Changer d'édition

Comment voyez-vous l'avenir du Luxembourg en 2030?
Luxembourg 3 min. 22.06.2018 Cet article est archivé

Comment voyez-vous l'avenir du Luxembourg en 2030?

Comment voyez-vous l'avenir du Luxembourg en 2030?

Montage: Sébastien Héraud / Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 22.06.2018 Cet article est archivé

Comment voyez-vous l'avenir du Luxembourg en 2030?

A quoi ressemblera notre vie au Luxembourg en 2030? Qualité de vie, façon de travailler, de se déplacer, accès au logement, transformation énergétique, diversification économique,... le sondage d'opinions Quest, réalisé en collaboration avec le «Luxemburger Wort», aborde tous ces grands thèmes résumés ici en 10 graphiques.

Texte: Maurice Fick - Data: Mariella de Crouy Chanel

A quoi ressemblera notre vie au Luxembourg en 2030? Qualité de vie, façon de travailler, défi de la mobilité, accès au logement, transformation énergétique, diversification économique,... le sondage d'opinions Quest intitulé «Luxembourg 2030» et réalisé en étroite collaboration avec le «Luxemburger Wort», permet de se projeter dans un avenir pas si lointain et de saisir en un clin d’œil les craintes mais aussi l'optimisme des sondés quant à l'avenir du pays.

Les données présentées ont été recueillies entre le 6 et le 17 avril 2018 auprès d'un échantillon de 1.000 personnes dont 521 (soit 52%) sont de nationalité luxembourgeoise, et 479 (soit 48%) d'autres nationalités.

Voici les grands constats de cette étude représentative de la population résidente présentés sous forme de 10 graphiques.

On commence par l'état de la nation en 2030:

1. «Notre qualité de vie sera encore et toujours exemplaire»: On y croit... mais à moitié seulement

C'est ce que pensent en effet 61 % des sondés. Mais il  y a une forte disparité des réponses entre Luxembourgeois et étrangers vivant au Luxembourg. Seul 1 Luxembourgeois sur 2 y croit tandis que 74% des étrangers sont optimistes pour l'avenir.

2. «La cohabitation paisible des nationalités au Luxembourg fera figure de modèle»: On y croit.

69% des sondés sont optimistes et estiment que c'est assez , voire très probable. Moins de 10% n'y croient pas du tout.

3. «Nous aurons résolu le problème de l'accès au logement»: On n'y croit pas... du tout

Même à l'horizon 2030, 86% des sondés pensent que c'est improbable, voire très peu probable de voir la crise du logement se résoudre au Luxembourg dans les années à venir. Luxembourgeois et étrangers sont, à peu de chose près, sur la même longueur d'onde.

4. «Nous aurons préservé nos systèmes et avantages sociaux»: On veut y croire

63% des sondés sont d'avis que c'est assez, voire très probable. A noter toutefois que les Luxembourgeois (54%) sont nettement moins optimistes sur la question que les étrangers vivant au Luxembourg (73%).

5. «Nous aurons accompli notre diversification économique»: On y croit

57% des sondés le pensent. Les plus jeunes jeunes (18-34 ans) sont plus optimistes sur la question que leurs aînés. Là aussi les résidents non luxembourgeois sont plus optimistes (63%) que les Luxembourgeois (51%).

6. «Nous aurons réussi la transformation énergétique»: On n'y croit pas

58% des sondés n'y croient pas. Qu'ils soient jeunes (53%) ou âgés de plus de 35 ans (56%). Les plus de 55 ans y croient le moins (62%). Les résidents luxembourgeois sont 67% à penser que c'est improbable ou peu probable. Tandis que 52% des résidents étrangers, au contraire, pensent que c'est assez probable, voire très probable.

Le défi du logement maîtrisé

7. «Comment aurons-nous finalement résolu le défi du logement en 2030?»

La mobilité à l'horizon 2030

8. «Quelles seront les réalités les plus probables de notre mobilité quotidienne en 2030?»

La façon de travailler à l'avenir

9. «Notre façon de travailler et d'exercer notre activité économique aura sûrement changé en 2030. Quelles sont vos projections les plus réalistes?»  (Les sondés avaient plusieurs choix possibles).

La société civile

10. «Quelles sont, selon vous, les 3 évolutions sociales et démographiques les plus probables que nous aurons connues en 2030?»



Sur le même sujet

Le ralentissement démographique observé en 2020 s'est inversé en 2021, puisqu'au cours de l'année écoulée, 25.335 personnes ont posé leurs valises au Grand-Duché pour venir y résider.
5.9.2016 Luxembourg, ville, Braderie, stadter braderie, soldes, Solden, population photo Anouk Antony
Elle dit avoir appris à parler le français à Namur. Mariée à un Français qui a acquis la double nationalité, la députée Diane Adehm, estime que «la langue luxembourgeoise, c'est vraiment le moyen d'intégration des étrangers». Alors qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'entrer en politique, cette battante affiche un parcours sans faute qui pourrait jouer en sa faveur en octobre. Mais que veut Diane?
22.1.WO fr / Hesperange /  ITV Diane Adehm , CSV / Frankophonie /  Foto:Guy Jallay
On aurait pu s'attendre à ce que les Luxembourgeois pestent contre les radars et c'est tout le contraire: 69% des sondés du PolitMonitor sont favorables à cette mesure de sécurité routière récemment introduite sur les routes du pays.
Fixer Radar ,Neue Radaranlage in Schoenfels. Blitzer. Foto.Gerry  Huberty
Obtenir la nationalité luxembourgeoise afin de participer au débat démocratique? Depuis les résultats du référendum, certains de vous se posent la question. La loi, les chiffres, les démarches: on vous dit tout sur l'obtention de la nationalité luxembourgeoise.
Pour obtenir la double nationalité, il faut d'abord s'assurer que son pays d'origine admet son principe car ce n'est pas le cas pour tous les pays de l'Europe.
Plus de deux tiers des habitants du Luxembourg sont propriétaires de leur logement (70.8%). Environ 14% des résidents de nationalité luxembourgeoise sont locataires, contre environ 50% des étrangers résidant au Luxembourg.