«Code Siegfried»

Des élèves face aux énigmes d'une histoire de meurtre

Par Anne Fourney

A Limpertsberg, un groupe de collégiens du lycée Vauban s'est lancé dans le tournage d'une série policière. Mais le projet auquel ils participent est plutôt original. Car cette série policière, intitulée «Code Siegfried», revêt diverses caractéristiques qui permettent d'apprendre en s'amusant. Ces jeunes sont confrontés à un complot politique, et vont devoir résoudre des énigmes tout en s'intéressant à l'histoire du Luxembourg.

Ils tournent cette série encadrés par trois professeurs, à l'initiative du projet. Zilber Karevski et Jean-François Rouanet sont professeurs de physique-chimie; le premier est aussi écrivain, chanteur, compositeur et scénariste de «Code Siegfried», le second est un féru de cinéma, tous genres confondus mais avec un goût plus prononcé pour le cinéma indépendant. François Colin est professeur de mathématiques et fondu de cryptographie.

«Enigme mathématico-policière»

L'idée est d'apprendre en s'amusant. L'intrigue, basée sur la résolution d'énigmes à l'aide de la cryptographie, permet aux collégiens de découvrir cette discipline mathématique, associée dans «Code Siegfried» à l'histoire et à la mythologie du Grand-Duché. Les élèves apprennent aussi à filmer, à se mettre en scène, utiliser l'éclairage… et à se discipliner. Car le tournage se fait durant le temps libre, pour les professeurs comme pour les élèves!

Leur attitude vis-à-vis des mathématiques a-t-elle changé pour autant?

«Ce sont des collégiens!» prévient Jean-François Rouanet en désignant trois des jeunes du groupe en train de faire les clowns sur un canapé. « Ils étaient tout feu tout flamme au début, puis ils ont découvert au fur et à mesure les contraintes et l'engagement induits par le projet et leur enthousiasme a un peu diminué», reconnaît-il, un brin ironique.

Autres Galeries

Le tournage avait débuté l'an passé. «Comme tout se fait uniquement pendant le temps libre, cela prend du temps. Et le souci, c'est qu'entre-temps les élèves grandissent. Du coup nous avons dû recommencer le tournage à zéro, avec une nouvelle équipe», indique Zilber Karevski. Les premières images de la série avaient été enregistrées il y a un an.

Tournage à la morgue

Les jeunes comédiens et leurs équipe de tournage ont eu la chance de tourner dans différents lieux chargés d'histoire ou en symboles, à Luxembourg. Ils ont même tourné quelques scènes à la morgue... «C'est froid et très particulier», se souvient Rosalie, actrice dans «Code Siegfried».

«On y est allés parce que mon père y travaille.» Il s'agit en réalité de son père fictif, dans la série. «C'était bien, par contre ça sentait. J'ai encore l'odeur dans mon nez. Ça sentait la mort», rapporte Xavier tout en affichant un large sourire. Du côté des comédiens, le plus difficile est d'apprendre les textes.

Une campagne de crowdfunding

Afin de poursuivre leur activité de tournages vidéos, les professeurs ont lancé une campagne de crowdfunding via la plateforme Ulule pour récolter de l'argent en vue d'investir dans du matériel de travelling, par exemple. Pour le moment, la tirelire atteint un peu plus de 1.000 euros. Ils l'expliquent dans une vidéo publiée sur le site qu'ils ont créé pour présenter leur série:

Cette récolte d'argent est entièrement gérée par les professeurs. «En contrepartie, nous proposons à ceux qui nous soutiendrons financièrement un t-shirt, une affiche de la série, être figurant dans Code Siegfried ou le roman de la série.» Roman que Zilber Karevski s'attelle à écrire en ce moment: «Ce roman est aussi un outil pédagogique, en français, qui peut intéresser les lycées ou les CDI [centres de documentation et d'information dans les établissements scolaires, ndlr]».

«On imagine aussi un circuit touristique dans Luxembourg qui reprendrait les étapes essentielles de «Code Siegfried»… On a plein d'idées mais il faut du temps pour les mettre en place!»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.

Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site sont contrôlés et validés avant leur publication par nos modérateurs. Saint-Paul Luxembourg ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur un de ses sites.