Changer d'édition

Combattre la chaleur dans la grue et dans la fosse
Luxembourg 4 2 2 min. 26.06.2019

Combattre la chaleur dans la grue et dans la fosse

Combattre la chaleur dans la grue et dans la fosse

Photo: Maurice Fick
Luxembourg 4 2 2 min. 26.06.2019

Combattre la chaleur dans la grue et dans la fosse

Maurice FICK
Maurice FICK
Chaleur ou pas, le gros œuvre de la future Cité de la Sécurité sociale doit être fini en septembre 2020. Cloués toute la journée dans une cabine en verre à 60 mètres de haut ou travaillant à 18 mètres sous le niveau zéro, les ouvriers mènent le même combat.

Le coup de chaud sur le Luxembourg atteint son pic ce mercredi au grand dam des couvreurs qui ne sont pas les seuls à devoir s'accommoder à cette vague de chaleur. Comme sur les très nombreux chantiers au Luxembourg, les ouvriers qui travaillent à ciel ouvert dans la gigantesque fosse du chantier de la future Cité de la Sécurité sociale, au bout de la rue de Hollerich à Luxembourg, sont particulièrement exposés aux effets de la chaleur sur la santé.


Sur les toits, la chaleur devient vite insupportable
Le thermomètre pourrait atteindre jusqu'à 37°C ce mercredi au Luxembourg. Dans les bureaux, les climatiseurs et ventilateurs vont tourner en cette plus chaude journée de la semaine. Sur les toitures, les couvreurs risquent carrément de se brûler les doigts.

Bien conscient des obligations de l'employeur en pareille situation, le chef de chantier, David Miloch, répond comme il peut aux sollicitations de la soixantaine d'ouvriers très exposés qui n'hésitent pas à lui signaler l'absence de climatisation dans un camion. Un détail qui peut devenir vital tout d'un coup. Fontaines à eau, équipes renforcées ou lances à eau transformées en brumisateur de fortune, tout est bon pour faire passer le coup de chaud:

David Miloch a mis en place des équipes décalées pour couvrir une plus large plage en journée tout en permettant aux ouvriers d'être moins longtemps exposés aux rayons du soleil. Cela permet de «faire moins d'heures tout en coulant la même quantité de béton», résume-t-il. Sachant que les toupies de camions ne sont livrées qu'en après-midi.

Pour vider un camion de béton frais, Nelson Amadeu Monteiro, le grutier en poste sur la grue 3 -la plus haute du chantier- fera six allers-retours avec sa flèche au-dessus des casques oranges. Les grutiers sont les bras puissants de toute la petite communauté du chantier. «C'est une grande responsabilité. Je dois faire attention à tout, à la façon dont c'est accroché, au levage, au tonnage...», résume Nelson, 39 ans, en ne lâchant pas des yeux son crochet qui se balade dans les airs.

Entre deux camions, il attrape un essuie-tout pour essuyer son front qui perle. Mais surtout pour gommer la moiteur persistante de ses mains. Des mains qui doivent répondre à la seconde et ne jamais faire un mouvement brusque en manipulant les deux poignées qui actionnent la grue.


Lokales, Hitze, Sommer, Sonne, Foto: Lex Klern/Luxemburger Wort
Coup de chaud sur le Luxembourg
Une masse d'air chaud venu d'Afrique s'est installée fin juin 2019 sur le Grand-Duché et la Grande Région. Un épisode météo remarquablement intense et précoce qui n'est pas sans conséquence...

La chaleur d'altitude, le conducteur chevronné d'origine portugaise, la connaît. Les drapeaux et tissus fixés sur la partie haute des trois parois en verre sont en réalité des pare-soleil. Depuis trois jours, le chef lui a fait monter un climatiseur mobile dans la minuscule cabine. Il est réglé sur 16°C, lui fait du bien mais ce n'est pas la solution miracle.

«Impossible de tenir si je laisse le carreau fermé», glisse Nelson qui travaille en short et pieds nus. Le seul sur le chantier. Comme il est aussi tout seul pour la pause déjeuner dans sa cabine. La demi-heure de pause suffit tout juste pour descendre et remonter.

Depuis lundi, les deux des trois grues du chantier ont été équipées de climatiseurs mobiles.La troisième l'était déjà.
Depuis lundi, les deux des trois grues du chantier ont été équipées de climatiseurs mobiles.La troisième l'était déjà.
Photo: Maurice Fick

> Retrouvez notre dossier complet sur le «Coup de chaud sur le Luxembourg»