Changer d'édition

Comment artisans et entreprises font-ils face à la crise?
Luxembourg 5 min. 11.10.2022
Prix de l'énergie

Comment artisans et entreprises font-ils face à la crise?

Jean-Marie Niessen: «Nous n’avons que peu de marge de manœuvre pour économiser l'énergie».
Prix de l'énergie

Comment artisans et entreprises font-ils face à la crise?

Jean-Marie Niessen: «Nous n’avons que peu de marge de manœuvre pour économiser l'énergie».
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 5 min. 11.10.2022
Prix de l'énergie

Comment artisans et entreprises font-ils face à la crise?

Les coûts de l'électricité, du gaz et des produits pétroliers ont fortement augmenté au cours des derniers mois - les entreprises luxembourgeoises sont également fortement touchées.

(ThK/MeM) - La hausse des prix de l'énergie et des matières premières est également un fardeau pour les artisans de l'alimentation. Et celui qui vend du pain ne peut pas répercuter du jour au lendemain l'augmentation des coûts de l'électricité, du gaz ou des matières premières, explique Jean-Marie Hoffmann, propriétaire de la pâtisserie Hoffmann qui compte 19 magasins.

Les coûts ont également énormément augmenté pour son entreprise. «Nous avons maintenant les chiffres du mois dernier: les coûts sont au total d'environ 177.000 euros supérieurs à ceux de l'année dernière, dont 116.000 euros de coûts supplémentaires pour l'énergie».

Selon Jean-Marie Hoffmann, si l'on répercutait un à un les coûts de l'énergie, chaque produit individuel devrait être augmenté d'au moins 10%.
Selon Jean-Marie Hoffmann, si l'on répercutait un à un les coûts de l'énergie, chaque produit individuel devrait être augmenté d'au moins 10%.
Photo: Marc Wilwert

Augmenter simplement le prix de vente du pain et des gâteaux, ce n'est pas possible, selon Hoffmann. Il doit donc se contenter d'une marge bénéficiaire plus faible et essayer de réduire les coûts. Par exemple, en réduisant les coûts de carburant.

Mesures d'économie

«Avant, nos camions faisaient trois tournées la nuit pour livrer nos magasins. Aujourd'hui, tous les camions ne font plus qu'une tournée, une deuxième tournée est effectuée par environ la moitié des camions. La troisième tournée a pu être entièrement supprimée». Une économie sensible sur les frais de carburant.


En zone euro, les plus récentes prévisions des institutions internationales tablent sur une inflation de 7,2%.
Prix à la consommation : encore une légère augmentation
Les prix à la consommation ont légèrement progressé entre août et septembre, de 0,3%. Cela est notamment dû aux prix des produits pétroliers qui sont repartis à la hausse, analyse le Statec. Sur un an, la hausse est de près de 7%.

Mais les coûts élevés à la station-service ne rendent pas seulement la livraison de la marchandise plus chère, ils ont aussi un impact aigu sur le recrutement de nouveau personnel. «Nous pourrions encore embaucher une vingtaine de personnes, mais nous n'avons plus du tout de candidatures en provenance de la zone frontalière par exemple, les frais de déplacement sont tout simplement trop élevés».

Jean-Marie Hoffmann devant les trois fours à Wormeldange: en été, on pouvait se passer d'un seul, maintenant il faut à nouveau chauffer les trois.
Jean-Marie Hoffmann devant les trois fours à Wormeldange: en été, on pouvait se passer d'un seul, maintenant il faut à nouveau chauffer les trois.
Photo: Marc Wilwert

Jean-Marie Hoffmann utilise le gaz pour ses grands fours à Wormeldange. Cet été, il a pu économiser du gaz en ne faisant fonctionner que deux fours sur trois. «Mais cet hiver, ce n'est plus possible», explique-t-il, car la saison froide entraîne une augmentation de la consommation de pain et les fours sont saturés. On cuit un peu plus de 2.000 pains par jour.

Le propriétaire de la pâtisserie Hoffmann considère comme une bonne mesure le fait que les coûts d'électricité soient plafonnés par l'accord tripartite. «Néanmoins, les coûts restent bien plus élevés qu'avant la crise. Mais on ne peut pas non plus toujours se plaindre, cela ne fait pas avancer les choses». On sent que les mesures d'économie d'énergie sont payantes. Mais il est également clair qu'avec les prochaines tranches d'indexation, les prix de ses produits augmenteront également, peut-être de 2 à 5% selon le chef d’entreprise.

Peu de marge de manœuvre pour faire des économies

Pour Jean-Marie Niessen, gérant de la boucherie Niessen à Ulflingen (Troisvierges), les prix de l'électricité ont augmenté d'environ un tiers cette année. «Mais nous n'avons guère de marge de manœuvre pour faire des économies». Selon lui, la chaîne du froid ne doit pas être interrompue et les comptoirs et chambres froides, qui consomment beaucoup d'énergie, doivent donc toujours fonctionner. «Il est également difficile de faire des économies dans le fonctionnement des fours. Ces postes sont toujours là», indique-t-il.

Les petites entreprises ne veulent pas faire fuir leur clientèle en augmentant les prix.
Les petites entreprises ne veulent pas faire fuir leur clientèle en augmentant les prix.
Photo: Gerry Huberty

Outre les prix de l'énergie, les coûts ont également augmenté massivement dans d'autres domaines. Depuis le début de l'année, les matériaux d'emballage, la farine ou les produits laitiers ont par exemple augmenté de 35 à 40%, explique Jean-Marie Niessen. Et il ne peut pas simplement répercuter ces dépenses plus élevées sur les clients. «Pour les gros consommateurs comme les cantines, le risque est alors qu'ils s'approvisionnent auprès de grands supermarchés étrangers. C'est pourquoi une grande partie de cette somme se répercute sur notre marge.»

Une perte pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise

Les entreprises artisanales ne sont pas les seules à souffrir de l'augmentation des prix de l'électricité, les entreprises industrielles à forte consommation d'énergie sont également les plus touchées. Le cimentier Cimalux d'Esch-sur-Alzette en est un exemple.


L'inflation au Luxembourg continue d'augmenter
Le pays reste malgré tout en dessous de la moyenne de la zone euro, dont le taux d'inflation annuel a atteint 10% en septembre, contre 9,1% en août.

Le coût de l'électricité a été multiplié par 2,5 par rapport à l'année dernière, explique Christian Rech, ingénieur chez Cimalux.

Le prix du charbon a pour sa part été multiplié par 1,9 et l'entreprise s'attend même à une multiplication par six pour l'année prochaine. Concernant le prix du gaz, il a été multiplié par quatre ou cinq depuis l'année dernière.  «L'influence des coûts énergétiques sur nos coûts de production est énorme et n'a jamais été aussi importante», déplore l’ingénieur.

Christian Rech craint que Cimalux ne soit pour la première fois déficitaire cette année en raison du prix élevé de l'électricité.
Christian Rech craint que Cimalux ne soit pour la première fois déficitaire cette année en raison du prix élevé de l'électricité.
Photo: Christophe Olinger

L'entreprise n'a elle aussi pas encore pu répercuter l'augmentation des coûts sur ses clients. «Cela signifie que cette année, pour la première fois de notre histoire, nous serons probablement en perte. Nous n'avons jamais connu cela jusqu'à présent.»

L'année prochaine, il faudra donc augmenter significativement les prix du ciment. L'ingénieur s'attend à une augmentation des prix de 70%. «Contrairement aux augmentations de prix précédentes, nous n'avons actuellement aucune marge de manœuvre pour négocier avec les acheteurs», précise Rech. «Nous serions tout simplement ruinés si nous ne rentrions plus dans nos frais.». De plus, l'entreprise doit également investir pour décarboniser ses processus de fabrication. «Bien sûr, si on ne gagne rien, on ne peut rien investir, et nous manquerons alors nos objectifs [climatiques].»

Cimalux est née en 2007 de la fusion de Ciments luxembourgeois et Matériaux. Le ciment est produit à Esch/Alzette depuis 1912: la production est très gourmande en énergie.
Cimalux est née en 2007 de la fusion de Ciments luxembourgeois et Matériaux. Le ciment est produit à Esch/Alzette depuis 1912: la production est très gourmande en énergie.
Photo: Gerry Huberty

Christian Rech assure que les mesures de soutien du gouvernement aident, mais cela ne suffit pas pour éviter à l'entreprise de subir des pertes cette année. Mais ce qui le préoccupe, c'est qu'une partie des compensations au niveau de l'UE est financée par un impôt sur les bénéfices excédentaires des producteurs d'électricité; et que cela concerne surtout les exploitants de grands parcs éoliens et solaires.


Bausch prangerte die Abhängigkeit von fossilen Energiequellen an.
«Nous sommes comme des junkies dépendants»
Le vice-Premier ministre défend l'accord tripartite et dénonce la dépendance énergétique.

«Mais nous n'avons pas au Luxembourg de tels producteurs de l'ordre de grandeur de ceux de la France, de la Belgique et de l'Allemagne», observe-t-il. Il se demande donc ce qui se passera si les concurrents de ces pays obtiennent une compensation pour les prix plus élevés de l'électricité via ce mécanisme. «Aurons-nous alors encore un 'level playing field'? Si ce n'est pas le cas et que nous exportons une grande partie de notre production, nous ne serons plus compétitifs. Et alors, tout sera fini».

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Approuvé par tous les partenaires
Afin d'alléger la charge financière des citoyens et des entreprises au cours des 15 prochains mois, le ministère des Finances s'attend à des dépenses supplémentaires d'environ un milliard d'euros.
IPO,Signature Tripartite .Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Accompagné des ministres de l'Energie, de la Famille, et de l'Economie, Xavier Bettel (DP) a présenté ce lundi une série de mesures visant à venir en aide aux ménages face à la hausse des prix de l'énergie.
IPO,Ministerrat&Briefing-Senningen,Xavier Bettel,Franz Fayot,Corinne Cahen,Claude Turmes, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Grand-Duché, mais aussi l'Allemagne et sept autres pays de l'UE, ont signé une déclaration commune face à la réforme du marché de l'électricité européen, qui est réclamée par la France pour découpler prix de l'électricité et du gaz.
An electrician repairs damaged high-voltage transmission lines near Bad Tennstedt, eastern Germany, Friday, Jan. 19, 2007, after a storm hit Germany on Thursday leaving at least 10 people dead and injured scores of others.  (AP Photo/Jens Meyer)