Changer d'édition

Le centre de vaccination d'Esch ferme à son tour
Luxembourg 2 min. 10.09.2021
Covid-19 au Luxembourg

Le centre de vaccination d'Esch ferme à son tour

Chaque mois, le centre de vaccination aura administré plus de 21.000 doses anti-covid en moyenne.
Covid-19 au Luxembourg

Le centre de vaccination d'Esch ferme à son tour

Chaque mois, le centre de vaccination aura administré plus de 21.000 doses anti-covid en moyenne.
Luxembourg 2 min. 10.09.2021
Covid-19 au Luxembourg

Le centre de vaccination d'Esch ferme à son tour

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Des six centres mis en service, seul le Hall Victor-Hugo restera activé à compter de la semaine prochaine. Le site d'Esch-Belval tire sa révérence samedi.

Plus de doutes à avoir : la campagne de vaccination anti-covid, débutée fin décembre 2020, touche à sa fin. Ainsi, à partir de ce samedi 11 septembre, le deuxième site d'injections (qui avait été ouvert mi-février) cessera son activité. Enfin, disons que Belval se met en veille, à l'image des autres centres depuis début août. Mission remplie avec plus de 153.000 doses administrées.


Trois fake news sur les vaccins à la loupe
Modification de l'ADN, mortalité des enfants, infertilité... la Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la pharmacie et des médicaments, décrypte en vidéo trois idées reçues sur la vaccination contre le covid.

Ainsi, alors que sept adultes sur dix disposent désormais d'un schéma vaccinal complet, seul le centre de vaccination du Limpertsberg (Hall Victor-Hugo) restera activé. Avec notamment pour rôle d'accueillir tous les volontaires à la vaccination sans rendez-vous préalable, ni invitation gouvernementale. Une étape donc dans la lutte contre le coronavirus alors que le Luxembourg a déjà pu proposer à ses résidents comme aux frontaliers quelque 770.000 doses à ce jour.

Reste que pour les autorités sanitaires, la vaccination doit continuer son oeuvre. D'autant que la circulation du virus doit se poursuivre encore quelques mois... Seulement, les effets positifs du vaccin sur la gravité des infections développées sont désormais bien visibles au pays, et le gouvernement entend maintenant agir au plus près des ultimes personnes encore non vaccinées. Cela passe notamment par des doses administrables soit chez les généralistes et pédiatres, soit auprès du ''Vacci-bus''. 

Un impf-bus qui ne cesse de tourner sur les rassemblements festifs dans le pays. Ainsi, ce weekend, l'équipage et ses flacons de sérum seront à disposition du public samedi 11 [au Ettelbrooklyn Street fest à Ettelbrück (14h-18h) et à la Fête du raisin de Grevenmacher (16h-20h)] et dimanche 12 [au LOng Live Summer à LuxExpo-Kirchberg (11h-17h)].

Par ailleurs, des réflexions sont engagées pour faire entrer la vaccination anti-covid en entreprises ou dans le cadre scolaire (55% des adolescents seraient vaccinés ''seulement"). A chaque fois, il faudra bien évidemment le consentement des parents (pour les mineurs à partir de 12 ans) ou des salariés pour que l'injection soit proposée. Et cela bien évidemment gratuitement. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face à la progression de la vaccination au Luxembourg, les experts de la direction de la Santé estiment qu'un changement de stratégie sanitaire est nécessaire face à la pandémie. Cette dernière pourrait perdre de sa superbe dans les prochains mois, en cas d'absence de nouveau(x) variant(s).
L'Agence européenne du médicament a répertorié mercredi le syndrome de Guillain-Barré parmi les effets indésirables du vaccin produit par le laboratoire anglo-suédois. Mais seuls 833 cas étaient répertoriés dans le monde en juillet dernier.
Quitte à facturer maintenant le dépistage PCR payant, le gouvernement veut voir encore progresser le nombre de citoyens vaccinés contre le coronavirus. Histoire de gagner la course contre-la-montre face au virus.
Politik, briefing Lenert/Bettel, Xavier Bettel, Paulette Lenert Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pour le Dr Oliver Kohns, chercheur à l'Uni, le choix du vaccin va au-delà d'une protection personnelle contre le virus, ce qui explique les divergences. Pour autant, il estime que ces tensions ne s'apparentent pas non plus à des fractures.
L'injection, le 19 août dernier, d'une deuxième dose anti-covid au Premier ministre a soulevé divers questionnements. En effet, aux sujets déjà frappés par le covid, il est souvent dit de ne pratiquer qu'une seule vaccination. Explications
Quatre mois après sa première injection, le Premier ministre présente un schéma vaccinal complet.