Changer d'édition

Claude Turmes justifie la non-prolongation de la remise
Luxembourg 3 min. 01.09.2022
Vers un tourisme à la pompe inversé

Claude Turmes justifie la non-prolongation de la remise

Dans sa réponse parlementaire, le ministre de l'Energie a directement coupé court à l'instauration d'un modèle similaire à celui appliqué en France.
Vers un tourisme à la pompe inversé

Claude Turmes justifie la non-prolongation de la remise

Dans sa réponse parlementaire, le ministre de l'Energie a directement coupé court à l'instauration d'un modèle similaire à celui appliqué en France.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 01.09.2022
Vers un tourisme à la pompe inversé

Claude Turmes justifie la non-prolongation de la remise

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La remise de 7,5 centimes par litre de carburant a pris fin. Alors qu'un tourisme à la pompe inversé est attendu, le ministre de l'Énergie relativise.

Après une ultime prolongation le mois dernier, la remise gouvernementale de 7,5 centimes par litre de carburant, instaurée pour lutter contre la hausse délirante des prix de l'énergie, a pris fin ce mercredi. Comme il fallait s'en douter, l'arrêt de cette réduction a déjà entraîné un certain impact à la pompe. Pire encore, alors que le Luxembourg n'a pas souhaité étendre ce dispositif, la France vient quant à elle de décider d'augmenter sa ristourne de 18 à 30 centimes par litre et ce, jusqu'au 1er novembre.


ARCHIV - 27.07.2021, Mecklenburg-Vorpommern, Schwerin: Die Zapfpistole für Super-Kraftstoff steckt in einer Tankstelle im Tankstutzen eines Autos. Im März dieses Jahres sind die Preise für Kraftstoffe in Deutschland weit stärker gestiegen als in früheren Krisen der vergangenen 50 Jahre. (zu dpa «Preissteigerungen für Öl und Gas stärker als in früheren Krisen») Foto: Jens Büttner/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Comment aider les ménages face à la hausse du carburant
La flambée des prix de l'énergie fait souffrir les citoyens. Le CSV a proposé un plan en trois points dans le cadre d'une heure d'actualité.

Sans compter une aide supplémentaire de 20 centimes dans les stations TotalEnergies. Bref, un assortiment de mesures radicales qui semble mettre en péril l'avenir du tourisme à la pompe luxembourgeois. Ce constat interpelle le député Fred Keup (ADR) qui a interrogé le ministre de l'Energie Claude Turmes (déi Gréng) sur le sujet. «Il ne faut pas seulement s'attendre à ce que de nombreux frontaliers français fassent le plein dans leur pays d'origine. Mais aussi, à l'avenir, que les citoyens luxembourgeois traversent également la frontière. Cela aurait également des effets négatifs sur le budget de l'État», fait remarquer le député.

Une question de recettes fiscales

Difficile de lui donner tort, bien qu'il faille attendre quelques jours afin de pouvoir observer un changement ou non dans les habitudes des Luxembourgeois. Dans sa réponse parlementaire, le ministre de l'Énergie a directement coupé court à l'instauration d'un modèle similaire à celui appliqué en France. «Selon les dernières estimations, la perte de recettes fiscales attendue pour le Luxembourg, qui résultera de la réduction française, est du même ordre de grandeur que le coût qui surviendrait si des mesures similaires, comme celles en France, étaient introduites ici au Luxembourg», a-t-il expliqué. Autrement dit, appliquer les mêmes mesures sur le sol luxembourgeois n'apporterait pas un avantage notable. 


Prix de l'énergie : les Verts demandent une aide immédiate
Les coprésidents du parti Déi Gréng Djuna Bernard et Meris Sehovic veulent alléger considérablement la charge des citoyens, rapidement, directement et dans le sens de la transition énergétique.

 Concernant le possible tourisme à la pompe inversé, le ministre vert a également rappelé que le Luxembourg doit pouvoir apporter sa contribution dans la lutte contre le changement climatique. «Et donc, le pays doit réduire ses émissions de CO2 de 55% d'ici à 2030. Cela comprend également la réduction progressive de la vente d'essence et de diesel. L'objectif est donc qu'à moyen terme, moins de personnes de l'étranger viennent se ravitailler au Luxembourg, comme c'est le cas aujourd'hui». 

Un problème «européen» et non «luxembourgeois»

Claude Turmes a également souligné au député que le Luxembourg n'avait pas l'apanage des hausses des prix de l'énergie. «C'est un problème européen et pour lequel une approche et des mesures européennes sont avant tout nécessaires, car ce n'est qu'ainsi que les prix de l'énergie pourront être stabilisés dans toute Europe. Le Luxembourg continuera donc à travailler activement pour des solutions communes au niveau européen»

Les ministres de l'Énergie de l'UE se réuniront d'ailleurs le 9 septembre prochain pour évoquer les prochaines étapes sur ce sujet brûlant. «Le gouvernement prend cette problématique très au sérieux. Ainsi, cette année, après le tableau énergétique de la tripartite, des aides directes d'un montant de 923 millions d'euros et des garanties étatiques supplémentaires d'un montant de 500 millions d'euros ont déjà été décidées pour soutenir financièrement les citoyens et les entreprises en ces temps difficiles. En particulier, le crédit d'impôt énergie a été instauré, ainsi que la prime énergie pour aider les ménages à faibles revenus», a conclu Claude Turmes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de plafonnement général des prix du gaz à l'échelle européenne : le Luxembourg, comme d'autres pays de l'Union, estime que cette mesure serait contre-productive pour les approvisionnements en gaz dans le contexte actuel de crise énergétique.
Piggy Bank Balanced On Radiator To Illustrate Energy Costs
Accompagné des ministres de l'Energie, de la Famille, et de l'Economie, Xavier Bettel (DP) a présenté ce lundi une série de mesures visant à venir en aide aux ménages face à la hausse des prix de l'énergie.
IPO,Ministerrat&Briefing-Senningen,Xavier Bettel,Franz Fayot,Corinne Cahen,Claude Turmes, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Grand-Duché se dit prêt à investir dans le projet d'«îles énergétiques» lancé par le Danemark. Une façon pour le Luxembourg d'atteindre ses objectifs en termes de production d'énergies renouvelables.
Le Luxembourg sera en mesure d'atteindre les 11% d'énergies renouvelables dans sa consommation en 2020. Le ministre Claude Turmes l'affirme au vu du développement de l'éolien et du photovoltaïque sur le pays.