Changer d'édition

Compte à rebours brûlant pour LUXEOSys
Luxembourg 3 min. 13.10.2020 Cet article est archivé

Compte à rebours brûlant pour LUXEOSys

Le projet de satellite d'observation luxembourgeois n'est pas l'oeuvre de François Bausch, il en a hérité de son prédécesseur.

Compte à rebours brûlant pour LUXEOSys

Le projet de satellite d'observation luxembourgeois n'est pas l'oeuvre de François Bausch, il en a hérité de son prédécesseur.
Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 13.10.2020 Cet article est archivé

Compte à rebours brûlant pour LUXEOSys

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les députés luxembourgeois ont jusqu'à début novembre pour dire si oui ou non le satellite commandé pourra effectivement décoller. En attendant, ils continuent à essayer de comprendre comment la facture du projet a pu doubler.

Le sort du satellite luxembourgeois LUXEOSys est, en partie, entre les mains de Diane Adehm (CSV) et Guy Arendt (DP). En tout cas dans le «rapport préliminaire» que les deux députés ont été chargés de rédiger sur ce dossier. Car si le projet lancé par l'ancien ministre Etienne Schneider (DP) parlait de 170 millions d'euros, son successeur François Bausch (Déi Gréng) a reconnu que la note tournerait en orbite autour des 309 millions. Et encore, «en version dégraissée».

Depuis des semaines, les membres de la commission du Contrôle de l'exécution budgétaire cherchent donc à comprendre les motifs de ce dérapage financier. Etienne Schneider, sommé de s'expliquer, a plus embrouillé les esprits qu'éclairé les parlementaires. Même les commentaires de l'actuel ministre de la Défense n'ont visiblement pas réussi à démêler le nœud du problème. Résultat : aujourd'hui, nul ne veut plus se prononcer sur l'opportunité de lancer, oui ou non, ce satellite spécialisé dans l'observation de la planète.


L'éthique, «nouvelle carte maîtresse» du secteur spatial
Seul pays européen à posséder une législation permettant l'exploitation des ressources disponibles hors de l'atmosphère, le Luxembourg souhaite continuer à innover en mettant au point un cadre définissant «les valeurs nécessaires à l'utilisation pacifique de l'espace». Une mission confiée depuis 2018 à Erny Gillen.

Parmi les premiers lecteurs figurent les membres de la commission de la Défense. Mardi, eux aussi, ont refusé de donner leur aval pour une éventuelle rallonge budgétaire. Trop de zones d'ombre entourent encore l'initiative. La députée écologiste Stéphanie Empain qui dirige les débats et ses collègues préfèrent patienter «plutôt que d'approuver quelque chose qui n'est pas clair». C'est pourquoi, décision a été prise de décaler le vote de l'ensemble des 60 députés sur LUXEOSys au mois de novembre.

«On reste dans le timing pour rendre possible la mise en service de l'appareil, mais au-delà cela ne vaudra plus le coup de tergiverser, le projet ne pourra prendre forme», booste tout de même la parlementaire Déi Gréng. Et s'il fallait un autre argument pour convaincre de l'urgence de la décision, François Bausch n'a jamais manqué de souligner que si le pays décide de stopper le projet, «nous perdons la somme de 145 millions d'euros»... L'ultimatum est donc posé, et le compte à rebours débuté.

Comme l'A400M

Pour mémoire, l'activité même du satellite LUXEOSys (photographie - Luxembourg Earth Observation System) fait notamment partie des engagements du Grand-Duché à l'égard de l'OTAN. Au même titre que le pays s'est engagé financièrement dans l'achat d'un avion de transport militaire au profit de l'Organisation militaire internationale. Cet A400M a d'ailleurs été livré, jeudi dernier, au Luxembourg. Un appareil dont la facture elle ne s'est pas envolée... Planant cette fois autour des 197 millions d'euros.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le satellite ESAIL enfin mis sur orbite
Reporté à de multiples reprises depuis août 2019, le tir de la fusée européenne Vega s'est effectué dans la nuit de mercredi à jeudi depuis le Centre spatial de Kourou. A son bord, le troisième satellite produit par la société Luxspace de Betzdorf.
Virgin Galactic dévoile l'intérieur de son vaisseau spatial
12 hublots, 16 caméras et un grand miroir au fond de la cabine pour s'admirer. La compagnie de tourisme spatial présente l'intérieur du vaisseau qui emmènera les futurs touristes de l'espace pour flotter quelques minutes. Mais la date reste indéterminée.
28.07.2020, ---: Kabineninnenraum des «Virgin Galactic Spaceship» SpaceShipTwo, ein Raumflugzeugtyp des Herstellers The Spaceship Company. Virgin Galactic steht kurz davor, eine wichtige Serie von Testflügen ihres Passagierraumschiffs mit Motorantrieb zu starten. Innerhalb eines Jahres sollen erste Flüge ins Weltall für Kunden durchgeführt werden. Foto: Courtesy Virgin Galactic/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'Etat triple son investissement dans l'aviation militaire
Le gouvernement s'apprête à investir 598 millions d'euros au lieu des 172 millions initialement prévus pour l'achat de huit avions ravitailleurs et de transport polyvalents. Une hausse importante du budget qui s'explique par l'augmentation de la quote-part luxembourgeoise au bon fonctionnement de l'OTAN.
Le ravitailleur commandé par le Luxembourg pourrait alimenter l'A400 attendu en juin dans ses missions au long cours.
Ce satellite qui ne tournait pas rond
Le matin en commission parlementaire, et le soir face à la presse, le ministre de la Défense François Bausch a évoqué tous les éléments qui avaient détourné de son orbite financière le satellite LUXEOSys. Un dossier dont le lancement était plus qu'incertrain.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le budget de Luxeosys dégraissé de 41 millions»
Avant son audition ce lundi en commission du Contrôle de l'exécution budgétaire, François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Défense révèle que la facture finale du projet de satellite militaire sera dépassée de 139 millions d'euros, au lieu des 180 millions précédemment annoncés.
Politik, Interview François Bausch Observationssatellit, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre
L'ancien ministre de la Défense a-t-il volontairement caché des informations concernant le coût réel du futur satellite Luxeosys? A l'heure où la facture de l'engin vient de doubler, plusieurs députés réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.
11.11. Wi / Min Cooperation / PK Space Law Luxembourg / Space Mining / Etienne Schneider und Jean Louis Schiltz / Etienne Schneider Foto:Guy Jallay