Changer d'édition

Coupe du monde: quelles équipes supportent vos journalistes?
Luxembourg 16 5 min. 16.06.2018

Coupe du monde: quelles équipes supportent vos journalistes?

Le Wort va vivre au rythme du ballon rond du 14 juin au 15 juillet

Coupe du monde: quelles équipes supportent vos journalistes?

Le Wort va vivre au rythme du ballon rond du 14 juin au 15 juillet
Montage: Tania Schmartz / Photo: Noémie Koppe
Luxembourg 16 5 min. 16.06.2018

Coupe du monde: quelles équipes supportent vos journalistes?

La Coupe du monde vient de commencer et les rédactions du «Wort» suivent de près l'événement en Russie. Mais quelles sont leurs équipes favorites?

(NK) – Une édition en allemand, en français, en anglais et en portugais, il y a de quoi rythmer la rédaction du Luxemburger Wort avec les nombreux matchs de foot prévus cet été. Bien évidemment, chacun à son équipe favorite. Petit tour de la rédaction.

La Belgique très représentée

Les supporters des Diables Rouges sont prêts à vivre la Coupe du monde depuis le Luxembourg. Une évidence pour Jean-François de la rédaction  sportive: «C'est la terre qui m'a vu naître» explique-t-il. De même pour Christophe, d'origine belge, pour qui «la Belgique a les mêmes chances que la France. C'est la génération dorée cette année».

Et même si certains supportent leur équipe par conviction, d'autres le font par choix. «Je supporte la Belgique parce que ma copine est belge» précise Michel. Un choix également familial pour Mariella, «Je soutiens la Belgique parce qu'une partie de ma famille est belge. Mais je soutiendrai également la Suisse, puisqu'une autre partie de ma famille y habite. Puis la France parce que ce sont mes origines avant tout». 

L'équipe de France également favorite

Et même si la Belgique est en supériorité numérique à la rédaction, la France, elle aussi, compte de nombreux supporters. Notamment au pool francophone (qui alimente tous les jours votre site préféré!) où la Coupe du monde 1998 a marqué les esprits. «Je soutiens la France depuis que je suis tout petit. C'est mon équipe préférée. En plus j'ai vécu 1998 en direct. C'est l' équipe qui me tient à cœur. Je pense qu'ils seront dans le carré final cette année», estime Maurice.

Pour Sophie, l'espoir est plus grand «On croit au fait qu'on soit vingt ans après 1998 et j'aimerais bien que la victoire se reproduise». Si les souvenirs victorieux restent intacts dans les mémoires, c'est aussi le physique des joueurs de cette équipe 2018 qui marque les esprits «Giroud, Griezmann... Ils sont beaux gosses». 

Pour Christelle, c'est totalement différent. Bien qu'elle soit de nationalité française, elle soutient la France par choix familial. «Je n'ai pas le choix. Ma fille de 10 ans est fan de Griezmann et mon fils de 5 ans a un album Panini rempli. Ils ont même déjà leur kit de maquillage et leurs casquettes.» explique-t-elle. Pour le moment pas de stress, les Bleus n'entrent en jeu que ce samedi midi (contre l'Australie). Mais l'évènement est déjà prévu dans son calendrier depuis longtemps: «Samedi midi, on sera chez mon frère pour suivre le match en famille». 

Le Portugal et l'Allemagne, les grands espoirs

Après une victoire en 2014, les supporters allemands espèrent la même chose cette année. Une certitude pour Yann «cette année l'Allemagne va gagner parce qu'elle est championne du monde». Alors que pour Yves, également supporter de la Mannschaft, c'est tout le contraire «Je vais suivre leurs matchs mais je ne crois pas qu'ils vont gagner».

Un espoir divisé dans la rédaction. Ce qui n'est pas le cas à Radio Latina et Contacto où les supporters du Portugal sont confiants. «Ils vont passer tous les matchs. On va tous les éliminer jusqu'à la finale», s'enthousiasme Àlvaro. Et pour garder cet enthousiasme jusqu'à la fin, rien de mieux qu'une fête entre amis devant les matchs. Une autre manière de suivre son équipe, qui convient bien à Paula. 

Les petites équipes ne sont pas oubliées

Bien évidemment, les petites équipes ont, elles aussi, droit à leurs supporters. Avec une rédaction multiculturelle, tout le monde trouve son compte. Rafael, d'origine polonaise, fait honneur à son pays «je soutiens la Pologne parce que c'est mon pays d'origine. Mais il ne faut pas oublier que c'est la première fois depuis des années qu'ils participent à la Coupe du monde». Pour lui, la Pologne a un bon potentiel mais pas encore assez développé pour pouvoir remporter la coupe.

Côté anglais, les espoirs ne sont pas bien grands. «L'Angleterre participe mais on n'a pas beaucoup d'espoir, on sait quand elle va perdre», explique Hannah du Luxembourg Times. La Suisse a également sa fidèle supportrice. Fan de Granit Xhaka, Virginie du pôle francophone mise beaucoup sur ce joueur «Lui qui a juste 25 ans... Ca peut donner un coup de jeune au foot». 

La rédaction du Wort compte de nombreux supporters pour les équipes en lice mais aussi pour l'Italie. Grande absente de cette Coupe du monde, les supporters sont bien tristes. «Evidemment que je soutiens l'Italie. Mais je suis très déçu cette année parce qu'elle ne joue pas» raconte Kevin du pôle marketing digital. De même pour Sabina qui ne suit pas cet événement suite à l'absence de son équipe. 

La rédaction comporte donc de nombreux supporters de plusieurs pays, mais il y en a quand même pour qui le foot ne représente aucun intérêt. Comme Jean du pôle francophone «je ne m'intéresse pas du tout au foot» et Jana du marketing digital «je ne suis pas intéressée par cet événement, je ne suis pas les matchs de foot, ni aucun sport d'ailleurs». Quand bien même certains ne sont pas intéressés, la Coupe du monde reste tout de même l'événement le plus suivi dans le monde. À la rédaction, les pronostics sont déjà établis et les paris sont lancés... Avec l'espoir, pour de nombreuses personnes, de gagner le trophée.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Coupe du monde: les pronostics de vos journalistes
A mi-parcours de la Coupe du monde, les différentes rédactions du Luxemburger Wort sont plus motivées que jamais pour supporter leurs équipes. France, Angleterre, Belgique... découvrez les pronostics dans un petit tour des rédactions.