Changer d'édition

Comment les enseignants justifient leur paie
Luxembourg 4 min. 13.10.2020

Comment les enseignants justifient leur paie

Chaque année, près de 600 nouveaux enseignants intègrent le système scolaire.

Comment les enseignants justifient leur paie

Chaque année, près de 600 nouveaux enseignants intègrent le système scolaire.
Photo : AFP
Luxembourg 4 min. 13.10.2020

Comment les enseignants justifient leur paie

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Ils sont les mieux payés d'Europe, et alors? Ni les syndicats, ni le ministère de l'Education ne trouvent à redire sur la rémunération des professeurs du Luxembourg. Le salaire correspondant au niveau de vie du pays et au niveau d'études exigé.

L'information ressort régulièrement, et fait tout aussi systématiquement grincer des dents. Oui, les enseignants luxembourgeois sont ceux qui touchent le plus gros salaire parmi tous les systèmes scolaires d'Europe. La dernière étude Eurydice a repointé les montants touchés : de 67.391 euros brut annuels pour un maître d'école débutant en fondamental à 133.579€ pour un professeur du secondaire partant en retraite.

D'un syndicat enseignant à l'autre, l'écho est identique quand on aborde la question du traitement perçu. «Le salaire est adapté à la mission», tranche ainsi Patrick Arendt pour le SEW/OGBL. «Prenez le coût de la vie au Luxembourg, du logement, comparez-les à celui des autres pays, et vous verrez que celles et ceux qui enseignent sont loin d'être des privilégiés», défend Raoul Scholtes pour la Feduse, organisation liée à la CGFP.

Ainsi, chacun relativise «le soi-disant haut salaire qui, en fait, entre parfaitement dans la grille de la fonction publique du pays, sans excès». Il serait même comparable aux salaires accordés dans le secteur privé dans nombre de métiers. «Des revenus qui, on le sait, sont aussi plus hauts que ce qui se fait ailleurs en Europe», rappelle Patrick Arendt. Certes, mais reste qu'au Grand-Duché le salaire annuel moyen est proche des 65.000 euros brut annuels. Soit moins que la première fiche de paie d'un instituteur tout juste formé.

Côté Education nationale, pas question de justifier ou non la valeur de la rémunération des enseignants. On se contente de rappeler que, dans le budget prévisionnel 2020 du ministère, 1,39 milliard d'euros sont réservés au paiement des salaires des professeurs. Soit un peu plus de la moitié de l'enveloppe globale accordée (2,7 milliards d'euros). «Mais aucune augmentation n'est revendiquée», rassure l'administration.

Recrutement difficile

Par contre, le ministère défend ses ouailles en rappelant que le niveau de formation exigée a progressé. A ce titre, dans la grille des salaires de la fonction publique luxembourgeoise, la réforme de 2009 a fait passer les enseignants de la colonne ''carrière moyenne'' à la case ''carrière supérieure". De quoi booster les fiches de paie certes, mais dans le même temps, il a fallu justifier d'un niveau bachelor pour intégrer le fondamental ou master pour le secondaire.

 «C'est là où il convient de comparer les niveaux de rémunération qui sont accordés dans d'autres professions qui doivent justifier d'un niveau bac+3 ou bac+5 ans», note Raoul Scholtes pour la Feduse. Et le syndicaliste de rappeler que, haut salaire ou pas, la profession peine toujours autant à attirer. Chaque année, le ministère de l'Education recrute de l'ordre de 600 nouveaux enseignants, il en faudrait plus. 

«Cela ne suffit pas à couvrir les départs en retraite des titulaires, les démissions, les absences, les temps partiels, les maladies, etc», constatent d'une même voix les chefs de direction générale de l'enseignement fondamental et secondaire. Pour Francine Vanolst et Romain Nehs, force est de constater que la vraie bataille ne tient donc pas dans la polémique sur la fiche de paie. Mieux vaudrait se focaliser sur les outils à mettre en place pour mettre en adéquation nombre de professeurs et effectifs scolaires. Ces derniers grimpant bien plus vite que le nombre de titulaires en poste.


(FILES) In this file photo taken on September 4, 2017 Pupils arrive at a primary school on the first day of the new school year, in La Rochelle, western France. - French President Emmanuel Macron said during a televised speech on June 14, 2020 that all French schools, except high schools, would fully reopen from June 22, a move that will allow more parents to return to work and give students at least a few days with their teachers before the summer break. (Photo by XAVIER LEOTY / AFP)
Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper
La reprise des cours, le 15 septembre, ne sera pas seulement exceptionnelle du fait des aménagements liés au covid, elle le sera aussi par le nombre record d'élèves accueillis: 91.048 jeunes attendus. Mais ce n'est pas tout...

Aujourd'hui, 10.809 enseignants sont en fonction dans le secteur public, mais face à un nombre d'élèves jamais atteint. De l'ordre de 105.000 garçons et filles. A titre de comparaison, voilà cinq rentrées encore, la barre des 100.000 jeunes accueillis n'était pas encore franchie... Et même s'il y a des postes disponibles, les embauches s'avèrent difficiles. «J'en conclus que le salaire ne fait pas tout, sourit Raoul Scholtes. Sinon, tout le monde se précipiterait pour faire ce métier.»

Selon lui, la profession a beaucoup perdu en considération ces dernières décennies. Mieux vaudrait donc revaloriser l'image de marque du métier. «C'est tout de même un job hyper motivant. On peut changer des vies pour le meilleur, constater jour après jour les fruits de son travail», s'enthousiasme-t-il. A charge pour Patrick Arendt de conclure : «Si tous les mois, l'opinion publique nous tape dessus parce que les enseignants gagnent soi-disant trop, travaillent peu ou disposent de trop de congés, on ne s'en sortira pas».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le «grand jour» pour plus de 90.000 écoliers
Cette fois, les vacances sont bel et bien finies. Dans des conditions inédites imposées par la crise sanitaire, des dizaines de milliers d'élèves de l'enseignement public âgés de 4 à 18 ans ont retrouvé ce mardi matin le chemin de l'école.
Lokales, Rentrée Scolaire, Erster Schultag, Schule, Schüler Grundschule Sassenheim, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper
La reprise des cours, le 15 septembre, ne sera pas seulement exceptionnelle du fait des aménagements liés au covid, elle le sera aussi par le nombre record d'élèves accueillis: 91.048 jeunes attendus. Mais ce n'est pas tout...
(FILES) In this file photo taken on September 4, 2017 Pupils arrive at a primary school on the first day of the new school year, in La Rochelle, western France. - French President Emmanuel Macron said during a televised speech on June 14, 2020 that all French schools, except high schools, would fully reopen from June 22, a move that will allow more parents to return to work and give students at least a few days with their teachers before the summer break. (Photo by XAVIER LEOTY / AFP)
L'école n'a pas à jouer au docteur
Il n'y aura pas de vérification de température des élèves entrant à l'école ou au lycée. Aux familles d'être vigilantes sur les éventuels symptômes pouvant laisser penser à une infection covid.
Les trois scénarios en cas de virus en classe
Le ministre de l'Education a présenté le dispositif appliqué si un ou plusieurs élèves sont dépistés positifs au covid-19. Une façon de répondre aux craintes des jeunes, des familles et des enseignants.
Lokales, Claude Miesch besucht Ribeschpont Schule in Dudelingen, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort