Changer d'édition

Contern dispose désormais d'un centre d’hébergement vide

  • Un défi retardé
  • Récupérer les espaces attribués
  • Des volontaires pour la traduction
  • Incertitude quant à l'avenir
  • Un défi retardé 1/4
  • Récupérer les espaces attribués 2/4
  • Des volontaires pour la traduction 3/4
  • Incertitude quant à l'avenir 4/4

Contern dispose désormais d'un centre d’hébergement vide

Contern dispose désormais d'un centre d’hébergement vide
Accueil des réfugiés

Contern dispose désormais d'un centre d’hébergement vide


par Tiago RODRIGUES/ 06.04.2022

Le gouvernement a annoncé lundi que l'espace de Contern pour accueillir les réfugiés ukrainiens n'ouvrira finalement pas dans les prochains mois en raison de problèmes de sécurité.Photo: Chris Karaba

La commune de Contern se préparait à accueillir 1.000 réfugiés ukrainiens dans un entrepôt de la zone industrielle. Mais après un mois de préparation, le gouvernement a décidé de reporter l'ouverture en raison de prétendus problèmes de sécurité.

1

Un défi retardé
Copier le lien

Photo: Chris Karaba

Depuis un mois, la commune de Contern se préparait à accueillir 1.000 réfugiés ukrainiens dans un nouveau centre d'accueil construit à l'intérieur d'un ancien entrepôt dans une zone industrielle. C'était un énorme défi pour un village de seulement 1.700 habitants. Un défi qui est pour l'instant reporté, puisque le gouvernement a annoncé lundi que l'espace n'ouvrira finalement pas dans les prochains mois en raison de problèmes de sécurité.


Pol, Presskonferentz, Ukraine-Flüchtinge, mit Jean Asselborn, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Pour Asselborn, la situation des réfugiés est «gérable»
Le ministre de l'Immigration note que la vague de réfugiés s'est calmée. La semaine dernière, 350 demandes de protection temporaire ont été déposées.

La bourgmestre Marion Zovilé-Braquet, qui a appris la décision par les informations, se dit «très bouleversée».«Je n'ai reçu aucun contact du gouvernement. Ils parlent de problèmes de sécurité, mais j'ai fait très attention à aménager les sorties de secours dans cet espace. Maintenant, ils disent qu'il ne devrait pas ouvrir avant la fin de l'année, mais je ne sais pas si je peux le croire». 

La structure sera remplacée par une tente au Kirchberg qui devrait être prête à la fin de cette semaine, mais avec seulement 500 lits, soit la moitié de ceux déjà installés à Contern.

Des travaux supplémentaires

En réponse à Contacto, une source du ministère des Affaires étrangères a révélé que l'ouverture du centre de Contern «prendra plus de temps que prévu, car des travaux supplémentaires sont nécessaires pour garantir que toutes les mesures de sécurité puissent être respectées et que les personnes puissent être accueillies avec dignité». 

Quant à savoir ce qu'il adviendra des réfugiés qui étaient censés être transférés dans cet espace, étant donné que la nouvelle structure du Kirchberg n'a que la moitié de sa capacité, le gouvernement n'a pas donné de réponse.

Photo: Chris Karaba

Ce n'est pas la première fois que l'élue est surprise par une décision du gouvernement et le manque de coopération avec la municipalité. Il y a environ un mois, elle a été contactée par l'Office national d'accueil (ONA), qui l'a informée qu'il allait ouvrir un nouveau centre d'accueil dans sa commune, dans un grand entrepôt que le gouvernement a loué à une société privée dans la zone industrielle de Weiergewan. «C'était une grande surprise. J'ai reçu un appel et on m'a dit qu'ils allaient tout préparer et que la commune n'avait rien à faire», se souvient-elle.

Toutefois, souligne la bourgmestre, la commune «ne pouvait pas être laissée de côté», car elle devait trouver un moyen d'intégrer un autre millier de personnes, un nombre qui représente plus de la moitié de la population du village et un quart de la population totale de Contern, qui compte environ quatre mille habitants. 

Par ailleurs, environ 140 réfugiés ont déjà été hébergés au Centre culturel de Moutfort, qui dispose de 200 lits, et il y en a «beaucoup d'autres chez des familles d'accueil», rappelle Marion Zovilé-Braquet, reconnaissant qu'il est « très difficile» de savoir exactement combien des plus de 4.000 Ukrainiens arrivés au Luxembourg vivent dans la commune.

