Changer d'édition

Brèves Luxembourg 29.11.2021

Mardi 30 novembre, l'ensemble des pensionnaires et effectifs d'une unité de la Fondation Jean-Pierre Pescatore seront soumis à un test PCR par une équipe mobile du Laboratoire national de santé. Le 2 décembre ce sera à l'ensemble des autres occupants et salariés de faire de même. En cause, la découverte de neuf cas positifs dans le centre pour personnes âgées établi au cœur de la capitale luxembourgeoise. L'information a été confirmée conjointement par les ministères de la Santé et de la Famille.

Ce cluster met en cause pour le moment huit résidents (dont trois ont l'état de santé déjà fragilisé et détérioré suite à cette contamination) et un membre du personnel. Sept résidents et le salarié étaient complètement vaccinés, informent les autorités qui indiquent que l'unité concernée par ce dépistage covid a vu toutes ses salles communes être fermées (idem pour le restaurant du centre d'intégration pour personnes âgées), les activités suspendues. Les visites, quant à elles, restent «possibles mais limitées». 

Pour mémoire, vendredi dernier, le conseil de gouvernement a décidé de recommander le port du masque obligatoire et le recours à un autotest antigénique rapide pour tous les visiteurs dans les structures pour personnes âgées. Cela en plus des modalités CovidCheck s'imposant à chaque proche ou ami se rendant visiter un pensionnaire.


Hier

Brèves International 28.01.2022

(AFP) - Le nombre de classes fermées à cause de l'épidémie de covid-19 a continué son augmentation en France, à plus de 20.000, tandis que les contaminations ont dépassé les 570.000 chez les élèves et les 35.000 chez les enseignants, selon des chiffres publiés vendredi par le ministère.

Au total, 21.049 classes étaient fermées jeudi 27 janvier, après 18.786 la semaine dernière. Ce chiffre, en augmentation constante depuis la rentrée de janvier, regroupe les classes qui sont fermées en raison de cas de covid-19, malgré la suppression de la règle d'une fermeture de classe pour trois cas de covid, et celles qui le sont du fait des absences non remplacées d'enseignants. Cela représente 4% des 527.200 classes du pays.

Les contaminations à l'école ont aussi continué leur ascension. Au total, 572.072 cas de covid ont été confirmés chez les élèves en cumul sur les sept derniers jours, contre 463.197 la semaine dernière, selon ces données arrêtées jeudi à la mi-journée. Au sein du personnel, le ministère a compté 35.558 cas sur les sept derniers jours, contre 30.774 la semaine précédente.

Brèves International 28.01.2022

(AFP) - Malgré la vague Omicron qui balaie le continent européen, la pression sur le système de santé finlandais diminue, ce qui a poussé le gouvernement à annoncer une levée progressive de ses restrictions sanitaires. «La charge qui pèse sur les hôpitaux reste élevée, mais les cas les plus graves sont en baisse et la situation s'est améliorée dans le domaine des soins intensifs», a écrit la ministre de la Santé, Hanna Sarkkinen, dans un communiqué publié sur Twitter.

A partir du 1er février, les restrictions concernant les événements culturels et sportifs et les entreprises à faible risque seront allégées. Dès le début du mois prochain, les restaurants pourront rester ouverts jusqu'à 21 heures, soit trois heures de plus que ce qui est actuellement autorisé, a déclaré le gouvernement dans un communiqué. Les bars devront toujours fermer à 18 heures et cesser de servir de l'alcool à 17 heures.

52.000 cas la semaine dernière

La nation nordique de 5,5 millions d'habitants a maintenu des taux d'incidence parmi les plus bas de l'Union européenne tout au long de la pandémie, mais le nombre d'infections a augmenté ces dernières semaines en raison du variant Omicron.

Le 18 janvier, le gouvernement finlandais avait étendu une série de mesures sanitaires introduites en décembre, notamment la réduction des heures d'ouverture des restaurants et des bars ainsi que la limitation des rassemblements publics, qui devaient à l'origine demeurer en place jusqu'à la mi-février.

La Finlande a enregistré 52.000 nouveaux cas de Covid-19 la semaine dernière, contre 57.000 la semaine précédente, selon le bilan officiel, tandis que le nombre de patients atteints du virus en soins intensifs avait diminué dans tout le pays. Depuis le début de la pandémie, la Finlande a enregistré 470.665 cas confirmés et 1.973 décès.

Avant-hier

Brèves International 2 min. 27.01.2022

(AFP) - L'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré jeudi avoir approuvé la pilule anti-Covid de Pfizer, qui devient le premier médicament antiviral pris par voie orale autorisé au sein de l'Union européenne. Début janvier, le Grand-Duché, par la voix de Paulette Lenert (LSAP), avait annoncé avoir commandé 20.000 pilules au laboratoire américain.

«Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA a recommandé l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le médicament antiviral pris par voie orale Paxlovid», a déclaré le régulateur européen dans un communiqué. L'EMA a recommandé «d'autoriser Paxlovid pour le traitement du Covid-19 chez les adultes qui n'ont pas besoin d'oxygène supplémentaire et qui présentent un risque accru que la maladie devienne grave».

Freiner la maladie

Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Ils sont très attendus car faciles à administrer, en pouvant être pris simplement chez soi avec un verre d'eau. Pfizer avait déclaré en décembre que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90% les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l'apparition des symptômes.

L'EMA a évalué les données d'une étude impliquant des patients atteints du Covid-19 montrant que «le traitement par Paxlovid réduisait de manière significative les hospitalisations ou les décès chez les patients qui présentaient au moins une affection sous-jacente les exposant à un risque de Covid-19 sévère». La majorité des patients de l'étude étaient infectés par le variant Delta, a précisé l'EMA, tout en soulignant que selon des tests réalisés en laboratoire, Paxlovid devrait rester efficace contre Omicron.

En attente d'approbation par la Commission européenne

La pilule Pfizer est une combinaison d'une nouvelle molécule, PF-07321332, et du ritonavir, un antiviral contre le VIH, qui se prennent sous forme de comprimés séparés. «Le comité des médicaments à usage humain de l'EMA a conclu que les bénéfices du médicament sont supérieurs à ses risques pour l'utilisation approuvée» et va «maintenant envoyer ses recommandations à la Commission européenne pour une décision rapide applicable dans tous les États membres de l'UE».

Cette procédure d'approbation par la Commission prend généralement quelques heures ou quelques jours.

«Avec l'autorisation de Paxlovid cette semaine, 6 médicaments anti-Covid ont été autorisés dans le cadre de la stratégie thérapeutique de l'UE», a salué dans un communiqué la commissaire européenne à la Santé et à la Sécurité alimentaire, Stella Kyriakides. Les États-Unis, le Canada et Israël font partie d'une poignée de pays ayant déjà donné leur feu vert au traitement Pfizer.