Changer d'édition

Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg
Luxembourg 1 10 min. 16.07.2022
Un potentiel énorme

Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg

Au Luxembourg, de plus en plus d'entreprises font appel à la technologie des drones.
Un potentiel énorme

Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg

Au Luxembourg, de plus en plus d'entreprises font appel à la technologie des drones.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 1 10 min. 16.07.2022
Un potentiel énorme

Comment les drones changent le monde des affaires au Luxembourg

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Ces dernières années, les drones sont devenus de plus en plus un facteur économique. Une nouvelle association sectorielle veut promouvoir le marché des drones au Luxembourg.

Ils doivent éviter les embouteillages, transporter des médicaments vitaux ou inspecter des infrastructures nécessitant un entretien - les drones sont depuis longtemps plus que des jouets, ils constituent un marché en pleine croissance et une aide pour l'économie.


Le ciel comme observatoire des crues
Sur les récentes inondations, les drones auront joué un rôle intensif. Non seulement pour scruter la montée des eaux mais également aider les secours dans leurs opérations d'urgence.

Un exemple au Luxembourg: l'entreprise Nomoko transforme des images de drones 2D en modèles 3D géoréférencés et à l'échelle, et ce bien plus rapidement que les techniques existantes. Des villes entières peuvent ainsi être représentées en trois dimensions, jusque dans les moindres détails, en un temps record. Nomoko combine ces modèles avec des données en temps réel du monde réel afin d'offrir une série de services à différents secteurs.

«D'une manière générale, les possibilités d'utilisation des drones civils sont très variées», explique le cofondateur Vincent Pedrini. «Elles vont de la prise de vue aérienne pour des photos ou des vidéos à la topographie, en passant par le contrôle technique de bâtiments, de pylônes à haute tension ou d'éoliennes».

Ils sont également une aide efficace dans l'agriculture et la sylviculture, pour inspecter le développement des plantes ou constater les dommages causés aux récoltes. Ils conviennent en outre à la lutte contre les incendies par les pompiers.

Par exemple, le rayonnement thermique des bâtiments peut être déterminé à une distance sûre à l'aide de caméras thermiques fixées sur les drones. «L'utilisation des drones a un énorme potentiel dans de nombreux secteurs différents et nous devons aujourd'hui poser les bases pour que ce secteur se développe au Luxembourg», déclare Pedrini, qui est depuis mars dernier président de la nouvelle «Luxembourg Drone Federation». L'objectif est de «promouvoir durablement l'utilisation des drones professionnels au Luxembourg».

Nouveaux services

«Nous voulons également promouvoir au Luxembourg des applications et des concepts innovants pour l'aviation sans pilote. De plus en plus de secteurs perçoivent le drone comme un auxiliaire économique, dont l'utilisation contribue à accélérer le déroulement des processus, à gagner du temps et à proposer de nouveaux services», explique Vincent Pedrini, qui cite un exemple: «Si le Luxembourg veut créer un modèle virtuel du Grand-Duché, les drones sont absolument nécessaires. Plus les données seront détaillées, plus on pourra prendre de bonnes décisions en matière de planification des transports ou de construction de logements, par exemple».

Vincent Pedrini
Vincent Pedrini
Photo: DR

Selon les experts, il est difficile de chiffrer l'ampleur du marché des drones au Luxembourg à l'heure actuelle, les chiffres exacts concernant les drones utilisés à des fins commerciales n'étant pas disponibles. «En ce qui concerne l'utilisation personnelle des drones, les ventes au Luxembourg s'élèvent à environ 600.000 euros par an», a déclaré Badr Nhairy, manager chez EY Luxembourg, lors d'un événement organisé par la Confédération luxembourgeoise du commerce clc sur le thème «Drones: utilisation, questions et défis».

Le manager d’EY explique ce faible chiffre par le fait que «beaucoup d'achats sont effectués à l'étranger, dans les pays voisins, parce qu'il n'y a pas assez d'opérateurs ou de points de vente dans notre pays». Selon lui, le taux de croissance est de 57% par an, et de seulement 2% dans le domaine civil. «En ce qui concerne l'utilisation des drones, nous savons que seule une personne sur 1.000 utilise un drone à des fins privées. Ces chiffres soulignent une fois de plus le potentiel de l'économie des drones au Luxembourg, que ce soit pour les loisirs ou pour une utilisation commerciale», déclare Badr Nhairy, citant à titre de comparaison les chiffres du marché allemand des drones.

Nous disposons au Luxembourg de très bonnes conditions pour devenir l'un des principaux marchés de drones dans l'optique d'une utilisation professionnelle.

Renaud Le Squeren, associé chez DSM Avocats

Ce marché pèse actuellement environ 800 millions d'euros, dont 700 millions d'euros pour le marché commercial et 100 millions d'euros pour le marché privé des drones. Dans le classement des plus grands marchés de drones commerciaux, l'Allemagne occupe la quatrième place après les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Le marché allemand devrait passer de 800 millions d'euros à plus de 1,6 milliard d'euros d'ici 2025. La Commission européenne estime que le secteur européen des drones représentera plus de dix milliards d'euros par an d'ici 2035, notamment dans le domaine des services.

Un grand potentiel pour le Luxembourg

«Nous disposons au Luxembourg de très bonnes conditions pour devenir l'un des principaux marchés de drones en ce qui concerne l'utilisation professionnelle des drones», estime Renaud Le Squeren, associé chez DSM Avocats.

Cela s'explique par le fait que le Luxembourg est l'un des rares pays d'Europe à avoir intégré la réglementation européenne sur les drones dans sa législation nationale. «Sur le plan juridique, certains pays, comme l'Allemagne ou la France, ont développé leur propre corpus juridique. Le Luxembourg a voulu dès le départ s'appuyer sur le règlement européen», explique l'expert.

Depuis fin 2020, des règles uniformes sont en vigueur dans l'Union européenne pour l'utilisation des drones civils. Pour certaines dispositions, il existe des périodes de transition jusqu'en 2023, date à laquelle les nouvelles règles seront pleinement applicables. Pendant cette période de transition, de nombreux utilisateurs de drones auraient la possibilité de recourir à une entreprise luxembourgeoise pour être actifs dans le domaine des drones à l'étranger.


Marneuizen - Vandaag geeft de X-300 Integrator zijjn tweede vlucht gemaakt. Dit toestel wordt gebruikt voor et verzamelen van inlichtingen. Foto: Evert-Jan Daniels
Les Integrator X-300 décolleront depuis Diekirch
Le centre militaire accueillera un site de lancement pour les nouveaux drones dont l'armée luxembourgeoise a fait l'acquisition. La base servira à la formation des soldats devant piloter ces engins et récupérer les données.

«Avoir une certification européenne pour faire voler des drones au-dessus de différents pays, cela pourrait être un avantage pour de nombreuses entreprises», estime Renaud Le Squeren. Selon lui, le Luxembourg a de bonnes cartes à jouer dans la compétition internationale en raison de son caractère international, de son cadre légal et de sa capacité d'innovation. Le ministre des Transports François Bausch partage également ce point de vue: «C'est une énorme opportunité à ne pas manquer».

Dans le même temps, il existe de nombreux défis à relever. L'une des principales difficultés pour le marché des drones est le nombre limité de travailleurs qualifiés et formés pour piloter des drones. «Il incombera également à la fédération de promouvoir la formation des pilotes de drones et d'attirer l'attention sur les possibilités dans ce domaine», estime Vincent Pedrini à ce sujet.

Opportunités et risques

En outre, il existe des restrictions à l'utilisation commerciale des drones en raison de préoccupations liées à la sécurité et aux atteintes à la vie privée des personnes. «Nous devons changer fondamentalement l'image du drone et, en tant qu'association, assurer aux citoyens que nous ne sommes pas des cow-boys qui n'appliquent pas les lois». Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne la protection des données.

«Il est important de regarder dans quel contexte le drone est utilisé. S'il survole une forêt ou un lac, cela ne pose pas de problème pour la protection des données. Si le drone est utilisé dans le domaine de l'immobilier, l'autorisation des propriétaires sera demandée. De manière générale, celui qui demande une autorisation de survol pour un drone commercial doit indiquer clairement les éléments qu'il a prévus pour la protection des données. C'est le cas des autorisations délivrées par l'autorité luxembourgeoise de l'aviation civile», assure Vincent Pedrini.

