Changer d'édition

Claude Meisch attendu au tournant
Luxembourg 5 min. 15.05.2020 Cet article est archivé

Claude Meisch attendu au tournant

Lundi 11 mai, Claude Meisch a suivi de près la rentrée au Lycée Hubert Clement à Esch-sur-Alzette. Lors de sa conférence de presse à 14h30, ce sont ses propos qui seront très écoutés par tous les acteurs de l'école fondamentale.

Claude Meisch attendu au tournant

Lundi 11 mai, Claude Meisch a suivi de près la rentrée au Lycée Hubert Clement à Esch-sur-Alzette. Lors de sa conférence de presse à 14h30, ce sont ses propos qui seront très écoutés par tous les acteurs de l'école fondamentale.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 5 min. 15.05.2020 Cet article est archivé

Claude Meisch attendu au tournant

Maurice FICK
Maurice FICK
Dans dix jours retentira la sonnerie d'une rentrée inédite dans l'enseignement fondamental et les crèches. Le ministre de l'Education nationale devra répondre ce vendredi à 14h30 aux nombreuses questions ouvertes et aux inquiétudes parentales face au coronavirus.

Deux mois après la fermeture de toutes les écoles et crèches du pays par le gouvernement et dix jours avant une reprise complète décriée par parents et syndicats, Claude Meisch (DP) donnera une nouvelle fois vendredi les détails de cette rentrée pas comme les autres. Objectif: assurer au mieux le retour des 39.200 élèves du fondamental, des quelque 10.000 bambins inscrits en crèche, sans oublier les enfants à besoins spécifiques des centres de compétences.

Véritable feuilleton à rebondissement depuis plus de six semaines, la rentrée des plus petits en pleine pandémie du covid-19 pose des questions essentielles et le temps commence à presser. Beaucoup de parents, d'enseignants et de responsables de structures attendent avec impatience d'en savoir plus pour s'organiser.

  • Comment l'école protégera-t-elle enfants et encadrants ?

La crainte première de cette rentrée de l'ère covid-19 demeure évidemment sanitaire. Il y a dix jours, Claude Meisch avait présenté les modalités de reprise des cours avec pour grand principe de scinder chaque classe en deux groupes A et B, afin de créer les espaces nécessaires pour éviter la propagation du virus. La règle numéro un étant évidemment le port du fameux tour de cou, le respect des mesures barrières et... l'obligation de suivre les cours de 8 à 13 heures


Primärschule Cycle 4 in Lallingen Esch Alzette. Foto: Guy Wolff
Tout cela pour 16 jours de classe...
Claude Meisch a présenté la nouvelle organisation de l'enseignement fondamental, valable à compter du 25 mai. Les 6.000 écoliers seront séparés en groupes, avec cours obligatoire de 8h à 13h et un encadrement facultatif l'après-midi.

Après la deuxième étape du déconfinement qui s'est déroulée ce lundi et les nouvelles contaminations enregistrées jeudi, se pose toujours la question de savoir si l'école pourra s'organiser de façon à protéger les enfants du virus. Reste en suspens, en cette fin de semaine, la grande question d'une deuxième vague en cours en non ? 

  • La nouvelle organisation sera-t-elle bien au point le 25 mai ?

Après les contestations et difficultés organisationnelles exprimées de part et d'autre depuis des semaines, nul doute que parents mais aussi élus locaux tendront bien l'oreille ce vendredi. Claude Meisch a eu l'aval de la Chambre des députés, notamment en vue d'une sociabilisation à nouveau nécessaire des enfants, mais se pose la question de la faisabilité technique et pratique de cette rentrée dans les 102 communes du pays. Le personnel et les salles pour accueillir les groupes d'élèves A et B seront-ils suffisants ? A l'intérieur des écoles et dans les maisons relais ? Tous les enfants du pays pourront-ils être accueillis ? Y a-t-il un «plan B» ?

Le doute est permis à entendre les propos tenus cette semaine par les élus du  Syndicat des villes et communes luxembourgeoises (Syvicol).

  • Les crèches pourront-elles accueillir tous les petits ?

C'est «la» question qui taraude les responsables des structures d'accueil pour les plus petits. Et évidemment les parents qui voudraient y voir clair pour s'organiser du point de vue familial et professionnel. Nombre de parents devant jongler pour garder à tour de rôle leurs enfants depuis deux mois. 


Der Psychologe Gilbert Pregno macht sich mit Blick auf die Wiedereröffnung der Betreuungsstrukturen und Schulen Sorgen um die kleinen Kinder und Kinder mit spezifischen Bedürfnissen.
«Ne pas stresser les enfants»
S'il se dit favorable à l'ouverture des écoles et des garderies, le psychologue Gilbert Pregno ne cache toutefois pas quelques inquiétudes qu'il explique au «Wort» dans une interview.