Lorsque j'ai vu le centre, j'ai été un peu choquée. Il n'y avait rien. C'était un pavillon vide, sans chauffage, sans salle de bains, sans porte ni fenêtre.

Marion Zovilé-Braquet, bourgmestre de Contern

L'objectif de la création du nouveau centre d'hébergement était de permettre l'accueil de ces personnes, en libérant l'espace mis à disposition par la commune, et d'augmenter la capacité d'accueil du Grand-Duché. Plus de 1.800 réfugiés ont été hébergés dans les 17 structures ONA réparties dans tout le pays. D'autres milliers d'Ukrainiens sont dans des maisons privées. Jusqu'à présent, le Luxembourg a reçu plus de quatre mille demandes de protection temporaire et en a déjà accepté 1040.


Aux quatre coins de l'Europe, les initiatives de solidarité en faveur des Ukrainiens se multiplient, comme ici, à Hanovre, en Allemagne.
Un nouveau point de collecte à Contern
La commune annonce que les dons peuvent être déposés au sein de l'ancien hall sportif. Des biens particuliers sont demandés.

Malgré la grande capacité du nouvel espace, Marion Zovilé-Braquet reconnaît qu'il n'offre pas les meilleures conditions: «Quand j'ai vu le centre, j'ai été un peu choquée. Il n'y avait rien. C'était un pavillon vide, sans chauffage, sans salle de bains, sans porte ni fenêtre. Il y a 20 lits dans chaque chambre, qui n'est même pas une chambre car elle n'est pas fermée, il n'y a que des dortoirs et des lits superposés. Et ils ont dû installer du chauffage, car il fait très froid.»

Le bâtiment comporte trois étages, chacun d'une superficie de 3.000 mètres carrés. Le rez-de-chaussée abrite les salles de bains et les douches portables, ainsi que les machines à laver. A l'étage se trouvent les lits, 500 par étage, plus la cuisine. Mais l'une des préoccupations de la bourgmestre était l'isolement de l'entrepôt. «Il n'y a rien autour. Je ne sais pas ce que feraient mille personnes là-bas, en dehors du village, dans la zone industrielle.»

 Autour de l'entrepôt, il n'y a qu'un parc et un espace réservé aux animaux. De là au village, il y a environ 15 minutes de marche mais il y a des bus. Le plus grand défi, cependant, sera l'intégration des enfants. «Ils doivent aller à l'école, ils ne peuvent pas rester là à ne rien faire. Mais nos écoles ne sont pas assez grandes. Nous allons commencer l'année prochaine à construire de nouvelles écoles et des crèches, mais cela prendra deux ou trois ans», estime-t-elle, en précisant que la moitié des réfugiés sont des mineurs.

2

Récupérer les espaces attribués
Copier le lien

Photo: Chris Karaba

Ces dernières semaines, il n'y a pas eu un jour où la bourgmestre n'a pas visité l'ancienne salle de sport de Contern. Elle se fait un devoir de quitter son bureau, qui se trouve pratiquement à côté, pour passer près de deux heures dans cet espace transformé en centre de livraison et de collecte de biens essentiels pour les réfugiés ukrainiens: «Je suis heureuse de pouvoir aider un peu.»

La commune de Contern a mis à disposition deux espaces municipaux : ce pavillon et le centre culturel Moutfort, pour un hébergement temporaire. Le refuge est géré par la Croix-Rouge et les 140 Ukrainiens qui y séjournaient devaient être transférés dans le nouveau centre situé dans la zone industrielle. «Je ne sais pas ce qui va leur arriver. Où vont-ils aller maintenant ? Nous devons récupérer cet espace, pas demain, mais le plus vite possible». La même question se pose pour le pavillon.


online.fr, Familie Reuter, ukrainische Familie  wurde aufgenommen Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La vie à l'épreuve de la guerre
Ils ont fui la ville d'Ivano-Frankivsk aux premières heures de la guerre. Depuis le 6 mars, Yurii, Nataliia, Ostap et Mariia ont trouvé refuge à Strassen, où ils écrivent un nouveau chapitre de leur vie aux côtés de Bernadette et Etienne Reuter.

Pour céder ces deux espaces, la commune a dû demander aux associations et clubs de sport de ne plus s'entraîner dans le pavillon et déplacer les concerts du centre culturel. 