Il comprend très bien les préoccupations de sécurité liées à la protection des données, mais: «C'est une question qui se pose aussi pour les satellites qui nous photographient tous les jours. Elle se pose aussi pour les avions qui passent tous les jours au-dessus de nos têtes ou pour les voitures Google qui circulent sur nos routes. Ce qui est clair, c'est qu'il existe une loi sur les drones au Luxembourg, et que les utilisateurs privés comme commerciaux appliquent la loi dans la pratique».

Les possibilités d'utilisation des drones sont presque infinies.

François Bausch, vice-Premier ministre

François Bausch voit lui aussi des défis en matière d'acceptation politique et sociale qui pourraient entraver la croissance du marché des drones. D'une part, les drones sont très fortement associés à une idée diffuse de menace, en rapport avec le trafic aérien, l'utilisation militaire ou les crashs. D'autre part, c'est la surveillance possible et la protection de la vie privée qui préoccupent les gens.

«Les possibilités d'utilisation des drones sont presque infinies», fait remarquer le ministre. La prudence est donc de mise si les pays européens veulent faire avancer les applications des drones. Toute réglementation doit respecter une certaine déontologie et éthique.

Selon les experts, il est impossible de prédire comment le marché des drones va évoluer. «Les réglementations actuelles exigent que le drone soit toujours à portée de vue. Si l'on veut livrer un colis du Kirchberg à la gare, il ne sera pas possible de garder le drone en vue en permanence. La future réglementation devra donc autoriser le vol automatique - sans pilote. C'est une adaptation de la loi qui viendra certainement un jour. Mais quand, nous ne le savons pas.»

De nombreux projets de drones sont en cours dans le monde entier. Les projets d'utilisation de drones dans le domaine de la logistique pour la livraison de colis sont par exemple passionnants. Walmart est le premier détaillant américain à avoir annoncé l'utilisation de drones pour la livraison de produits alimentaires. Quatre millions de foyers dans six États américains pourront bientôt se faire livrer à domicile les marchandises commandées en ligne par des drones.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

L'entreprise de livraison par drone Wing, gérée par Alphabet, la société mère de Google, a lancé son service dans l'État du Texas en avril. Les habitants peuvent commander de petits articles, tels que des produits de santé ou des médicaments vétérinaires, auprès de quatre magasins locaux. 

«Il y a beaucoup d'initiatives qui sont bien commercialisées auprès du public. Mais la plupart d'entre elles ne couvrent pas l'ensemble du territoire et ne se conduisent pas non plus de manière totalement autonome», explique Vincent Pedrini, qui ajoute: «La conduite autonome est également un grand sujet actuellement. Mais il y a encore beaucoup à faire en matière de réglementation avant que les premiers véhicules autonomes puissent effectivement participer à la circulation quotidienne sur nos routes sans conducteur. La situation est similaire pour les drones. Je pense que le législateur déterminera la vitesse à laquelle ce marché se développera. La confiance du législateur dans la technologie sera déterminante».

D'ici là, Vincent Pedrini aura du pain sur la planche. «Nous mettrons prochainement à disposition les meilleures pratiques et les informations de base afin de favoriser la croissance d'une utilisation sûre des drones».

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le centre militaire accueillera un site de lancement pour les nouveaux drones dont l'armée luxembourgeoise a fait l'acquisition. La base servira à la formation des soldats devant piloter ces engins et récupérer les données.
Marneuizen - Vandaag geeft de X-300 Integrator zijjn tweede vlucht gemaakt. Dit toestel wordt gebruikt voor et verzamelen van inlichtingen. Foto: Evert-Jan Daniels
Une étude de la Chambre des métiers pointe la faible motivation des entreprises du secteur à exporter leurs biens et services «Made in Luxembourg». Leurs faibles activités, ainsi que le poids des formalités sont les principaux freins avancés.
Jobfinder 11/03/17 Artisanat
La distribution des fonds d'investissement poursuit son développement en Asie. Comment se porte le marché et quelles sont les opportunités des fonds luxembourgeois dans cette région? Entretien avec Riccardo Millich, Sales Director chez Securities Services, HSBC Luxembourg.
La deuxième journée de la visite officielle de la délégation luxembourgeoise au Sénégal a été consacrée à l'aide au développement et aux relations économiques bilatérales.
Mit dem Bürgermeister von Dakar, Alioune Ndoye.