 appartements ou maisons accessibles au plus grand nombre. Mais le ministre du Logement a conscience que le rythme doit s'accélérer.
Certains bénéficiaires et demandeurs d'aides au logement n'ayant pas encore fait leur déclaration d'impôt se trouvent dans l'incapacité de finaliser leur demande auprès du service des aides au logement. Explications.
Logement - Photo : Pierre Matgé
L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.
Construction or repair of the rural house
Le ministre du Logement entend repréciser les modalités de fixation des coûts de location des logements qui datent de... 1955. Une belle occasion pour repréciser aux bailleurs les règles encadrant l'augmentation possible des loyers.