Changer d'édition

«Nous devons fixer une limite au tourisme scolaire»
Luxembourg 3 min. 21.06.2021
Colette Mart

«Nous devons fixer une limite au tourisme scolaire»

Colette Mart (DP), échevine à l'enseignement, souligne qu'«il n'y avait jamais eu une telle agressivité» autour des questions scolaires.
Colette Mart

«Nous devons fixer une limite au tourisme scolaire»

Colette Mart (DP), échevine à l'enseignement, souligne qu'«il n'y avait jamais eu une telle agressivité» autour des questions scolaires.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 21.06.2021
Colette Mart

«Nous devons fixer une limite au tourisme scolaire»

Alors que le conseil communal de la capitale a validé, vendredi, la fusion entre plusieurs écoles du quartier Gare, l'échevine à l'enseignement, revient sur les tensions autour de ce projet, liées à la question de la mixité sociale.

(Jmh avec David Thinnes) - Si les discussions autour de la fusion de plusieurs écoles du quartier Gare ont pris fin avec le vote, vendredi en conseil communal de la capitale, le sujet reste sensible. En cause, les difficultés rencontrées pour permettre aux établissements du quartier de bénéficier d'une population scolaire représentant toutes les classes sociales. Un défi que détaille Colette Mart (DP), échevine à l'enseignement de Luxembourg-Ville, auprès de nos confrères du Luxemburger Wort.


ARCHIV - 31.08.2020, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit Mund- und Nasenschutz steht in einer Grundschule. (zu dpa: «Grundschulen und Kitas öffnen? Baden-Württemberg berät Sonderweg») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Luxembourg-Ville veut mettre fin au «tourisme scolaire»
A l'occasion du conseil communal, les échevins de la capitale se sont penchés lundi sur la question de l'organisation scolaire. Selon certains élus, le manque de mixité et de sécurité dans certains établissements mènent les parents à placer leurs enfants dans d'autres écoles que celle de leur quartier.

Ces derniers jours, de vives discussions ont eu lieu autour de la question de la fusion de plusieurs écoles du quartier Gare. Avez-vous été surprise par l'intensité des échanges?

Colette Mart - «C'est la dixième fois que je suis échevine en charge de l'enseignement et jamais, auparavant, l'intérêt autour de cette question n'avait été aussi grand. J'ai surtout été troublée par le fait que les arguments en faveur du maintien de l'école de la rue Michel Welter stigmatisaient l'école de la rue du Commerce. Pour moi, toutes les écoles ont la même importance. Mais j'observe qu'il n'y avait jamais eu une telle agressivité dans les discussions auparavant, mais je n'ai jamais perdu mon sang-froid. En général, il est plus rationnel de regrouper les écoles, nous allons maintenant voir ce que les différentes parties veulent et faire de notre mieux. 

Bien que votée, la fusion des écoles du quartier Gare est reportée. Que va-t-il se passer désormais?

«Nous aurons une fusion du cycle 1 à la rentrée 2022/23. Ces enfants pourront alors passer toutes leurs années d'école primaire ensemble. Reste encore à déterminer dans quel bâtiment cela se déroulera, mais je tiens à souligner que cette proposition émane du comité des parents de l'école Michel Welter.

En raison de la demande, certaines classes de l'école de la rue Michel Welter sont trop petites. Raison de la fusion annoncée.
En raison de la demande, certaines classes de l'école de la rue Michel Welter sont trop petites. Raison de la fusion annoncée.
Photo: Gerry Huberty

Au cœur du débat se trouve la question de la mixité sociale dans le quartier Gare...

«Le problème tient au fait que le mélange fait défaut à l'école de la rue du Commerce. Les statistiques de cette école ne sont pas bonnes et peu d'élèves parviennent au lycée. Nous voulons promouvoir la cohésion sociale, notamment dans un quartier où beaucoup de constructions sont en cours, mais ce sont des appartements généralement très chers. Néanmoins, il y aura toujours dans ce quartier des personnes issues d'un milieu socialement défavorisé.

Le futur quartier «Nei Hollerich», prévoit l'arrivée de 1.740 nouvelles unités de logement. Ces enfants seront-ils également scolarisés dans le quartier de la gare? 

L'école de la rue du Commerce est toute proche. Il serait donc logique que ces enfants aillent à l'école là-bas. Il y a aussi la nouvelle école élémentaire de Hollerich, qui a été inaugurée en 2017. Et le vieux bâtiment là-bas est encore bon, aussi. Nous ne pouvons pas construire une nouvelle école tous les 100 mètres.   

La notion de tourisme scolaire a été très présente tout au long des vifs échanges qui ont eu lieu ces dernières semaines. Ce phénomène vous inquiète-t-il?

«Ceci n'a rien de nouveau, mais le problème tient au fait que le phénomène a pris une ampleur sans précédent. Nous devons y fixer une limite.

Seuls 50% des enfants de la capitale fréquentent l'école publique. Comment pourriez-vous vanter les avantages de ce système?

«Nous devons garder les enfants dans les écoles publiques. Dans cette optique, nous ferons davantage de publicité pour tout expliquer aux personnes qui viennent au Luxembourg. Car sans cette information, ces nouveaux résidents pourraient inscrire leurs enfants directement dans une école privée. Mais les écoles publiques font aussi beaucoup de choses bien, comme le soutien apporté aux élèves à besoins spécifiques par exemple.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour la rentrée, Claude Meisch espère que la moitié des élèves seront vaccinés contre le covid. Un soulagement mais qui n'empêche pas le ministre de l'Education d'envisager bien des scénarios pour la prochaine année scolaire. Interview.
Au cours de la semaine écoulée, seuls 59 cas positifs au covid-19 ont été recensés dans les établissements scolaires, indique jeudi le ministère de l'Education nationale. Soit 42 de moins qu'au début du mois de juin.
Lok , Lycee Hubert Clement , Esch/Alzette , Covid Schnelltest Schulen , Corona , Covid-19 , Schule , Test  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
A l'occasion du conseil communal, les échevins de la capitale se sont penchés lundi sur la question de l'organisation scolaire. Selon certains élus, le manque de mixité et de sécurité dans certains établissements mènent les parents à placer leurs enfants dans d'autres écoles que celle de leur quartier.
ARCHIV - 31.08.2020, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit Mund- und Nasenschutz steht in einer Grundschule. (zu dpa: «Grundschulen und Kitas öffnen? Baden-Württemberg berät Sonderweg») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
A l'école Montessori, pas d'emploi du temps avec un instituteur, pas de cours de maths le lundi de 8h à 10h, de géographie de 10h à 11h. On applique une pédagogie qui suit le rythme de l'enfant, et lui permet d'apprendre par choix et par goût. Nous, on aimerait retourner à l'école!
Reportage rentr�e scolaire dans une �cole Montessori, Luxembourg, 16 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba