Changer d'édition

Claude Wiseler veut être tête de liste du CSV
Luxembourg 16.02.2016 Cet article est archivé
Elections législatives de 2018

Claude Wiseler veut être tête de liste du CSV

Claude Wiseler est actuellement chef du groupe parlementaire du CSV
Elections législatives de 2018

Claude Wiseler veut être tête de liste du CSV

Claude Wiseler est actuellement chef du groupe parlementaire du CSV
Luxembourg 16.02.2016 Cet article est archivé
Elections législatives de 2018

Claude Wiseler veut être tête de liste du CSV

Marc VANACKER
Marc VANACKER
Claude Wiseler a annoncé ce mardi matin sur les ondes de RTL vouloir être le prochain candidat tête de liste du CSV aux élections législatives de 2018.

Claude Wiseler a annoncé ce mardi matin sur les ondes de RTL vouloir être le prochain candidat tête de liste du CSV aux élections législatives de 2018.

L'actuel chef du groupe parlementaire du CSV est le premier à annoncer clairement qu'il aimerait mener le plus grand parti du pays à cette échéance électorale.

Deux autres poids lourds du parti avaient annoncé il y a quelques semaines y réfléchir. L'ancienne commissaire européenne et actuelle députée européenne Viviane Reding avait ainsi déclaré qu'elle "pouvait s'imaginer revenir sur la scène nationale." Avant elle, l'ancien ministre des Finances Luc Frieden avait quant à lui également manifesté  son intérêt à revenir en politique nationale.

Actuellement, le parti ne dispose pas d'un calendrier précis pour désigner le prochain candidat tête de liste. Lors du prochain congrès extraordinaire du CSV le 19 mars prochain, le parti élira un nouveau comité national. Ce comité définira la démarche à suivre.

Claude Wiseler a encore exprimé son souhait que la nomination d'un candidat tête de liste pour 2018 se fasse dans les plus brefs délais. "J'espère que cela se fera encore cette année. Il est important pour l'image du parti de rapidement trancher quant à cette question", a-t-il encore dit.




Sur le même sujet

Le nouveau logo du CSV est en quadrichromie et non plus monochrome. Après vingt ans passés en orange, le parti souhaitait du changement, sans renier ses valeurs.
Neues Logo / Foto: Elena Arens
Cinq mois que Claude Wiseler a repris les rênes du parti chrétien-social, une formation désunie sur le fond des idées et tiraillée en interne. Samedi 25 septembre, le président du CSV tentera de remettre le parti en ordre de marche pour les scrutins de 2023 notamment.
Comment Claude Wiseler a-t-il vécu sa défaite? Le leader du CSV a-t-il manqué de charisme? Et si c'était à refaire, que changerait-il? Pile deux mois après les élections législatives, Claude Wiseler revient en homme libre sur sa défaite électorale. Il parle aussi de l'avenir de son parti et du sien.
CSV Analyse Wahlresultate, Claude Wiseler, le 18 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.
Qui défendra les couleurs du CSV face à Xavier Bettel aux élections législatives de 2018? Le comité national du CSV a décidé à l'unanimité lundi de lancer une primaire pour désigner sa future tête de liste... avant la mi-octobre.
Claude Wiseler, chef de file de l'opposition chrétienne-sociale et ancien ministre du Développement durable et des Infrastructures, est pour l'heure le seul candidat qui est sorti du bois avant l'annonce de l'organisation de la primaire.
Le président du CSV, Marc Spautz, renonce à devenir tête de liste du parti chrétien-social dans la perspective des élections législatives de 2018. Il n'est pas surpris de la déclaration de candidature de Claude Wiseler, chef de fraction du parti, pour conduire la liste.
Marc Spautz «veut tout faire afin que le CSV soit à nouveau en position de prendre la responsabilité gouvernementale» après les législatives de 2018.