Changer d'édition

Comment les Luxembourgeois consomment leurs drogues
Luxembourg 6 min. 30.05.2022
Rapport national sur les drogues 2021

Comment les Luxembourgeois consomment leurs drogues

Plus d'un participant à l'enquête sur cinq a consommé de la cocaïne au cours de l'année écoulée.
Rapport national sur les drogues 2021

Comment les Luxembourgeois consomment leurs drogues

Plus d'un participant à l'enquête sur cinq a consommé de la cocaïne au cours de l'année écoulée.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 6 min. 30.05.2022
Rapport national sur les drogues 2021

Comment les Luxembourgeois consomment leurs drogues

Steve REMESCH
Steve REMESCH
Entre coke, MDMA et marijuana: des études révèlent l'usage et les habitudes des consommateurs de substances illicites, avant et pendant la pandémie.

Lorsqu'il est question de drogues et de leurs consommateurs au Grand-Duché, la discussion se limite le plus souvent au débat sur la sécurité dans le quartier de la gare. Mais le fait qu'il ne s'agisse que d'une petite partie visible de la consommation de drogues - et certainement pas la seule problématique - est volontiers occulté. Le rapport national sur les drogues 2021, qui vient d'être publié, donne un aperçu du phénomène de la consommation de drogues parmi les habitants du Luxembourg.


En raison d'un réseau transfrontalier complexe à démanteler, les saisies de drogues par la police ont nettement baissé en 2020.
Cannabis et stimulants, les drogues les plus répandues
Le rapport RELIS 2021 met en exergue des données encourageantes mais également interpellantes, comme la hausse de la consommation de cocaïne et de mélanges contenant de la cocaïne en hausse.

On y retrouve également les résultats d'une étude non représentative mais révélatrice réalisée en 2018, qui comprend les conclusions luxembourgeoises de l'«European Web Survey on Drugs», à laquelle ont participé 1.223 personnes du Luxembourg.

L'enquête a permis d'obtenir des informations non seulement sur les habitudes de consommation, mais aussi sur l'attitude fondamentale des participants vis-à-vis des drogues et sur la perception de leur consommation. Parmi les volontaires qui ont participé, 88,2% avaient moins de 35 ans. 50,1% avaient un diplôme d'enseignement secondaire et 25,2% un diplôme universitaire. Comme le note le rapport sur les drogues, il s'agit donc principalement de jeunes consommateurs récréatifs, intéressés par la vie nocturne et les festivals, et qui fréquentent les réseaux sociaux.

Sans surprise, l'alcool et le cannabis sont les substances les plus répandues. La cocaïne est la deuxième drogue illégale la plus consommée. Pas moins de 22,4 % des consommateurs ayant participé à l'enquête ont consommé de la cocaïne au cours de l'année écoulée et 13,9 % le mois dernier.

L'ecstasy suit avec 21,1 % pour la consommation récente et 10 % pour la consommation actuelle. L'usage récent d'hallucinogènes (17,9 %) et d'amphétamines (15,9 %) est également souligné.

Près de la moitié consomme plus d'une drogue

56,3 % déclarent ne consommer qu'une seule drogue. Parmi ceux qui consomment plus d'une substance, 47,6 % en consomment deux, 21,7 % en consomment trois, 16,1 % en consomment quatre et 14,6 % en consomment entre cinq et dix différentes.


Joint au volant, accidents au tournant
A l'heure où le gouvernement parle d'autoriser la culture du cannabis, des statistiques viennent pointer l'implication des consommateurs de stupéfiants dans une partie des accidents de la circulation.

Les consommateurs de marijuana le font en moyenne 16 jours par mois. Le haschisch est consommé douze jours par an. Les personnes interrogées déclarent fumer deux à trois joints au cours d'une journée type. En moyenne, ils achètent 4,6 grammes de produits dérivés du cannabis par achat.

Selon les données, la cocaïne est la drogue la plus chère et l'amphétamine la moins chère. Les consommateurs achètent en moyenne 2,5 grammes de cocaïne ou neuf comprimés d'amphétamines lors d'un achat typique.

Les drogues sont volontiers partagées

Les consommateurs de drogues se révèlent également très sociaux: selon l'enquête, ils ont tendance à partager près de la moitié des drogues qu'ils achètent avec d'autres consommateurs. Les substances illégales sont donc aussi souvent achetées chez un dealer que reçues gratuitement.

