Changer d'édition

Claude Wiseler: «Nous continuons à nous battre!»
Luxembourg 2 min. 18.10.2018

Claude Wiseler: «Nous continuons à nous battre!»

Claude Wiseler, tête de liste du CSV: «Le soir même des élections, nous avons proposé à Xavier Bettel de discuter avec le DP».

Claude Wiseler: «Nous continuons à nous battre!»

Claude Wiseler, tête de liste du CSV: «Le soir même des élections, nous avons proposé à Xavier Bettel de discuter avec le DP».
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 18.10.2018

Claude Wiseler: «Nous continuons à nous battre!»

Le parti chrétien-social va observer à la loupe les négociations de coalition et reste ouvert à toute discussion avec un ou plusieurs partenaires de coalition. Le CSV estime qu'il a davantage de points communs avec le DP. Avec 33 sièges à la Chambre, une coalition DP-CSV constituerait un gouvernement solide.

(wel - MF) – Avec 28,90% des voix glanées au niveau national lors des élections législatives, le CSV se considère comme le parti le plus fort (le DP affiche 17,50% des voix et le LSAP 16,77% des voix) et se voit exercer des responsabilités gouvernementales: «Nous nous battrons jusqu'au bout, toute autre attitude serait une trahison envers nos électeurs», a lancé ce jeudi Claude Wiseler, tête de liste du CSV, avec une passion inhabituelle dans le fond de la voix.

Entouré du président du parti, Marc Spautz (au fond à droite), et de ses deux vice-présidentes, Claude Wiseler a présenté son analyse des résultats.
Entouré du président du parti, Marc Spautz (au fond à droite), et de ses deux vice-présidentes, Claude Wiseler a présenté son analyse des résultats.
Photo: Chris Karaba

La coalition tripartite sortante (DP-LSAP-Les Verts) ne s'est pas présentée aux élections comme un seul bloc mais chacun des partis a fait cavalier seul et la coalition a perdu une voix (passant de 32 sièges à 31, c'est-à-dire le nombre limite pour constituer une majorité parlementaire).

«La coalition n'a pas été élue»

«Cette coalition n'a pas été élue», a déclaré Claude Wiseler. Maintenant, ce sont deux perdants et un gagnant qui s'allient. Le CSV compte autant de voix que le DP et Les Verts réunis et deux fois plus que le LSAP.


Les élections législatives 2018
Le 14 octobre 2018, les électeurs du Grand-Duché sont appelés aux urnes pour élire leurs 60 députés. Les rapports de force entre les différents partis politiques qui découleront de ces résultats donneront le futur gouvernement.

«Le soir même des élections, nous avons proposé à Xavier Bettel de discuter avec le DP», a expliqué Claude Wiseler. Aujourd'hui, on entre dans une nouvelle phase: le CSV va maintenant observer à la loupe les négociations de coalition et le nombre de lignes rouges qui seront franchies, en particulier par le LSAP, lors de ces négociations.

«Ça nous intéresse de voir quel parti abandonne ses revendications fondamentales, uniquement pour entrer au gouvernement», a déclaré Claude Wiseler. Le LSAP veut abaisser l'impôt sur les sociétés, le DP en aucun cas. Le LSAP demande une taxe sur les transactions financières, le DP en aucun cas. Le DP veut instaurer l'ordre d'expulsion, le LSAP en aucun cas. Le LSAP veut la semaine de 38 heures et six semaines de congé mais pas le DP. Tout comme il rejette l'augmentation de 100 euros du salaire social minimum.

Une coalition avec le DP et même à trois avec Les Verts

Les Verts et les socialistes ont également des points de vue complètement contraires en ce qui concerne la question de la croissance du pays.

En revanche, une coalition DP-CSV serait beaucoup plus facile à réaliser en termes de contenu et, de plus, elle aurait une majorité plus stable avec ses 33 sièges, estime Claude Wiseler. Avant de glisser: «Nous aimerions discuter avec le DP».

Claude Wiseler pourrait également imaginer une coalition à trois DP-CSV-Les Verts.




Sur le même sujet

Débat électoral au Centre: comment les partis veulent régler la crise du logement
Préoccupation première des électeurs lors de cette campagne des législatives 2018, la crise du logement au Luxembourg a été «le» sujet central des têtes de liste qui ont participé, mardi soir à la table ronde du «Wort» pour la région Centre. Mais comment veulent-ils, concrètement, régler le manque de logement? Réponses face à la caméra.
Diskussiounsronn LW Spëtzekandidaten - Wahlen 2018 - Photo : Pierre Matgé