Si les crèches conventionnées, sur indication du ministère de l'Education nationale, ont communiqué leur nouveau mode de fonctionnement, ce dernier peut apparaître comme un nouveau casse-tête pour les parents. La faute non seulement à des plages horaires rigides, mais aussi à un grand flou quant aux modalités de reprise. Notamment sur une éventuelle nouvelle période d'adaptation des enfants de moins de trois ans envers des personnels éducatifs plus fréquentés depuis plus de deux mois. Même chose en ce qui concerne les mesures de protection spécifiques imaginées pour des enfants dont l'apprentissage passe par les sens et la découverte de l'autre.


Lokales,  Syvicol, Covid 19, Corona- Krise, Konferenz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les élus face au casse-tête de la rentrée du fondamental
Plus que quatorze jours avant la reprise, longtemps décriée, des écoles et des maisons relais. Tout n'est pas encore cadré et les bourgmestres s'inquiètent surtout du manque de personnel, d'espace et de l'organisation du transport des élèves.

  • Les bus seront-ils bien au rendez-vous le 25 mai ?

La question de l'organisation des transports scolaires est d'autant plus légitime à dix jours de la rentrée qu'elle préoccupe sérieusement les élus communaux. Pas plus tard que lundi, le président du Syndicat des villes et communes luxembourgeoises (Syvicol), Emile Eicher, parlait encore d'un «énorme problème» vu qu'une seconde tournée en bus doit être organisée pour les classes B. Les élèves des groupes A et B ne pouvant se côtoyer. 

De son côté, François Bausch, ministre de la Mobilité avait reconnu la difficulté de la reprise des transports publics avant de promettre que «la mobilité ne serait pas la prochaine victime du virus».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les élus face au casse-tête de la rentrée du fondamental
Plus que quatorze jours avant la reprise, longtemps décriée, des écoles et des maisons relais. Tout n'est pas encore cadré et les bourgmestres s'inquiètent surtout du manque de personnel, d'espace et de l'organisation du transport des élèves.
Lokales,  Syvicol, Covid 19, Corona- Krise, Konferenz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les partis politiques adhèrent à la reprise des cours
Ce jeudi matin, les ministres de l'Education nationale et de la Santé recevront l'auteure de la pétition à succès contre la réouverture des écoles. Mais l'issue de la discussion est connue. L'école reprendra bien, tous les partis politiques y sont favorables.
Près de 6.000 élèves de terminale ont repris ce lundi le chemin des classes de cours.
Les communes face à leurs difficiles devoirs
Avant le 25 mai, et la reprise des cours des élèves du fondamental, les 102 communes vont devoir trouver les locaux, les personnels et les moyens de transport permettant la prise en charge des 6.000 jeunes fréquentant les écoles dont elles ont la charge. Un exercice rendu plus complexe encore en raison de l'épidémie.
Schoul Rentrée 2016-2017 - illustration - Photo : Pierre Matgé
Tout cela pour 16 jours de classe...
Claude Meisch a présenté la nouvelle organisation de l'enseignement fondamental, valable à compter du 25 mai. Les 6.000 écoliers seront séparés en groupes, avec cours obligatoire de 8h à 13h et un encadrement facultatif l'après-midi.
Primärschule Cycle 4 in Lallingen Esch Alzette. Foto: Guy Wolff
«La rentrée n'est pas motivée par l'économique»
Pouvoir terminer l'année scolaire tout en respectant toutes les mesures de sécurité, c'est le défi que va tenter de relever le monde de l'enseignement. Claude Meisch (DP) s'est expliqué ce mercredi devant les membres de la Commission de l'Education nationale.
Lehrer, Eltern und Schüler blicken der Schulöffnung mit gemischten Gefühlen entgegen.
Tous les élèves pourront bientôt se faire tester
«Toute la population devrait pouvoir être testée», a déclaré le ministre de l'Education nationale Claude Meisch. A commencer par les lycéens et enseignants qui effectueront leur rentrée début mai. Le conseil de gouvernement a donné son feu vert à un «monitoring à large échelle».
Claude Meisch veut rassurer les parents d'élèves
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).
Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort
Un plan pour ne pas perdre une année scolaire
Après la décision du gouvernement de maintenir les écoles fermées jusqu'au 3 mai, le ministre de l'Education annonce une nouvelle vague d'adaptations. Claude Meisch veut tout mettre en oeuvre pour que l'année scolaire soit bouclée tant bien que mal.
Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche