Changer d'édition

Comment une retraitée belge a tout perdu au profit d'un escroc
Luxembourg 11 min. 11.11.2022
Du nouveau dans l'affaire Marion Barter

Comment une retraitée belge a tout perdu au profit d'un escroc

En 2006, il n'a fallu que quelques semaines à l'individu pour réussir une escroquerie professionnelle bien huilée.
Du nouveau dans l'affaire Marion Barter

Comment une retraitée belge a tout perdu au profit d'un escroc

En 2006, il n'a fallu que quelques semaines à l'individu pour réussir une escroquerie professionnelle bien huilée.
Photo: Bart Dewaele
Luxembourg 11 min. 11.11.2022
Du nouveau dans l'affaire Marion Barter

Comment une retraitée belge a tout perdu au profit d'un escroc

En 2006, il est arrivé presque la même chose à Ghislaine Danlois de Bruxelles et à Marion Barter d'Australie, disparue depuis 1997. Mais contrairement à cette dernière, Ghislaine Danlois peut encore raconter son histoire.

Par Tom Rüdell et Yannick Lambert

L'été dernier, wort.lu et Luxtimes ont longuement évoqué la disparition de l'enseignante australienne Marion Barter en 1997, ainsi que cet énigmatique Belge au passeport australien qui a probablement un lien avec cette affaire.


Marion Barter, who walked out of her family in Australia in 1997, never to be seen again
Le Luxembourg, clé du mystère de l'affaire Marion Barter?
De nouvelles preuves cruciales dans l'enquête sur la disparition de l'Australienne en 1997 mènent à un homme intimement lié au Grand-Duché.

Aujourd'hui âgé de 83 ans, il se fait appeler Ric Blum, mais avait auparavant déjà utilisé de nombreux pseudonymes. Parmi ceux-ci, il y avait les noms de Fredy David - c'est sous ce nom qu'il a exploité à partir de 1980 au Luxembourg un magasin de meubles appelé «L'Européenne du meuble» à Noertzingen; Fernand Remakel - il a volé cette identité à un citoyen luxembourgeois; et Frederick de Hedervary - c'est également le nom que porte l'épouse de Blum, Diane, depuis 1976, et ses deux enfants adultes en Australie.

«Ma belle-mère est encore en vie»

En octobre, Alexandra Peereboom a contacté le Luxemburger Wort depuis Bruxelles. «J'ai lu votre article. Ma belle-mère a été victime d'un escroc en 2006», écrit-elle. «Le modus operandi qu'il a utilisé pour escroquer ma belle-mère est identique à ce qui est arrivé à Marion Barter!» Elle explique également ce que cela signifie: «Rencontre par annonce, promesse de mariage, vente de sa maison, clôture de ses comptes, émigration en Australie sans dire au revoir à ses propres enfants». Toutefois, «heureusement, cette histoire n'est pas allée aussi loin avec ma belle-mère - elle est toujours en vie».

Nous rencontrons Ghislaine Danlois quelques semaines plus tard dans un café du sud de Bruxelles. Il y a deux choses que l'on ne veut pas vraiment croire chez cette vieille dame: son âge réel, qu'elle ne souhaite pas voir écrit car elle se sent plus jeune. Et qu'une femme qui, à ce même âge, est encore si réfléchie, si lucide et si vive d'esprit, puisse tomber, il y a déjà 16 ans, dans le piège d'un escroc qui lui prendra presque tout en quelques semaines.

«Comme l'oiseau pour le chat»

Aujourd'hui encore, l'agent d'assurance à la retraite ne le comprend pas elle-même. «Je ne suis pas stupide et je ne l'ai jamais été. Il m'est arrivé d'avoir 500 clients en même temps. Je connais les gens. Et pourtant, j'ai tout cru de cet homme». Elle a toutefois au moins une tentative d'explication. «J'étais veuve depuis l'âge de 50 ans, j'ai réussi à élever quatre enfants quasiment seule. Je voulais à nouveau quelqu'un dans ma vie». Et surtout: «Il est arrivé dans ma vie quand j’étais dans une mauvaise passe. Je n'allais pas bien, je me sentais seule. Et il en a profité. J'étais comme l'oiseau pour le chat».

Ric Blum, alias Frederick de Hedervary, tel qu'il était en 2006. La photo provient de la police, Ghislaine Danlois n'a pas de photos de lui.
Ric Blum, alias Frederick de Hedervary, tel qu'il était en 2006. La photo provient de la police, Ghislaine Danlois n'a pas de photos de lui.
Photo: Yannick Lambert

Lui, c'est Ric Blum. Elle le reconnaît directement sur des photos datant de différentes décennies, elle en a elle-même une avec elle datant de 2006, elle provient du dossier de police. Elle montre également des procès-verbaux d'interrogatoire et de la correspondance avec la police, car c'est elle qui a dénoncé Ric Blum à l'époque. Pour Ghislaine Danlois, il s'appelait Frederick de Hedervary. «J'avais passé une annonce de rencontre dans un petit journal appelé Vlan et j'ai reçu beaucoup de lettres», se souvient-elle. «C'est la sienne qui m'a le plus plu - une longue lettre inspirée en français, une belle écriture, pas de fautes d'orthographe. Nous nous sommes donc donné rendez-vous et il m'a parlé de lui».

Mais l'histoire d'amour attendue n'en est pas une du tout et Ghislaine ne mâche pas ses mots: «Bien sûr, ce n’étaient que des mensonges, je le sais aujourd'hui. Et puis il m'a tout ponctionné». Plus tard, à la police, elle estimera son préjudice à environ 70.000 euros. Elle évite encore le pire, vend sa maison mais ne lui remet pas le produit de la vente lorsqu'elle a des doutes. Mais plusieurs comptes ont déjà été vidés et de nombreux objets de valeur ont disparu - avec «Frederick».

Ghislaine Danlois a même vendu sa maison, mais a heureusement gardé l'argent.
Ghislaine Danlois a même vendu sa maison, mais a heureusement gardé l'argent.
Photo: Bart Dewaele

«Je ne voyais que par ce mariage à Bali»

Comment a-t-il pu réussir un tel tour de force? «Il voulait m'épouser à Bali et de là, émigrer en Australie. Il y aurait une grande maison et un bon emploi dans la gestion d'une banque». Ce prétendu emploi dans une banque est l'une des clés de son argent. «Il a compris que l'amour pour mes quatre enfants était ma faiblesse. Il m'a donc dit qu'avec mon argent, il ouvrirait un compte australien pour chacun de mes enfants. Parce qu'ils viendraient sûrement nous rendre visite.»

Et cette transaction devait bien sûr se faire en espèces, selon le faux directeur de la banque. Ghislaine lui fait confiance, liquide ses comptes d'épargne, vend sa voiture et lui donne l'argent. Seize ans plus tard, elle remue son espresso et secoue la tête: «Je ne voyais que par ce mariage à Bali».

L'argent liquide n'a pas suffi

Mais l'argent liquide n’a pas suffi. «Frederick» se procure deux grandes caisses dans lesquelles sont placés de nombreux objets de valeur - pour leur avenir commun en Australie. Les enfants aident à vider la maison. Alexandra, la belle-fille, se souvient: «Il contrôlait ce qu'elle devait emporter - envoyer des livres, par exemple, ne servait à rien, on pouvait les acheter neufs. Mais le service de couverts en argent qu'elle avait reçu en héritage devait absolument être placé dans l'une des caisses, qui sont ensuite parties avec d'autres objets de valeur par Fedex».

Pendant ce temps, il aurait brûlé dans un coin de la pièce des documents qui ne devaient manifestement pas partir - mais qui ne devaient pas non plus rester à Bruxelles.

Une photo d'identité de Ric Blum, alias Frederick de Hedervary, dans les années 1980.
Une photo d'identité de Ric Blum, alias Frederick de Hedervary, dans les années 1980.
Photo: 7News

«Il a effacé toutes ses traces», confirme Ghislaine. «Une fois, nous avions rendez-vous avec des amis à moi et des photos ont été prises, sur lesquelles il était également présent. Il a alors demandé s'il pouvait voir l'appareil photo. Et par pur hasard, les photos avaient disparu». Il fait également disparaître la lettre avec laquelle il a pris contact avec Ghislaine. «Je l'emballe bien, m'a-t-il dit, et ensuite nous l'accrocherons encadrée sur notre lit en Australie», raconte la Bruxelloise. «Vous vous imaginez tout de même?»

Aujourd'hui, elle peut tout de même en rire. Ce qui est plus grave, c'est le fait qu'il a même réussi à obtenir son alliance: «'Continuer à la porter porte malheur à la nouvelle relation'. Elle s’est donc retrouvée aussi dans l’une des caisses». De plus, il profite de moments où il est seul dans leur appartement: en bout de piste, il manquera aussi des titres et une montre précieuse, héritage du frère décédé de Ghislaine.

«Je veux raconter mon histoire pour éviter d'autres dégâts.»
«Je veux raconter mon histoire pour éviter d'autres dégâts.»
Photo: Bart Dewaele

«Je pense qu'il voulait me tuer»

Le préjudice matériel est donc suffisamment important. Mais Ghislaine est rétrospectivement heureuse d'avoir eu la vie sauve: «La femme d'Australie dont vous avez parlé est probablement morte». Elle pense désormais que «Frederick» voulait la tuer ou du moins qu'il préparait cela comme une possibilité: «Il m'a envoyée à l'hôpital pour faire une échographie du foie. Mon foie a toujours été en bon état, c'est ce qu'ont dit les médecins. Il a insisté, mais pourquoi? Je pense qu'il voulait m'empoisonner».

Une édition du «LuxPost» à l'occasion de l'ouverture du magasin de meubles à Noertzange. Ric Blum, alias Fredy David, est le deuxième à partir de la gauche sur la photo.
Une édition du «LuxPost» à l'occasion de l'ouverture du magasin de meubles à Noertzange. Ric Blum, alias Fredy David, est le deuxième à partir de la gauche sur la photo.
Photo: 7News

Une théorie qu'Alexandra Peereboom met également en avant dans sa déclaration à la police: lors de la préparation des bagages, un livre auquel «Frederick» s'était intéressé de manière démesurée - sur les poisons qui tuent sans laisser de traces - serait apparu. Et même lors de leur première rencontre, début août 2006, lorsque sa belle-mère l'a présenté et a expliqué à la famille choquée ses projets de départ, le nouvel ami de Ghislaine a longuement parlé de poison - elle avait alors trouvé cela «très déplacé lorsqu'on fait la connaissance de nouvelles personnes».

Ric Blum devant le tribunal de Sidney, 2022.
Ric Blum devant le tribunal de Sidney, 2022.
Photo: 7News

Un autre parallèle avec le cas de la disparition de Marion Barter attire l'attention à ce stade. Quelques semaines avant sa disparition, cette femme alors âgée de 51 ans a subi un test de fonction hépatique à six paramètres dans le Queensland - la variante la plus approfondie proposée par le laboratoire local. Mais selon les informations fournies par sa fille Sally, Marion Barter n'a jamais eu de problèmes de foie, pas plus que Ghislaine Danlois.

La vieille dame décrit l'Australien, qui était vraiment plus grand qu’elle, comme intimidant d'une manière très particulière: «Il ne m'a jamais menacée directement. Mais j'avais peur de lui».

Une autre victime de Tournai

Lorsque Ric Blum ne se présente pas à un dernier repas de famille peu avant le départ commun prévu pour l'Australie, on commence à comprendre ce qui s'est passé. Mais il est trop tard, «Frederick» s’est envolé - il avait sans doute remarqué que sa victime n'irait pas jusqu'au bout. Le 14 septembre 2006, il rentre en Australie sous le nom de Frédéric David de Hedervary. A la douane, il déclare «plus de 10.000 dollars australiens en liquide».

Ghislaine finit par porter plainte. Elle s'en veut, ne réussit à en parler que tardivement - après s'être rendu compte en discutant avec son avocat qu'elle avait affaire à un «escroc professionnel». La dernière chose qu'elle entend de sa propre bouche est un coup de téléphone qui se termine de manière peu romantique. «Si j'entends encore parler de toi, tu verras ce que ça te rapporte», lui aurait-il dit. Elle demande à récupérer son argent et ses affaires. Il rétorquera: «Je ne t'ai rien pris».

Mais l'histoire n'est pas encore tout à fait terminée: en 2013, elle est convoquée par la police à Tournai en Belgique, le lieu de naissance de Ric Blum: «C'est là que je devais raconter à nouveau mon cas, car il y a une femme de Tournai avec laquelle il a probablement fait pire. Elle est partie avec lui à Bali!» Une fois sur place, au lieu du mariage promis, le réveil a été brutal: «Il l'a laissée là-bas, sans argent ni papiers. Elle a dû voir elle-même comment rentrer en Belgique».

Je n'ai plus d'argent, mais je suis vivante. Je vais bien.

Ghislaine Danlois

Au fil des années, Ghislaine Danlois s'est résignée sur son histoire - et c'est pourquoi elle veut la raconter. Elle vit aujourd'hui en France, près de son fils, et se rend encore de temps en temps à Bruxelles. «Je vais bien, je suis vivante. Certes, mon argent a disparu. Mais j'espère que la police pourra empêcher cet homme de faire d'autres dégâts».

Ric Blum, quant à lui, nie toutes les accusations. Au podcast australien The Lady Vanishes qui s'est penché de l'affaire Marion Barter et qui collabore avec le Luxemburger Wort, il a qualifié l'histoire de Ghislaine de mensonge. Il n'a pas répondu aux questions du Wort.

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.