Changer d'édition

Claude Wiseler: "Mobilité durable et tram vont de pair"
Luxembourg 2 min. 14.06.2012

Claude Wiseler: "Mobilité durable et tram vont de pair"

Claude Wiseler, ministre du Développement durable

Claude Wiseler: "Mobilité durable et tram vont de pair"

Claude Wiseler, ministre du Développement durable
Photo: Serge Waldbillig
Luxembourg 2 min. 14.06.2012

Claude Wiseler: "Mobilité durable et tram vont de pair"

Un débat de consultation sur le concept de mobilité durable encore appelé "MoDu" a eu lieu ce jeudi après-midi à la Chambre des députés. Le tram figurait au cœur des discussions.

"Avant de pouvoir informer correctement les gens sur la stratégie de mobilité durable du gouvernement, j'ai besoin de l'approbation et du soutien de la Chambre des députés", lance Claude Wiseler, ministre du Développement durable.

Selon lui, tram et mobilité durable vont de pair. "L'un ne peut se faire sans l'autre", précise le ministre.

"Pour faire face au seul problème de mobilité à Luxembourg-ville, à savoir aux heures de pointe, il faut une stratégie globale qui englobe à la fois le train, le bus, le tram et la mobilité douce", explique Claude Wiseler. Une intermobilité saluée par François Bausch (Déi Gréng).

Objectif: désengorger Luxembourg-ville

L'idée est de désengorger la ville de Luxembourg en ne laissant plus que circuler le tram au centre-ville. "Le train sera l'épine dorsale des transports en commun et les bus assureront le rabattement vers le train et le tram", souligne le ministre.

En clair, les bus seront freinés en périphérie de la ville où se situeront des pôles d'échanges (gare, Hollerich, Hamilius, place de l'Etoile, pont Grande-Duchesse Charlotte, Luxexpo, Höhenhof).

"Le tram amènera les gens directement vers les endroits en pleine expansion en ville à savoir le Kirchberg, le Findel, le ban de Gasperich, Hollerich et Cessange", explique Claude Wiseler, "le tram ira là où les gens vont travailler".

Un chantier qui fait peur

Les députés ont accueilli les concepts de mobilité durable et du tram de manière favorable, mis à part l'ADR qui milite encore et toujours pour le concept de city-tunnel.

Là où le bât blesse, c'est au niveau du timing et du chantier. "J'aurais préféré que le tram soit totalement opérationnel aux alentours de 2024", explique François Bausch.

"Je préférerais aussi que la chantier se termine plus tôt, mais ce n'est pas possible. En ce qui concerne le chantier, certes il sera de grande envergure, mais tout sera fait pour ménager au mieux les citoyens", conclut Claude Wiseler.

Charline Lebrun


Sur le même sujet