La salle de sport de Contern est le seul espace ouvert aux Ukrainiens tous les jours, du lundi au vendredi. Initialement ouvert entre 8 et 18 heures, il ouvre désormais plus tard, à 10 heures, et ferme à la même heure. Pour y accéder, il suffit de montrer son passeport ou son numéro d'identification à un agent de sécurité à l'entrée.

Dans cet espace, il y a un peu «de tout», dit la bourgmestre. «Nous avons des vêtements, des lits pour bébés, tout pour les enfants, des poussettes, des jouets... des couvertures et des serviettes,... Nous avons aussi de la nourriture, y compris de la nourriture pour bébés, et beaucoup d'articles d'hygiène, ce qui est très important.» 

La seule chose qui n'est pas disponible dans le pavillon, ce sont les médicaments. «Parce que nous ne sommes pas médecins et que ce n'est pas notre responsabilité. Si quelqu'un apporte des médicaments, nous les donnons à la Croix-Rouge», explique l'élue.

Environ 70 à 80 bénévoles aident à faire fonctionner l'espace, pour la plupart des résidents de Contern, mais aussi des réfugiés d'Ukraine. «Et nous avons aussi des gens qui habitent dans d'autres communes et qui viennent ici pour aider», raconte la bourgmestre, précisant que ceux qui veulent se porter volontaires peuvent envoyer leurs coordonnées à la commune. «Notre page Facebook contient des informations sur la manière dont les gens peuvent se porter volontaires et sur les besoins que nous rencontrons.»

3

Des volontaires pour la traduction
Copier le lien

Photo: Chris Karaba

Parmi les volontaires figurent également des membres de LUkraine, l'organisation représentant la communauté ukrainienne au Luxembourg. «J'ai été personnellement en contact avec LUkraine depuis le premier jour. Je leur ai proposé un soutien et chaque jour, une ou deux personnes viennent ici pour faire des traductions, car nous ne pouvons pas comprendre ce dont les gens ont besoin.» L'une de ces personnes est Alla Hordieieva, 27 ans, une Ukrainienne qui vit à Moutfort, dans la commune de Contern.

Elle est originaire de la région de Rivne, en Ukraine, mais est arrivée au Luxembourg avant que la guerre n'éclate, en janvier, pour rendre visite à une famille chez qui elle avait travaillé comme fille au pair il y a deux ans. «J'ai fini par rester chez eux. Maintenant, j'essaie d'aider, de faire de mon mieux ici».

La famille est toujours en Ukraine. Son frère est dans l'armée et son père a moins de 60 ans, il ne peut donc pas quitter le pays. «Ma mère ne voulait pas partir sans eux. J'aurais voulu y retourner le premier jour [de la guerre], mais elle pleurait et me disait de ne pas y aller. Quand il y aura une possibilité, j'y retournerai certainement.» 

Photo: Chris Karaba

Alla se rend tous les jours à la salle de sport de Contern, «pour quelques heures», quand elle a du temps libre, car elle a commencé à travailler» pour gagner un peu d'argent«. Elle aide principalement à la traduction pour faciliter la communication entre les volontaires et les Ukrainiens et assure également la liaison entre la LUkraine et la commune. 

La bénévole assure qu'au moins 400 Ukrainiens passent par le pavillon pendant la journée ou «peut-être plus». Surtout à l'heure du déjeuner, avec des groupes de 20 personnes. «Ils peuvent venir et choisir les vêtements dont ils ont besoin ou les produits d'hygiène et les bénévoles les aident. En général, les informations sont écrites en luxembourgeois ou en allemand et les gens ne comprennent pas. Mais ils utilisent le traducteur, car peu d'entre eux savent parler anglais. Il est difficile de trouver des personnes pour traduire, car ceux qui parlent deux langues ont déjà trouvé du travail et ne peuvent pas être ici», reconnaît Alla.

4

Incertitude quant à l'avenir
Copier le lien

Photo: Chris Karaba

Margarita Turelyk, 35 ans, fait partie des milliers de mères ukrainiennes qui sont arrivées au Luxembourg ces dernières semaines. Elle est venue de Kiev avec son mari, 36 ans, et leurs trois enfants, l'aîné âgé de huit ans et deux jumeaux, une fille et un garçon, âgés de trois ans. Son compagnon n'est pas resté en Ukraine pour se battre, car les hommes qui ont trois enfants ou plus peuvent quitter le pays. Lorsqu'ils sont arrivés au Grand-Duché, ils ont séjourné au SHUK, mais sont maintenant dans un hôtel à Differdange, sans savoir pour combien de temps.

La famille est arrivée au Luxembourg le 2 mars après un voyage «très difficile». «C'était compliqué d'aller de Kiev à la frontière, mais quand nous y sommes arrivés, nous avons réussi à passer rapidement. Puis nous avons voyagé de la Hongrie au Luxembourg en avion, parce que nous avons des parents ici, mais ils ne peuvent pas nous aider tout le temps», a admis Margarita.

Elle et son mari se sont déjà occupés de tous les documents nécessaires et ils ont déjà le droit de travailler et les enfants peuvent aller à l'école. «Pour les plus jeunes, il est plus compliqué d'aller dans les jardins d'enfants ou les crèches, donc nous cherchons un endroit où ils pourront commencer leurs études».

Ce jour-là, Margarita visitait le pavillon Contern pour la deuxième fois. Elle a pris un train et un bus pour y arriver, avec ses trois enfants. Elle est allée chercher des jouets pour les plus petits afin qu'ils puissent se distraire pendant qu'elle et son mari, tous deux chimistes, cherchent un emploi. 

Peut-être qu'un jour nous retournerons en Ukraine, mais chaque jour nous voyons les nouvelles et la situation ne semble pas s'améliorer. Nous ne pouvons pas prévoir ce que nous ferons dans les mois à venir.

Margarita Turelyk

Pour l'instant, la famille veut se reposer et se remettre du traumatisme de la guerre, tout en s'adaptant à une nouvelle vie. «Nous avons récemment déménagé à Differdange, nous avons donc besoin de nous poser pendant au moins une semaine. Après cela, nous essaierons de terminer nos CV», explique l'Ukrainienne, reconnaissant que «le Luxembourg a fait de son mieux pour nous aider.» «C'est vraiment incroyable. Peut-être qu'un jour nous retournerons en Ukraine, mais chaque jour nous voyons les nouvelles et cela ne semble pas s'améliorer. Nous ne pouvons pas prévoir ce que nous ferons dans les mois à venir.»

Cette incertitude quant à l'avenir est également un élément qui inquiète la bourgmestre de Contern. «La plupart des réfugiés veulent retourner en Ukraine et j'espère qu'ils le pourront, mais le pays est en train d'être détruit, alors ils n'auront peut-être même plus de maison», souffle-t-elle. «Quand je parle à ces familles, parfois pendant des heures, c'est très compliqué. Ils ne comprennent toujours pas ce qui leur arrive. J'espère que la guerre se terminera un jour et qu'ils pourront rentrer chez eux.»

La bourgmestre se souvient que le premier jour où les réfugiés sont arrivés à Contern, une famille de 21 personnes vivait dans une seule maison. «Ils sont venus à mon bureau pour demander de l'aide. Nous avons trouvé une maison pour huit personnes et trois autres appartements. C'est horrible, surtout pour les enfants, quand ils se rendent compte qu'ils n'ont plus leurs parents, qu'ils ont quitté leurs amis.»

Le pavillon finit également par être un «bon endroit pour leur permettre de se socialiser», car « certains réfugiés se connaissent et se saluent et les enfants jouent pendant des heures». En plus de la mise à disposition de deux espaces par la municipalité, la commune a également réalisé quelques flyers et demandé aux habitants d'accueillir les Ukrainiens ou de leur mettre à disposition gratuitement une maison ou un appartement.

La bourgmestre rappelle aussi que les bénévoles qui passent chaque jour dans ce pavillon «pourraient rester chez eux ou partir en vacances», mais ils «veulent aider et faire quelque chose». « Mais je ne sais pas combien de temps encore ils auront la motivation et l'énergie pour venir tous les jours ici», avoue l'élue, fière de la réactivité de sa commune à soutenir les réfugiés. «Il y a des gens très gentils à Contern. De nombreuses associations et des familles m'ont appelée pour me demander si elles pouvaient faire quelque chose pour aider. Tous les Ukrainiens sont les bienvenus dans notre commune.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg travaille d'arrache-pied à la mise à disposition d'hébergements pour les réfugiés ukrainiens. Sur 800 lits, la moitié est déjà occupée, a indiqué le ministre Jean Asselborn ce mercredi matin lors d'un point presse.
IPO.PK Asselborn Accueil Flüchtlinge aus der Ukraine.Foto :Gerry Huberty/Luxemburger Wort