Changer d'édition

Claude Wiseler (re)prend les rênes du CSV
Luxembourg 3 min. 26.04.2021

Claude Wiseler (re)prend les rênes du CSV

Claude Wiseler (re)prend les rênes du CSV

Photo: Laurent Blum
Luxembourg 3 min. 26.04.2021

Claude Wiseler (re)prend les rênes du CSV

En perte de vitesse, le principal parti d'opposition souhaite renverser la vapeur via une nouvelle équipe dirigeante composée de six membres et paritaire. Objectif: retrouver la confiance des électeurs d'ici à 2023, année des élections communales et législatives.

(Jmh avec Michèle Gantenbein) - Pour tirer un trait sur le passé et faire oublier l'affaire du «CSV Frëndeskrees» et les tensions autour de Frank Engel, les chrétiens-sociaux ont choisi de faire confiance à une nouvelle équipe dirigeante. Présidée par Claude Wiseler, ancienne tête de liste nationale aux élections de 2018, la nouvelle direction ambitionne de donner un souffle nouveau à un parti qui fréquente les bancs de l'opposition depuis deux législatures.


Politik, Pressekonferenz CSV mit Martine Hansen und Claude Wiseler. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Claude Wiseler prêt à diriger le CSV
A 24 heures de la limite des dépôts de candidature, l'ancien ministre a confirmé, jeudi, être partant pour succéder à Frank Engel à la présidence du parti chrétien-social.

Et pour ce faire, la nouvelle direction a choisi d'opter pour un système comme Déi Gréng, à savoir des postes doublés et paritaires. Ainsi Elisabeth Margue devient coprésidente, tandis qu'Anne Logelin et Paul Galles deviennent nouveaux vice-présidents. Stéphanie Weydert, elle, devient co-secrétaire générale, aux côtés de Christophe Hansen. Peu spectaculaire en raison de l'absence d'autres candidats, l'élection s'est donc déroulée sans surprise, avec des scores dépassant les 80%, le record ayant été obtenu par Paul Galles avec 90,5% des suffrages, samedi.

Ayant désormais comme credo la volonté de travailler «en équipe», la nouvelle direction du CSV entend avant tout se mettre en ordre de bataille pour 2023, année cruciale sur le plan politique, puisque s'y dérouleront aussi bien les élections communales que législatives. Et pour ce faire, régler les problèmes internes. Ce qui passera notamment par «une meilleure communication à l'extérieur» via notamment la création d'une chaîne de télévision dédiée, mais aussi «une restructuration de l'organisation du parti», indique Claude Wiseler en référence à une amélioration voulue de la coopération entre les différents organes. 

Elisabeth Margue, nouvelle coprésidente, et Stéphanie Weydert, nouvelle co-secrétaire générale du CSV.
Elisabeth Margue, nouvelle coprésidente, et Stéphanie Weydert, nouvelle co-secrétaire générale du CSV.
Photo: Laurent Blum

Ce qui devrait notamment se traduire par une prise de décision conjointe entre la fraction et le comité national «pour les décisions politiques importantes», précise le nouveau président. Référence indirecte à la fronde menée par plusieurs députés contre l'ancien président du CSV qui avait notamment pris de court ses membres en évoquant ses réflexions autour de la création d'un impôt sur l'héritage et la fortune. A noter que l'ancrage de l'occupation double des postes de direction devrait être pérenne et avalisé via un changement dans les statuts lors d'une convention à l'automne.

Si l'idée avait été perçue par l'ancien président du CSV comme une mauvaise idée car pouvant «multiplier les problèmes de personne», son successeur estime que la mesure ne constitue pas «une dilution de la responsabilité mais un partage nécessaire du travail pour le mener à bien». A savoir la réorganisation du CSV pour lui permettre de quitter les rangs de l'opposition. «Je n'ai pas posé ma candidature pour devenir tête de liste en 2023», martèle Claude Wiseler qui précise que la question sera traitée «six mois avant les élections».


Die Kandidatur für den Posten des CSV-Präsidenten bezeichnet Frank Engel rückblickend als seinen größten Fehler.
Frank Engel rend sa carte du CSV
Alors que ce 24 avril, le parti chrétien-social tiendra son congrès celui qui en était encore le président le mois dernier quittera la formation. Mais de là à sortir du jeu politique...

Affichant leur volonté de mettre l'accent sur le logement, l'éducation et la santé, les dirigeants du CSV assurent que «plus personne dans le riche Luxembourg ne passe à travers le filet social». Pour Gilles Roth, nouveau co-chef de fraction, cela doit se traduire par un positionnement clair sur l'après-crise covid et la voie choisie pour rembourser les dettes contractées par le pays pour l'affronter. «En aucun cas ces dernières ne doivent être supportées unilatéralement par la classe moyenne», assure-t-il.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que ce 24 avril, le parti chrétien-social tiendra son congrès celui qui en était encore le président le mois dernier quittera la formation. Mais de là à sortir du jeu politique...
Die Kandidatur für den Posten des CSV-Präsidenten bezeichnet Frank Engel rückblickend als seinen größten Fehler.
Alors que Paulette Lenert a repris lundi ses fonctions après une pause forcée de près d'un mois, son absence illustre les difficultés rencontrées par le monde politique à faire face à une situation de crise qui s'étale dans le temps. Ce qui pousse certains à plaider pour une autre organisation.
Politik, Chambre des Députés - Débat Budget, Pierre Gramegna. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Aucun autre postulant ne s'est fait connaître pour assurer la succession tourmentée du président démissionnaire Frank Engel. Les militants n'auront donc guère le choix le 24 avril prochain, date du congrès national des chrétiens-sociaux.
IPO,CdP, CSV Martine Hansen & Claude Wiseler.Affaire Gardenhäischen Traversini. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
A 24 heures de la limite des dépôts de candidature, l'ancien ministre a confirmé, jeudi, être partant pour succéder à Frank Engel à la présidence du parti chrétien-social.
Politik, Pressekonferenz CSV mit Martine Hansen und Claude Wiseler. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Deux ans après son entrée en fonction, Frank Engel n'est pas parvenu à s'imposer comme le leader du principal parti d'opposition ou comme membre de l'équipe. Mais le fait que le parti vive dans une situation de désaccord permanent ne relève pas de sa seule responsabilité.
CSV National Kongress Mutfert / Photo: Blum Laurent
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.