Même si la consommation de cannabis n'est guère mise en relation avec la consommation d'autres drogues, on remarque en général que la consommation d'une drogue illégale rend plus probable la consommation d'autres drogues. La consommation de cocaïne est par exemple fortement liée à la consommation de MDMA, d'amphétamines et de kétamine. Les personnes qui consomment de la MDMA consomment souvent aussi des amphétamines et du LSD.

Au Luxembourg, les automobilistes ne sont soumis à un test rapide de dépistage de drogues que lorsqu'il y a suspicion d'inaptitude à la conduite. Cela explique le taux de positivité de 97%.
Au Luxembourg, les automobilistes ne sont soumis à un test rapide de dépistage de drogues que lorsqu'il y a suspicion d'inaptitude à la conduite. Cela explique le taux de positivité de 97%.
Photo: Shutterstock

Les consommateurs de drogues interrogés sont 92,3 % à penser que la marijuana et le haschisch devraient pouvoir être consommés légalement. La consommation régulière de cannabis est considérée comme moins dangereuse que d'essayer une ou deux fois la cocaïne ou de consommer cinq boissons alcoolisées ou plus le week-end. En revanche, ils estiment que la consommation régulière de marijuana ou de haschisch ne présente aucun danger.

La pandémie et les drogues

Une version plus minimaliste de l'«European Web Survey on Drugs», réalisée entre avril et juin 2020, c'est-à-dire pendant et après le premier lockdown, fait également partie du rapport national sur les drogues 2021. Celle-ci avait pour but de déterminer l'influence de la pandémie du covid-19 sur la consommation de drogues au Luxembourg.


CBD-Hanf ist Cannabis ohne THC und kann seit 2016 in Luxemburg legal erworben werden, THC-freies Gras, CBD ist ein nicht psychoaktives Cannabinoid aus dem weiblichen Hanf (Cannabis). Seit Dezember 2019 wird CDB-Gras in Luxemburg als Tabakware besteuert.
Mettre «fin au tabou du cannabis et le dépolitiser»
Pour le Dr. Alain Origer, coordinateur national drogues auprès du ministère de la Santé, l'autorisation de la culture du cannabis présentée vendredi dernier par le gouvernement ne va pas assez loin. Et ce dernier de plaider pour la légalisation du cannabis.

Sur les 420 participants, dont l'âge médian était de 29 ans, 27,1 % ont déclaré avoir augmenté leur consommation de cannabis. Seuls 7,1 % ont déclaré avoir consommé moins de haschisch et de marijuana. 4,1 % ont même déclaré avoir arrêté leur consommation à cause des restrictions imposées par le coronavirus.

Selon l'enquête, la cocaïne et la MDMA semblent avoir été les plus touchées par les restrictions imposées par la pandémie. 6,6% ont déclaré consommer moins de cocaïne et 5,5% moins de MDMA. Cela s'explique probablement par la mobilité réduite, la fermeture de la vie nocturne, l'annulation d'événements festifs et le couvre-feu nocturne.

L'ennui lié à la pandémie a été un facteur

Toutes drogues illicites confondues, 44,5 % des personnes interrogées ont déclaré consommer la même quantité ou une quantité plus importante de substances qu'avant la pandémie. 15,2 % d'entre eux ont déclaré qu'ils le faisaient par ennui et 6,9 % pour atténuer leur peur du covid-19.

7,1% ont déclaré avoir moins consommé parce que les drogues étaient moins disponibles, 6,9% parce qu'il y avait moins d'occasions de consommer et 6,4% parce qu'il y avait moins d'occasions d'acheter.

La majorité des personnes interrogées ont également déclaré que la pandémie n'avait pratiquement pas modifié la pureté ou la puissance des drogues. En ce qui concerne le prix, 26,2% des personnes interrogées ont signalé une augmentation, mais aucune tendance claire n'a été observée en matière de prix, selon le rapport national sur les drogues.

Le rapport complet peut être consulté en ligne: www.relis.lu

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En 2020, les consommateurs luxembourgeois ont volontairement fait analyser 83 échantillons de drogues. Les résultats révèlent généralement un taux de pureté élevé, mais des substances suspectes ont également été décelées.
Partydrogen kommen in vielen Formen. Am bekanntesten dürften Ecstasy-Pillen sein. Deren Zusammensetzung und MDMA-Gehalt sind für Konsumenten jedes Mal eine Unbekannte.
A l'heure où le gouvernement parle d'autoriser la culture du cannabis, des statistiques viennent pointer l'implication des consommateurs de stupéfiants dans une partie des accidents de la circulation.
Le ministère de la Santé publie ce lundi son rapport national sur la consommation de drogues illicites. La baisse de consommation observée ces dernières années semble se confirmer.
Drugs Drogen Fixerstuff