Changer d'édition

Congrès national du CSV: ce qu'il faut en retenir
Luxembourg 23 2 min. 26.01.2019 Cet article est archivé

Congrès national du CSV: ce qu'il faut en retenir

Serge Wilmes (à gauche) félicite Frank Engel pour sa nomination au poste de président du parti CSV.

Congrès national du CSV: ce qu'il faut en retenir

Serge Wilmes (à gauche) félicite Frank Engel pour sa nomination au poste de président du parti CSV.
Photo: Laurent Blum
Luxembourg 23 2 min. 26.01.2019 Cet article est archivé

Congrès national du CSV: ce qu'il faut en retenir

Le CSV a pris une nouvelle direction en élisant à sa présidence Frank Engel. Voici un aperçu des moments les plus importants qui se sont déroulés ce samedi à Moutfort lors du congrès national du CSV.

(mig) - Pour le CSV, c'est une matinée mouvementée qui se termine. Marc Spautz et Laurent Zeimet ont remis aux mains de Frank Engel et Felix Eischen les pleins pouvoirs du parti. Le premier quitte son poste de président au profit de Frank Engel et le deuxième, celui de secrétaire général au bénéfice de Felix Eischen.

Plus de 700 personnes assistaient au congrès national du CSV où Frank Engel a remporté 54 % des voix contre son rival Serge Wilmes. 536 délégués ont voté et 287 délégués ont donné leur voix à Frank Engel et 245 à Serge Wilmes.

C'est donc Frank Engel qui remplace Marc Spautz à la tête du parti.


Felix Eischen a été élu secrétaire général avec près de 94% des voix. Il succède à Laurent Zeimet.

Les deux vice-présidentes sont Elisabeth Margue et Stéphanie Weydert.

Le thème central du congrès a été le nouveau départ que le parti entend prendre après l'échec des élections d'octobre dernier, en se tournant davantage vers l'avenir que vers le passé.

"Nous ne devons pas nous voiler la face", a déclaré au début du congrès, l'ancien président du parti, Marc Spautz, tout en affirmant qu'il soutiendrait à 100 pour cent la nouvelle direction que prendrait le CSV.

De son côté, Laurent Zeimet, en a appelé à un examen critique des décisions prises durant la campagne électorale.

Le nouveau secrétaire général, Felix Eischen, a parlé de la nécessité de donner au parti CSV une apparence plus moderne, en particulier dans les médias sociaux afin d'être plus proche des jeunes et de leur vie quotidienne.

Dans son premier discours en tant que président, Frank Engel a déclaré que le CSV doit devenir un parti pour tous les habitants du pays et il a exprimé le souhait qu'il soit perçu par les gens comme "plus cool, tout comme les pirates et les Verts le sont aux yeux de beaucoup de gens", a-t-il précisé.

Son objectif étant de permettre au CSV d'assumer ses responsabilités au sein d'un gouvernement: "Je pense qu'il est temps d'arrêter de se lamenter. Nous devons reprendre nos responsabilités pour les prochaines élections".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Mardi débute le procès contre l'ancien président du parti chrétien-social Frank Engel dans l'affaire du financement du «Frëndeskrees». Un caillou dans la chaussure de la formation qui entame sa reconstruction.
Aucun autre postulant ne s'est fait connaître pour assurer la succession tourmentée du président démissionnaire Frank Engel. Les militants n'auront donc guère le choix le 24 avril prochain, date du congrès national des chrétiens-sociaux.
IPO,CdP, CSV Martine Hansen & Claude Wiseler.Affaire Gardenhäischen Traversini. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
Deux ans après son entrée en fonction, Frank Engel n'est pas parvenu à s'imposer comme le leader du principal parti d'opposition ou comme membre de l'équipe. Mais le fait que le parti vive dans une situation de désaccord permanent ne relève pas de sa seule responsabilité.
CSV National Kongress Mutfert / Photo: Blum Laurent
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.