Changer d'édition

«Coronastep reste la meilleure prédiction sanitaire»
Luxembourg 4 min. 06.12.2021
Recherche

«Coronastep reste la meilleure prédiction sanitaire»

Deux fois par semaine dans les 13 stations d'épuration du pays, les équipes procèdent à des prélèvements et à l'analyse de ces "eaux sales".
Recherche

«Coronastep reste la meilleure prédiction sanitaire»

Deux fois par semaine dans les 13 stations d'épuration du pays, les équipes procèdent à des prélèvements et à l'analyse de ces "eaux sales".
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 06.12.2021
Recherche

«Coronastep reste la meilleure prédiction sanitaire»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Oui, les concentrations virales détectées dans les eaux usagées des Luxembourgeois permettent d'évaluer le véritable degré de contamination covid de la population. En 17 mois de mesures, le LIST en a bien la preuve.

Idée improbable : repérer l'objet d'une infection respiratoire (le covid en l’occurrence) dans les rejets intestinaux des habitants du Luxembourg arrivant en station d'épuration. Pourtant, les biologistes du Luxembourg institute of Science & Technologie avaient vu juste au printemps dernier. A mesurer l'importance des micro-signaux ou morceaux de coronavirus dans les milliers de m3 d'eaux usées des ménages du pays, le projet Coronastep pouvait bel et bien anticiper le degré de ''gravité'' (ou de ''répit'') de l'épidémie. Retour sur expérience avec le directeur de cette opération.

Qu'est-ce qui a évolué depuis les premières prises et analyses d'échantillons?

Henry-Michel Cauchie : «D'une hypothèse, nous sommes arrivés à une certitude. Oui, en traquant le covid dans les eaux résiduelles des ménages, il est possible d'avoir une image avancée du niveau réel d'infection dans le pays. Un niveau qui ne sera constaté par les analyses médicales que quelques jours plus tard. 

Depuis une quinzaine d'années, les équipes du LIST avaient déjà mené des suivis de la sorte, par exemple, pour repérer le norovirus (responsable de la gastro-entérite). Mais jamais nous n'avions eu l'occasion d'avoir la possibilité de pouvoir comparer nos résultats avec ceux constatés en population générale. 


Le Conseil d'Etat met les pharmacies sur la touche
Alors qu'ils devaient être les nouveaux acteurs de la campagne vaccinale, les pharmaciens luxembourgeois n'entreront pas en jeu de sitôt. La base légale présentée par le ministère de la Santé est trop légère.

Je m'explique : quand vous avez une grippe intestinale, vous n'allez pas forcément le dire à votre médecin, le signaler à l'hôpital. Donc difficile de savoir combien il y a de malades réellement. Là, pour l'épidémie covid, nous pouvions directement mettre en perspective nos relevés avec les milliers de résultats de tests menés via le Large scale testing, les chiffres des laboratoires ou des hôpitaux. Cela a permis de conforter ce que nous pressentions au départ.»

Etes-vous aussi en mesure d'estimer la présence ou l'importance de tel ou tel variant?

«Coronastep proprement dit n'a pas cette vocation. Mais, grâce à un soutien du fonds national de recherche, nous avons effectivement pu développer le projet Coronavar qui a débuté il y a peu de temps. Donc effectivement désormais nous avons bien la capacité de pister les différents variants, y compris l'Omicron si c'est cela qui vous préoccupe. Comme il possède beaucoup de mutations par rapport aux variants antérieurs, il sera intéressant de voir comment il progressera. 

Et si vous détectiez ce variant Omicron?

«Il va de soi que si nous le repérions (lui ou une autre souche d'ailleurs), nous chercherions d'abord à confirmer l'analyse et, en cas de résultat positif, alerterions immédiatement la direction de la Santé. Clairement, l'objet de toute cette recherche n'est pas fait que pour accumuler du savoir en laboratoire mais bien d'apporter notre pierre dans la connaissance et donc le combat contre ce virus. Mais pour l'instant, rien à signaler.

Souvent les résultats Coronastep ont été cités comme un des indicateurs majeurs pris en compte par le gouvernement dans ses choix sanitaires (au même titre que le niveau d'occupation des services hospitaliers, le degré d'incidence de la contamination, le nombre de cas positifs). Lundi dernier, le Premier ministre a été un peu plus circonspect...

"Oui, j'ai écouté Xavier Bettel et cela m'a surpris. A l'entendre, les analyses étaient forcément plus biaisées maintenant. Grosso modo, il disait : puisqu'une grande partie de la population a eu le virus (par infection naturelle ou vaccination),  la relation entre la présence du virus dans les eaux usées et le nombre de personnes infectées a changé. Désolé mais les données scientifiques ne confirment pas cette hypothèse d'un biais dû à la vaccination de la population.


03.12.2021, Bremen: Ein Helfer zieht in der Apotheke des neuen Impfzentrums eine Spritze mit dem Impfstoff von Moderna auf. In der früheren Kassenhalle in der Hauptstelle der Sparkasse Bremen sind zahlreiche Kabinen für die Impfungen gegen das Coronavirus aufgebaut. In dem neu eröffneten Impfzentrum sind bis zu 5.000 Corona-Impfungen täglich geplant. Foto: Jörg Sarbach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le centre de vaccination du Findel rouvre ses portes
.

Il n'y a pas de relation faussée dans nos données parce que les gens ont reçu un vaccin. Il faut comprendre que ce n'est pas directement le virus infectieux SARS-CoV2 qui est injecté quand vous vous faites vacciner, mais c'est bien lui que nous allons traquer. L'ARN messager des vaccins Pfizer ou Moderna n’influe donc nullement sur nos résultats. Alors, je le réaffirme : Coronastep reste la meilleure prédiction sanitaire qui soit en ce moment.

Voilà près de cent semaines que le dispositif Coronastep est actif. Cela doit vous en faire une collection de flacons d'eaux sales?

«Nous avons eu l'intuition de commencer tôt, dès avril 2020. Résultat, aujourd'hui le LIST dispose d'une base de données unique en Europe. Du début de l'épidémie en Europe à nos jours. Certes, cela fait beaucoup d'échantillons à stocker mais ils ont une grande valeur scientifique. Déjà, nous travaillons dessus avec d'autres angles de recherches, d'autres techniques. Ainsi, nous avons pu noter que le variant anglais était présent au Luxembourg avant même que le premier cas positif Alpha soit signalé. Il va être intéressant maintenant de fouiller un peu toute cette matière vivante pour voir comment d'autres virus ont pu se développer ou au contraire disparaître.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A Steinfort, la nouvelle station d'épuration qui vient d'entrer en fonction traitera les eaux sales des ménages de Hagen, Kahler, Kleinbettingen et Steinfort mais aussi des communes belges de Sélange, Barnich, Autelbas ou Sterpenich.
Die Grenze verläuft über den Weg, links neben der Anlage. Die grüne Farbe des vorderen Beckens ist durch Algen, der Schaum im Zweiten durch Sauerstoffzufuhr zu erklären.
Selon le dernier rapport du Laboratoire national de santé, la souche britannique du covid concerne la plupart des cas covid du pays. Mais le variant sud-africain tend à progresser plus vite.
23.02.2021, Baden-Württemberg, Heidelberg: Ein Mitarbeiter hält in einem Labor im Zentrum für Molekulare Biologie der Universität Heidelberg eine PCR-Platte mit einer RT-LAMP-Reaktion in den Händen. Die Universität Heidelberg bietet Gurgeltests für für Studentinnen und Studenten an. Foto: Uwe Anspach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.